lundi 24 août 2009

La musique adoucit les mœurs

Voilà à peine un an que j'ai installé un graveur CD sur mon PC et que je reprends plaisir à concocter des compilations maison, pour moi comme pour les personnes que j'aime. Car, en bonne ringarde qui s'assume, je suis restée pendant longtemps fidèle à cette bonne vieille cassette audio, et ce n'est qu'en changeant de chaîne stéréo il y a environ trois ans que je suis passée au tout-CD la mort dans l'âme. Ce qui ne m'empêche pas de brancher à l'occasion mon dictaphone sur la prise auxiliaire pour écouter des vieux bazars, les yeux pétillants de nostalgie.
N'étant passée que récemment à l'ère du numérique, j'ai pris le temps d'apprivoiser l'outil, m'entraînant à compiler et enchaîner des titres pour mon propre compte avant d'en faire profiter les autres. Et depuis quelques temps, je me surprends à noter les morceaux qui me tiennent à cœur pour les partager avec une personne que j'aime particulièrement.
Y aurait-il de l'amour dans l'air ?

Quoi qu'il en soit, je pense que la musique est souvent le chemin le plus court pour accéder à un individu quand les mots nous manquent. Les troubadours ne s'y étaient d'ailleurs pas trompés et se faisaient grassement payer par des amoureux timides pour aller chanter la sérenade sous les balcons des mignonnes romantiques.

N'ayant pas de balcon, c'est dans mon petit chez-moi – car il vaut mieux un petit chez-soi qu'un grand chez-les-autres – que j'écoute les messages personnels par CD interposé (et, depuis peu, vinyle) avant de répondre à ma façon, sélectionnant les titres avec soin, les enchaînant minutieusement et bricolant une jolie pochette pour parfaire le tout.
Je ne le fais pas souvent, et uniquement pour les personnes que j'aime très fort, mais je le fais avec amour et – je l'espère – savoir-faire, car partager la musique, c'est offrir à l'autre un instantané de sa vie à un moment donné, comme un portrait en filigrane de sa personne. Et c'est un moyen de communication qui va bien au-delà des mots : qu'il s'agisse d'une compil à thème ou d'un joyeux bordel regroupant quelques all-time-favourites, la musique reflète toujours la personnalité de qui l'a choisie.

Que ce soit pour déclarer sa flamme, remonter le moral d'un ami en détresse ou simplement partager ses coups de cœur, rien ne vaut la bonne vieille compil, et je me souviens avec nostalgie des heures passées près de mon magnétophone, les doigts engourdis à force d'enchaîner les "Play", "Rec.", "Rewind" et autres "Fast forward". Si l'arrivée du graveur CD a largement facilité la tâche aux DJ amateurs, je déplore néanmoins le passage au tout-MP3 et à la lecture aléatoire qui brise les enchaînements sur lesquels on a sué sang et eau.
Car voyez-vous, une compilation me semble être un cadeau tellement personnel que je serais malade de culpabilité si je me contentais d'en écouter des extraits plic-ploc. Étant moi-même extrêmement pointilleuse sur l'évolution des ambiances (comme tout bon maniaque qui se respecte), la moindre des politesses est d'écouter les titres tel que le "compilateur" l'a voulu, quitte à glisser par la suite ses favoris dans son lecteur MP3.

Je pense qu'une bonne compilation, comme tout bon album, raconte une histoire qu'il est bon de laisser défiler. Le parcours musical peut sembler accidenté par moments, mais personnellement, j'aime encore bien ces passages du coq à l'âne, car se sont autant d'effets de surprises qui tiennent l'auditeur en haleine.
Et passer de Client à Linda Ronstadt via les Stranglers et Fine Young Cannibals, c'est du grand art !

Conseil de lecture : Nick Hornby, "High Fidelity",
avec cette compil en fond sonore !

11 commentaires:

Miss Sunalee a dit…

je te conseille donc chaudement "Bande originale" de Rob Sheffield: http://popupmonster.wordpress.com/2009/07/11/from-fantasy-to-real-life/

Mademoiselle Catherine a dit…

Oh oui, ça a l'air bien! Merci :)

Et toi, quand reprends-tu la transmission?
Je veux tout savoir sur le déménagement!

Miss Sunalee a dit…

ça vient, ça vient (je suis de nouveau au boulot - mes journées seront à nouveau plus structurées !)

Mademoiselle G a dit…

Ah je me rapelle avec nostalgie lorsque, plus jeune, j'écoutais de la musique sur mon "walkman" dans mon lit avant de dormir...Et je me suis aussi usé les jointures sur le touche "rewind"! Merci beaucoup pour ta participation au concours et tes gentils mots sur mes illustrations..J'ai hâte de te lire! :-)

Mademoiselle Catherine a dit…

Bienvenue Mademoiselle G!

C'est vrai que le walkman, c'était un fameux machin! Et je suis un peu triste qu'aujourd'hui, n'importe qui écoute n'importe quoi en n'importe quelle qualité, notamment ces andouilles qui se croient malins en écoutant de la merde sur leur téléphone portable (en faisant bien profiter tout le monde au passage).
Ces gens-là ne méritent pas d'écouter de la musique!

Schtroumpfette Grognonne a dit…

J'ai découvert ton blog aujourd'hui, par hasard, et j'y trouve plein de choses qui me parle, une bruxelloise qui porte le même prénom que moi et qui cite du neubauten ou adult dans le texte...! Ca m'interpelle!
J'étais aussi une fan des compiles sur cassette, et je n'ai pas repris ce plaisir depuis le mp3, maintenant je fais des playlists ^^
très intéressant aussi, le lien vers la sélection de la médiathèque, je ne savais pas qu'ils faisaient des playlists, eux aussi!
Merci pour ces re-découvertes

Mademoiselle Catherine a dit…

Bonjour Schtroumpfette, et bienvenue chez moi. C'est toujours gai, ce genre de commentaires, et si tu t'y retrouves, c'est encore mieux!

Pour ce qui est des playlist de la Médiathèque, ça tend à se développer. A suivre, donc...

Par contre, je tiens à préciser que je suis Liégeoise... ;)

Schtroumpfette Grognonne a dit…

c'est l'avenue Louise et Senteurs d'ailleurs qui m'ont induite en erreur, mea culpa ;) et merci pour ton accueil :)
c'est chouette aussi de découvrir un blog, ya plein de billets qui nous attendent!

Mademoiselle Catherine a dit…

N'hésite pas à fouiller, notamment dans "Les notes de Mademoiselle Catherine" qui sont un peu mes billets d'humeur...

Bonne lecture :)

Wakajawaka a dit…

"comme tout bon maniaque qui se respecte"...
Voilà une phrase que je surplussoie ! ;)

J'ai souvent crée des compils. Je le faisais au temps de la cassette, je l'ai fait au temps du CD.

Et depuis quelques temps je le fais à d'autres formats (FLAC ou OGG suivant les possibilités des lecteurs de mes "cibles" sinon mp3).

C'est comme cuisiner ou assembler un parfum, chaque morceau donne saveur et corps au résultat final.

(J'allais faire un parallèle plus osé, mais je m'en tiendrais à cela, qui sera bien plus juste : tout ce qui se compose sur le temps et le développement est une forme d'art si l'on prends le soin de s'y investir vraiment).

Ainsi de l'assemblage en cuisine, de la préparation d'une compil, d'une set-list, du choix d'une harmonie de couleurs.

Concernant le MP3, c'est vrai qu'on l'écoute sur n'importe quoi à n'importe quelle fréquence d'échantillonnage, et souvent après qu'il ai subit des traitements bourrins (normalisation le plus souvent).

Mais je me souviens avoir enregistré des morceaux sur les grandes ondes quand j'étais gamin et en avoir été heureux. Pourtant le résultât était musicalement plus que douteux (K7 multi-réenregistrées+signal d'origine médiocre).
En fait ce qui me dérange réellement avec le mp3, c'est que son format a accéléré la perception de la musique comme un vulgaire bien de consommation.
On télécharge/on écoute vaguement tant que c'est à la mode/on jette : ce n'est plus de l'écoute ni du plaisir, c'est du travail à la chaîne normalisé : on écoute ce qu'il faut écouter, et en quantité car ça permet de frimer.

Le boulot des artistes? "On s'en tape! il y en a des milliers de par le monde, aucun n'est irremplaçable!"
Et voilà la musique condamné à n'être plus que "l'air du temps" :
vite entendue/vite oubliée.

Le mouvement était déjà initié par les majors, la technique a fait le reste.

Mademoiselle Catherine a dit…

"Tout ce qui se compose sur le temps et le développement est une forme d'art si l'on prends le soin de s'y investir vraiment": je ne pourrais être plus d'accord avec toi!
Hélas, trois fois hélas, qui prend encore le temps de nos jours? Comme je le signalais dans un autre post, les gens prennent et jettent avec un naturel déconcertant: le plaisir se doit d'être immédiat ou n'être pas, pour être remplacé dès le moindre signe de lassitude, qu'il s'agisse de musique, de bouffe, de vêtements ou même d'individus...
Bigger, better, faster, more!

Heureusement qu'il reste des "artisans" amoureux de leur art, ceux-là même qui ont le pouvoir d'illuminer notre quotidien (le mien, en tous cas) avec des créations dont on ne se lasse pas. Des "indispensables" qui jalonnent notre vie et ne quittent pas nos bagages malgré les hauts et les bas de l'existence.

Et pour avoir travaillé pendant longtemps au contact avec un public mélomane, je peux t'assurer que les gens sont souvent bien plus curieux qu'ils n'y paraissent quand on prend le temps de les aiguiller correctement: beaucoup sont tout simplement perdus dans le nombre de productions à disposition et éprouvent une gratitude sincère vis à vis des personnes qui guideront leurs pas vers des artistes de qualité (et trop souvent méconnus).