mercredi 7 janvier 2009

Livres de chevet

Le fait de me lever tôt, de rentrer tard et de rester devant un écran toute la journée semble atrophier mes sens, aussi ai-je besoin de repos, de calme et de tranquillité quand, la nuit tombée, je rejoins ma modeste demeure. Ne me sentant pas assez disponible actuellement pour des plongées dans l'inconnu, je pioche dans les albums déjà écoutés, les films déjà vus, les livres déjà lus.

Parmi ces derniers, quelques uns me sont devenus indispensables et ne quittent plus ma table de chevet. J'aime y revenir, picorant au hasard des pages une phrase ou deux ou trois...


Isabel Allende, "Aphrodite"

La romancière chilienne a relevé le défi d'écrire avec "Aphrodite" un ouvrage de référence sur l'amour et la cuisine. Truffé d'anecdotes, d'extraits littéraires et de savoureuses recettes aphrodisiaques élaborées par sa mère, Panchita Llona, ce livre mérite une place de choix tant dans la cuisine que dans la chambre à coucher.

Stéphane Audeguy, "Petit éloge de la douceur"

Premier livre lu en cette années 2008 qui vient de s'achever, ce petit abécédaire m'a fait oublier, le temps d'une lecture, le Nouvel An pourri que je venais de passer (au lit avec de la fièvre, et j'en passe...). Parmi les Petits éloges Folio, celui-ci est de loin mon préféré et devenu un cadeau classique à faire aux amis en manque de douceur.


Siri Hustvedt, "Yonder"

Rayon de soleil déniché au hasard de mes errances parisiennes en avril 2001, à une période de ma vie aussi étrange qu'exaltante, "Yonder" fut ma première rencontre avec Siri Hustvedt dont je ne savais rien alors. J'en appris beaucoup sur l'auteure (et sur moi-même) au fil de ces six essais.

Un an plus tard, la lecture de "L'envoûtement de Lily Dahl" donnera son nom à mon projet musical.

Dominique Quessada, "Le nombril des femmes"

Dans ces "portraits croqués" à la fois drôles et philosophiques, Dominique Quessada rend hommage à la femme, aux femmes, à leur mystère et leurs paradoxes. Petit observatoire du quotidien agrémenté de chiffres, d'emprunts littéraires, de faits divers et historiques, "Le nombril des femmes" est un savoureux fourre-tout où l'auteur laisse libre cours à ses pensées.

Kurt Vonnegut, "Un homme sans patrie"

Kurt Vonnegut, qui est au Ciel à présent (j'écris ça parce que je sais que, là où il est, ça le fait bien rire !), est sans conteste mon maître à penser ! Formidable auteur, idéaliste et humaniste exemplaire (au sens propre et non politique du terme), il écrivit ce dernier ouvrage à l'âge tout à fait respectable de 82 ans sans rien avoir perdu de sa verve ni de son légendaire humour noir. Pensées éparses sur les sociétés occidentales en ce début de millénaire, "Un homme sans patrie" est un magnifique plaidoyer pour un monde plus humain. Un testament à lire, à relire, à offrir, à faire circuler de toute urgence !


Conseil de lecture : est-ce bien nécessaire ?

6 commentaires:

Melle Sam a dit…

En ce moment je lis la maison aux esprits d'Allende !

Je lirai celui-ci après du coup ! Merci pour ces coups de pouce !

Mademoiselle Catherine a dit…

"Aphrodite" est vraiment parfait pour "picorer" au petit bonheur la chance, et les recettes sont absolument merveilleuses (et faciles à réaliser, pour la plupart).

Bonne lecture!

Marcd a dit…

tu lis tellement que ça en deviens sexy ;)

Mademoiselle Catherine a dit…

J'aimerais tant que ce soit vrai :(
A vrai dire, je ne lis quasiment plus depuis que j'ai fait mon temps plein à Bruxelles, et ça commence à dater...
Mais bon, j'ai entamé "Les Bienveillantes" récemment - pourvu que j'arrive au bout ^-^ (et ça s'annonce plutôt bien)

Marcd a dit…

je te vois bien lire Aimée Bender (comme 2 livres sur 3 sont des nouvelles ça se lit vite). Perso je suis séduit par elle, c'est gentiment barge, c'est parfois un peu bizarre, parfois poétique, parfois sexuel mais pas trop. Sinon Kevin Canty aussi (Etrangère en ce monde, Kenny aime junie, etc)

Mademoiselle Catherine a dit…

On verra quand j'en aurai terminé avec "Les Bienveillantes" (plus que 1100 pages à l'édition poche ^-^)