lundi 3 août 2009

Communauté de mes fesses

Malgré deux blogs, trois profils MySpace et cinq boîtes mail, il y a encore des gens pour se moquer de moi parce que je ne suis pas sur Facebook.
Que les choses soient bien claires : je déteste Facebook ! D'une part parce que je n'en vois pas l'utilité (si ce n'est pour perdre son temps, et j'ai horreur de ça) et d'autre part parce que je suis totalement allergique au manque de transparence de cette entreprise. MySpace a au moins le mérite d'être clair : on sait que c'est Rupert Murdoch, magnat de l'audiovisuel aux pratiques peut-être un peu douteuses, mais bon... on ne devient pas milliardaire en étant irréprochable...

En ce qui concerne Facebook, les choses semblent plus obscures : créé en 2004 pour les étudiants de Harvard, le réseau s'est vite étendu, et si son siège social est désormais à Dublin, il devient difficile de savoir qui est réellement à la tête de l'entreprise (officiellement, il s'agit toujours de son fondateur, Mark Zuckerberg). En outre, toute information publiée (textes, photos, données personnelles...) peut être utilisée par Facebook à des fins promotionnelles jusqu'à la suppression des dites informations ou de la clôture du compte, comme le stipulent les conditions générales d'utilisation.
Ce qui me fait d'ailleurs doucement rigoler, car si l'on peut bel et bien clôturer son compte MySpace quand on veut, ce n'est pas tout à fait le cas de Facebook : il y a environ un an et demi, je m'y étais inscrite, car c'était le seul moyen de connaître l'endroit d'une freeze-mob à laquelle je souhaitais participer. Lorsque j'ai voulu clôturer mon compte après la fameuse freeze, quelle ne fut pas ma surprise de voir s'ouvrir une fenêtre m'informant que Facebook garderait toutes mes données au cas où je souhaiterais y revenir un jour ou l'autre. Ce point commun avec l'Église catholique me fit grincer des dents, étant donné que l'on reste catholique à vie une fois que l'on est baptisé, et à moins de se faire débaptiser ou excommunier – ce qui est un long parcours du combattant – point de salut pour l'agnostique...

Je me demande d'ailleurs si tout ça est bien légal... Que l'Église soit au-dessus des lois n'est pas nouveau, mais il semblerait que les sites communautaire sur le net soient en passe de devenir une nouvelle religion pour toute une frange de la population, Facebook en tête. Tout ça pour recevoir des nouvelles de gens qu'on n'a pas vus depuis des lustres et dont on se moque éperdument...
Car je ne conçois pas de faire ami-ami avec des gens que je connais à peine, et il n'y a aucune raison au monde pour que j'accepte d'être l'amie virtuelle d'individus qui me crachaient à la figure il n'y a pas si longtemps.

Personnellement, je laisse le hasard faire les choses, et il se débrouille généralement très bien : j'ai revu mon "amoureux" de sixième primaire lors d'un concert au Luxembourg et une copine avec laquelle je faisais les quatre cent coups il y a plus de quinze ans à La Médiathèque avant de retomber sur elle lors d'un festival l'année dernière. Après avoir papoté et passé un bon moment ensemble, nos chemins se sont séparés à nouveau, et je trouve que c'est très bien comme ça.
Quant à tous les autres perdus de vue, je me dis que si nous ne sommes pas retrouvés, c'est que cela ne devait pas se faire. Pour avoir cherché à revoir certaines personnes de manière "artificielle", je sais que les surprises sont souvent loin d'être bonnes, car après tout ce temps, on a forcément évolué chacun de son côté, et pas nécessairement dans le même sens. On se retrouve alors autour d'une tasse de thé fumant en comptant les anges qui passent, car non, décidément, nous n'avons plus rien à nous dire...

C'est pareil sur internet : certaines personnes m'ont retrouvées via MySpace, et ce ne sont pas nécessairement celles dont j'aurais voulu avoir des nouvelles. Entre celles dont le "friends request" m'a réellement fait plaisir, mais pour qui, de toute évidence, je n'étais qu'un "ami" supplémentaire à leur compteur, et celles qui m'ont collées par messages interposés avant de se rendre compte qu'il n'y avait pas grand chose à tirer de moi, je préfère me concentrer sur les personnes que je connais "pour du vrai", ce qui n'empêche pas certains liens de se nouer ou de se resserrer à l'occasion online. Mais ce n'est pas un but en soi, car au monde virtuel, je préfère de loin la vraie vie. Après m'être repliée sur moi pendant un temps qui m'a semblé une éternité, j'apprécie aujourd'hui de revoir certaines têtes, quand bien même les rendez-vous se prennent par mail.

Loin de moi l'idée de cracher dans la soupe : internet est un outil de communication aussi pratique qu'efficace, mais j'ai bien peur que certains s'y plongent un peu trop profondément, au risque de faire passer leur vie sociale (mais quelle vie sociale ?) à l'arrière-plan.
Et je ne voudrais pas tomber aussi bas.




Conseil de lecture : Paul Auster, "La musique du hasard".

17 commentaires:

Mangeclou a dit…

Voici la marche à suivre pour supprimer definitivement ton compte facebook (en debut de page): http://moderateur.blog.regionsjob.com/index.php/post/Identite-numerique-%3A-astuces-pour-proteger-son-profil-Facebook

La Princesse a dit…

Dans mes bras !!!! je deteste aussi Facebook, et on me regarde limite avec pitié, comme si j'avais dépassé ma date de péremption. Facebook, c'est vide et vain, je trouve. Par contre, j'aime bien Twitter pour l'instant

Miss Sunalee a dit…

Je me suis lancée sur Facebook (fesse de bouc, face de livre) un peu par hasard, et je dois dire que pour le moment, tout va bien. J'ai accéléré la rencontre de nouveaux amis (je n'aurais pas eu besoin de FB pour ça, mais c'était plus rapide), j'ai enfin organisé un dîner avec des amis (ça faisait un an ou plus qu'on en parlait via mail), j'ai retrouvé une ou deux anciennes connaissances avec plaisir... A part ça, je refuse toute demande d'inconnus ou de gens que je n'ai pas envie de revoir (tanpis pour eux) et j'essaie de n'y laisser aucune information compromettante !
Et je n'oblige personne à s'y inscrire. Chacun fait fait fait c'qui lui plaît plaît plaît...

la Princesse a dit…

Miss Sunalee : j'y réouvert un compte consacré à mes rencontres lors des expos, et à mes bijoux, mais même celui là, je n'arrive pas à le tenir à jour...

Et les gens qui insistaient pour que je les mette sur ma liste, alors qu'on se detestait à 16 ans, ça me mettait tres mal à l'aise...

Mademoiselle Catherine a dit…

Mangeclou: Merci pour ce lien aussi utile qu'instructif!

Princesse: Je ne comprends pas trop l'intérêt de Twitter non plus :(

Miss Sunalee: Je comprends que Facebook (comme MySpace d'ailleurs...) facilite certains contacts. Ce que je ne comprends pas, c'est cette obsession que développent certains utilisateurs, comme si leur vie entière se passait sur le net.
Et, en ce qui concerne Facebook, je suis clairement opposée à leurs pratiques commerciales.

waldorf a dit…

une communauté sur tes fesses !
carrément toi !


désolé...

YvAN a dit…

je HAIS facebook.

dr frankNfurter a dit…

je suis déçu, de prime abord je dois être le seul à avoir pris au premier degré le titre de ce post... quelle ne fut pas ma déception! :P

En ce qui concerne les fesses du bouc, c'est juste un outil plutôt sympathique pour avoir des nouvelles futiles de mes amis. Quant à cette manie de vouloir faire exploser son bilan comptable d'amis virtuels... belle chienlit, et minable qui plus est. Ça me permet avant tout de poster les nouveautés de mon blog, et autres bêtises trouvées sur le web.

Pour "je préfère de loin la vraie vie", ça m'a rappelé ton post "carnassier". Le rapport, vous me dites? Hum... ça doit venir du fait que je regarde "True Blood". La viande, le sang, c'est la vie! :D

Mademoiselle Catherine a dit…

waldorf: Dehors! Et qu'ça saute!

YvAN: Je sais. C'est pour ça que je t'aime bien.
Cela dit, tu pourrais y créer un groupe "negligically-arranged structured Houp"... Pas sûr qu'il y aurait du monde, mais ça aurait au moins le mérite d'exister.

dr: A trop prendre les choses au premier degré, on finit en chemisette et slip kangourou devant "Les Grosses Têtes", à côté de bobonne qui lit "Femme Actuelle" des bigoudis dans les tifs. Et tu ne voudrais pas que ça t'arrive, si?

Oui, ces mecs qui envoient un "request" aux amis des amis des amis sont insupportables. Tout ça pour qu'on aille voir leur profil dont tout le monde se moque...

Quant à ta pirouette finale, elle me ramène ni une ni deux à "Trouble every day"... je ne sais pas pourquoi ;)

dr frankNfurter a dit…

mouais chai pas comment le prendre là pour le coup... On veut me faire passer pour le beauf de service ou quoi?
A force d'user de provocation facile, faut pas s'étonner ensuite que certains, en connaissance de cause, pointent du doigt un premier degré qui n'existe pas! Et je conclurai pas un "gna gna gna", des plus virulents! lol

Encore une référence au film de Claire Denis!!!! Mais ça n'arrête pas!! (enfin il me semble, j'ai plus toute ma tête ces derniers temps :s )

La Princesse a dit…

Twitter, ça ne sert pas à grand chose non plus...A dire ou commenter quelque chose trop succint, ou privé pour en faire une note sur le blog...

( oui, mon twitter est plus accès "vrais gens de la vraie vie" que mon blog)

Reine a dit…

Amen !!! voilà qui fait vraiment plaisir à lire. Facebook, je ne peux pas, j'ai beau essayer de comprendre, je n'y vois qu'un étalage de superficialité. Je n'irai pas, dussé-je passer aux yeux du monde pour une pauvre ringarde has been. Au moins à présent, je sais que je ne suis pas la seule !

Mademoiselle Catherine a dit…

dr F: Prends-le comme une petite blague entre amis... et gna gna gna toi-même, d'abord ;)

Princesse: J'aurais du mal à étaler ma vie privée sur internet, bien que je le fasse d'une certaine manière sur ce blog. Mais je veille à ne jamais entrer dans les détails, surtout quand il s'agit des autres (encore que ce ne soit pas l'envie qui me manque parfois ;) )

Reine: Je ne pense pas que le fait de n'être ni sur Facebook ni sur Twitter fasse de nous des "ringardes"... et tu es loin d'être la seule, je te l'assure!
Merci pour ton commentaire, et bienvenue par ici.

Monsieur Flash a dit…

Non, non, vous avez bien raison; tous les mêmes, d'ailleurs.

A quand la fusion de ces communautés en une seule Communauté Universelle (chouvert.com)? Les nouvelles fonctionnalités de Myspace le font très étrangement ressembler à l'autre machin. Les critiques sur l'un d'il y a quelques années sont celles de l'autre à l'heure actuelle. Nivellement, par le bas? par le haut? mais nivellement certain.
Ceci dit, ce sont de bons petits utilitaires : " Mon" FaceBook permet même un lien très rapide sur "Mon" blog mySpace.

Bref, pour que tout le monde soit content :

http://www.facebook.com/marabout.flash
http://fr.myspace.com/maraboutflash

Mademoiselle Catherine a dit…

Ah, Monsieur Flash, comme vous avez raison!
Finalement, c'est internet, le Diable ;)

Je me verrais bien faire une petite cure de désintoxication, tiens... Des volontaires ?

Monsieur Flash a dit…

Internet c'est Dieu, comme je me le disais encore ce matin (promis, juré, craché). Lieu de production, lieu d'échange, lieu de consommation. Le melting pot est difficile. Après la production, j'en suis à l'échange qui vire déjà à la (sur)-consommation. Vite, détachons-nous un peu pour repasser un peu en mode production (vite, c'est vite dit, mais on y pense; le mieux est l'ennemi du bien et l'excès nuit en tout, d'abord y'a pas d'avance ...).

Fais ce que dois!

Mademoiselle Catherine a dit…

Tu es donc volontaire pour une cure, toi aussi?!