jeudi 23 juillet 2009

Jalouse !

Pendant de longues années, l'idée-même de la jalousie ne me frôlait pas l'esprit : j'avais confiance en mes partenaires et partais du principe qu'ils avaient confiance en moi. Sans doute étais-je un peu trop idéaliste, car bon nombre des partenaires en question ne voyaient pas les choses du même œil. Et pour avoir beaucoup souffert de la jalousie de l'autre par le passé, je pensais le plus sérieusement du monde ne jamais la faire subir à autrui.

Me voilà pourtant jeune trentenaire et désormais encombrée d'une tare que je déteste. Et qui me fait souffrir terriblement, quand bien même cette tare s'est immiscée progressivement. Car elle a pris son temps, la chienne ! Petit à petit, sans crier gare, elle s'est insinuée dans ma vie relationnelle par l'intermédiaire de personnes dont l'ego démesuré ou simplement la maladresse n'ont fait qu'accroître jour après jour mon manque de confiance en moi, au point que je suis aujourd'hui persuadée d'être une authentique handicapée des sentiments – c'est bien connu : qui n'a pas confiance en lui ne peut avoir confiance en l'autre. C'est peut-être de la philosophie à deux balles, il n'empêche que c'est terriblement (et douloureusement) vrai.
Étant d'un naturel déjà passablement paranoïaque, je vous laisse imaginer le cocktail explosif...

La première à souffrir de ma jalousie, c'est évidemment moi, et je m'efforce tant bien que mal de ne pas la projeter sur autrui, quand bien même je m'y prends souvent comme un manche. Ainsi, j'évite volontairement certains sujets qui (me) fâchent et affiche un sourire qui se veut détendu mais qui n'est rien d'autre que crispé quand ils finissent malgré tout par surgir au détour de la conversation. Je sens alors monter en moi un mélange de tristesse, de honte et de colère, et je me déteste profondément dans ces moments-là, car ces sentiments n'ont tout simplement pas lieu d'être. En tous cas, c'est ce que j'aime à penser.

Parce qu'ils n'avaient déjà pas lieu d'être par le passé, mais ayant eu à faire à des hommes qui passaient une grande partie de leur temps à parler de leurs ex, j'ai toujours fini par me demander ce qu'ils pouvaient bien me trouver. Et, en toute logique, par me dire que je n'étais qu'une marchandise de second choix dont ils finiraient par se lasser. À force d'être comparée à d'autres – que j'imaginais forcément plus intéressantes que moi – je finissais par en oublier mes propres particularités, talents et qualités. Et en fin de chaque relation ne restait de moi qu'un petit tas de merde qui s'apitoyait sur son triste sort.
Et très ironiquement, c'est toujours moi qui suis partie.

Ce qui m'étonne dans ces histoires, c'est que je suis pourtant d'un optimisme désepérant et que mes relations amicales, elles, ont toujours été durables et fondées sur une admiration réciproque, ainsi qu'une complémentarité qui ne laisse pas vraiment de place aux rapports de force. Des relations saines, en gros.

Sans doute serait-il temps que je revoie une bonne fois pour toutes ma notion de couple...

Fond sonore : John Lennon, "Jealous guy".

11 commentaires:

Miss Sunalee a dit…

Ou comment beaucoup d'hommes détruisent les femmes sans s'en rendre compte.
Mais ils ne sont pas tous comme ça. Je suis sûre qu'il y a quelqu'un pour toi, tu ne l'as juste pas encore trouvé... Il te manque peut-être juste cette petite partie de confiance en toi que les autres t'ont fait perdre pour aller de l'avant. Travaille à ça et ça viendra tout seul !

Mademoiselle Catherine a dit…

Ben oui... c'est plus facile à dire qu'à faire, mais je tiens bon ;)

Et j'ajouterai que beaucoup de femmes détruisent aussi les hommes sans s'en rendre compte. Malheureusement, je crois qu'on finit toujours par faire mal aux personnes que l'on aime sans le vouloir. Les malentendus sont fréquents, et il faut pouvoir en parler. Mais pour en parler, il faut être deux et faire preuve d'un minimum d'ouverture d'esprit vis-à-vis de l'autre...

Mais bon, je m'égare ;)
Quant à savoir s'il y a quelqu'un pour moi... hmmm... oui, un chat peut-être?! ^^

Merci pour ton commentaire, Miss Sunalee :)

dr frankNfurter a dit…

"Et j'ajouterai que beaucoup de femmes détruisent aussi les hommes sans s'en rendre compte."
tu crois pas si bien dire... je te raconte pas le boulot après pour réparer les dégâts. Au moins, dans mon cas, note qu'après la nana ne risque plus de comparaisons douteuses avec la dite ex... Et je dois avouer qu'avec le recul, c'est vrai qu'il y avait du travail en matière de reconstruction.
C'est une des raisons, mais bon pas la seule (faut pas déconner non plus), qui fait que désormais je m'entends toujours aussi bien avec mon ex, pas tant parce qu'elle a été une infirmière douée (la gueule du compliment... comme si je cherchais après cette douloureuse rupture seulement une nana qui pourrait me faire oublier l'autre et panser mes maux de l'âme), mais car elle m'a redonné confiance... ce qui tient a posteriori du miracle en fait.

En tout cas le "mais ayant eu à faire à des hommes qui passaient une grande partie de leur temps à parler de leurs ex"... la vache, à chaque fois t'es tombée sur de sacrés gus :S
Nan mais comment construire un minimum une relation si l'une des parties n'en finit plus de ressasser son propre passé sentimental... tu m'étonnes que dans ces cas là tu te sens dépréciée, tout du moins sur la touche.

Pour finir sur une touche légère, ça me rappelle une chanson bien ringarde, "la confiance" duo "mémorable" entre Martine Bee et Jean-Claude Brialy XD

Et pour faire mon snob, je préfère la reprise "Jealous Guy" chantée par Donny Hathaway :P

Elea a dit…

Tu abordes une question très intéressante sur la vie de couple, ce truc qui peut user la dite relation:la jalousie.J'en ai discuté il y a quelques temps avec une amie, elle m'a énoncé un truc qui au départ m'a fait me renfrogner, mais finalement elle n'a peut être pas tort "tu ne peux pas savoir ce qu'est la jalousie si tu n'as jamais été vraiment amoureuse"
Je conçois. C'est vrai que finalement quand on vit aussi bien seule qu'en couple, la question est quand même très très relative. Il n'empêche, ton analyse là-dessus, j'en suis sûre, est loin d'être fausse. Sans vouloir rentrer dans des détails trop intimes, est ce que tu es jalouse pour tout, ou pour quelques petits trucs qui acquièrent pour toi une importance fondamentale?
Genre, une fille qui va parler un peu trop longtemps, un regard un peu appuyé?
Ce qui est difficile dans notre monde, c'est qu'on a érigé le flirt en crédo, même quand on est déjà avec quelqu'un, les gens ne peuvent pas s'empêcher de se "séduire"...

Mademoiselle Catherine a dit…

dr frankNfurter: Je suis contente d'avoir un avis masculin sur la question et continue de croire qu'hommes et femmes sont égaux face à une relation quand des sentiments sont en jeu.
Ta note légère m'a bien fait rire... mais je ne suis pas sûre de vouloir écouter le dit morceau ;)

Elea: Merci pour ton intervention.
En ce qui me concerne, c'est surtout la peur qui attise ma jalousie - celle de ne pas être "à la hauteur" (mais à la hauteur de qui?), d'être abandonnée... Par contre, je ne pense pas que la jalousie soit une preuve d'amour: comme je le dis dans mon billet, je pense qu'il s'agit avant tout d'une faible estime de soi, d'où cette peur irrationnelle. Et dans le cas présent, c'est clairement à moi de faire un travail sur ma personne...

dr frankNfurter a dit…

vous pensez bien demoiselle que si j'avais pu trouver une trace sonore de ce chef d'œuvre, je vous en aurais fait profiter :D

madeleinemiranda a dit…

Je ne sais pas si j'ai déjà connu la jalousie... Peut être car je n'ai jamais été vraiment amoureuse aussi!

Courage en tout cas!

Anonyme a dit…

Bah bah baaahhhh!!
C'est quoi cette dépréciation de soi? hein miss??
Mais pour te connaître depuis belle lurette je comprends ton ressenti.
Je pensais justement à toi il y a très peu de temps mais je t'en parlerai de vive voix.
En tout cas gros bisous (sorry j'ai été fort occupée par de multiples shootings ;-))
Clymence

Mademoiselle Catherine a dit…

madeleinemiranda: Je ne sais pas si je verrais les choses ainsi - peut-être qu'il y avait tout simplement assez de confiance mutuelle dans tes relations? En tous cas, c'est ce que je te souhaite.
Merci pour ton mot d'encouragement.

Clymence: Tu m'étonnes ;)
Je continue néanmoins de penser que toute mauvaise habitude se soigne... il faut juste prendre le temps (c'est mon optimisme dépressif qui revient au galop ;))
Contacte-moi quand tu veux: j'ai pas mal de temps libre, et ça fait longtemps! Bises & bien le bonjour chez toi*

NeuNeu a dit…

Suis dans la même situation que toi, avec quelques années en moins par contre.

Je n'ai absolument confiance en moi, et du coup, je doute constamment de ma capacité à garder ma partenaire... C'est pas facile à vivre au quotidien et c'est difficile à changer... Il faut trouver la personne qui arrive à le comprendre, et qui arrive à te redonner confiance.

En gros, on n'est pas dans la merde!

Mademoiselle Catherine a dit…

Je ne te le fais pas dire!

Bienvenu par ici NeuNeu!