lundi 17 novembre 2008

L'âge de la raison

Il m'est très difficile d'accepter la supériorité affichée par certains de mes aînés vis-à-vis des jeunes générations, comme si les années qui nous séparent étaient pour eux la garantie d'une expérience très supérieure à la nôtre. En toute honnêteté, je ne vois absolument pas de lien de cause à effet entre un grand âge et une grande expérience. Comme si le fait d'être plus âgé donnait à quelqu'un des connaissances supplémentaires de la vie et des gens en vertu d'un chiffre sur son acte de naissance.

L'expérience vient du vécu, et bien souvent, je suis étonnée (agacée, à vrai dire) par ces gens qui débitent des fausses vérités qui ne sont rien d'autres que des phrases toutes faites apprises par coeur. Âge ou pas, ce sont là des âneries professées sans l'ombre d'une conviction, auxquelles une personne s'accrochera comme pour s'en convaincre.

Je pense que, pour être convaincu, il faut avoir vécu et ressenti dans ses tripes une situation (et pas une gastro, hein ! Je vous vois venir !).
La conviction ne réside pas que dans la tête, auquel cas il s'agit, je pense, davantage de raisonnement que de ressenti. Vous vous doutez bien qu'entre une chose que l'on sait parce qu'on l'a apprise et une chose que l'on sent parce qu'on l'a vécue, il y a une fameuse différence.
D'ailleurs, il y a souvent de quoi rire en observant ces gens qui, parce qu'ils sont plus vieux (et donc forcément plus expérimentés), se permettent d'émettre un avis au sujet de choses qu'ils ne connaissent absolument pas. Le ridicule atteint généralement son paroxysme lorsque son vis-à-vis connait le sujet sur le bout des doigts, lui qui est pourtant plus jeune (et donc forcément sans expérience).

Ne pas être pris au sérieux parce qu'on est (ou qu'on à l'air) jeune n'est pas seulement frustrant : ce peut être franchement insultant quand on se rend compte que les grands discours de l'autre sont tellement creux et sans âme qu'ils en sonnent faux. Et quoi qu'on dise, il sera toujours plus facile de pisser dans un violon que de faire valoir son opinion face à ces monsieur et madame je-sais-tout-parce-que-j'ai-de-l'expérience-moi !
Il faut croire que, dans la tête de certains aînés (je dis bien "certains" !), "jeune" rimera toujours avec "con", comme s'ils avaient toujours eu, eux, "l'âge de la raison"...

Et n'allez pas me taxer de jeunisme bête et méchant – je sais bien qu'il y des cons partout. Loin de moi l'idée de cracher systématiquement à la figure de toute personne née avant les années punk : c'est d'expérience dont je parle, un mot que j'associe davantage à des connaissances de terrain qu'à des connaissances purement théoriques.
Plutôt que de perdre mon temps et mon énergie à tenter d'ouvrir le dialogue avec des gens fermés à triple tour, je trouve nettement plus enrichissant d'entrer dans une discussion constructive avec des personnes qui ont l'honnêteté de reconnaître leurs lacunes, quel que soit leur âge.

Petite note au passage : Barack Obama a su s'imposer face à John McCain alors que ce dernier avait soi-disant beaucoup plus d'expérience que son jeune concurrent. Or, Obama a longtemps agit sur le terrain, notamment en tant que travailleur social, ce qui, selon lui, a été sa meilleure école.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

"Il faut mettre des chevilles chimiques" (ingénieur diplômé)
"Il faut juste faire un trou plus petit que la vis!!!" ("stupide" femme qui bricole)
Authentique!!

Gros bisous Miss
Clym'

Mademoiselle Catherine a dit…

DES CHEVILLES CHIMIQUES ???
Mais qu'est-ce que c'est que ce truc ???

Sinon, les tampons "mini", ça peut dépanner quand on n'a pas les chevilles qu'il faut (sérieux !)... et ça, l'ingénieur diplôme n'en aura probablement pas sur lui ;)

popupmonster a dit…

Parfois, ça va dans le sens contraire aussi. J'ai ressenti toute la supériorité d'une "gamine" (10 ans de moins que moi) parce que je n'ai jamais fumé ou pris des substances diverses, et que donc soi-disant, je n'ai jamais l'occasion de me "lâcher". Pfffffff

Mademoiselle Catherine a dit…

Ah oui, je connais.
C'est un autre débat (cf. "Substances et créativité" dans "Les notes" du 4 novembre).

Quelqu'un qui a besoin de substances pour se lâcher est un fameux coincé du c** !

popupmonster a dit…

oui, je me souviens de cet article. c'est surtout le côté "moi j'en sais plus que toi, tu n'es qu'une pauvre fille" qui m'a énervé dans ce cas-ci.

Mademoiselle Catherine a dit…

Mais non, tu sais bien que tu n'es pas une pauvre fille ! :)

Jessepop a dit…

Est-ce vraiment une question d'âge?
Il y a juste des gens qui veulent en imposer aux autres (probablement par réaction à leurs complexes) et utilisent pour cela tous les arguments ou éléments qui leur semblent pouvoir étayer leur prétention : âge, instruction, diplomes, position sociale, sexualité.
Mais n'oublions pas que les jeunes cons deviennent presque immanquablement des vieux cons !

Mademoiselle Catherine a dit…

C'est tout à fait juste, et j'ai déjà parlé à diverses reprises de différents types de personnages (cf. "Les notes", mon réservoir à mauvaise foi ;) ).

Ici, c'était surtout en réaction à quelqu'un qui m'a sorti, au cours d'une conversation (et à maintes reprises) "Vois-tu, j'ai la cinquantaine" et bla et bla et bla, alors qu'elle ne savait visiblement pas du tout, mais alors du tout du tout, de quoi elle parlait.

Mais comme tu dis, certains trouveront toujours un prétexte pour se convaincre qu'ils supérieurs aux autres.