samedi 12 décembre 2009

Hibernatus

Vous vous en doutiez probablement : la magie de Noël me laisse de marbre.
Pire : elle me déprime !
Ma déprime de Noël s'installe progressivement dès l'apparition des premières décorations (en général au lendemain d'Halloween) pour prendre fin, au mieux, le jour de l'an, au pire, à la fin des soldes (d'hiver, comprenons-nous bien).

Il y a certainement de nombreuses raisons à cela, aussi n'en citerai-je que quelques unes, car d'une part je ne veux pas vous endormir avec mes jérémiades, et d'autre part, celles que je passerai sous silence ne regardent que moi.

Parmi les choses qui me cassent le moral, il y a le fait que Noël, comme beaucoup de fêtes religieuses, soit passé du stade de rituel chrétien à celui de tradition, puis de tradition à l'habitude. Et il n'est pas bien vu de vouloir y échapper.
Alors, une fois l'an, on fait un effort de courtoisie avec des personnes perdues de vue depuis douze mois, prétendant que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, car, à Noël, il n'est pas permis d'être de mauvaise humeur... quand bien même on viendrait de s'épuiser dans les magasin à la recherche d'hypothétique cadeaux.

Parce que la course aux cadeaux est un véritable marathon : outre la préparation psychologique (mais qu'est-ce qui pourrait bien leur faire plaisir ?), l'effort physique n'est pas des moindres puisqu'il s'agit de braver la foule qui, elle, semble y prendre plaisir.
Déjà que j'ai du mal à faire les magasins en temps normal, en période de Noël, ça frôle la torture. Et n'allez pas croire que mes raisons sont nobles, dans le genre altermondialisme ou autres : non, dans mon cas, cela s'appelle tout simplement de l'agoraphobie.

De plus, les fêtes de fin d'année réunissent à chaque fois toutes les conditions pour me mettre le nez dans mon caca : les dépenses liées aux cadeaux me rappellent chaque année à quel point je vis dans des conditions précaires, et les repas de famille ravivent en moi la désagréable impression d'être une sœur, une fille, une nièce, une petite-fille, une cousine indigne.

En outre, cette période festive étant aussi celle des bilans, je ne peux m'empêcher, année après année, d'avoir la douloureuse sensation d'avoir complètement raté ma vie.

À 32 ans, qu'ai-je accompli ?
Pas grand chose, il me semble : ni gosses ni relation stable à l'horizon (ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé), toujours le même 35 m² dont le loyer est toujours payé avec le même boulot à mi-temps (que j'adore, ceci dit en passant), une vie sociale et artistique en suspend depuis plusieurs mois pour manque d'envie et d'inspiration, et je ne vois pas vraiment de possibilités d'évolution à moins que je n'y mette du mien.
C'est d'ailleurs là que le bât blesse, car ma vie, depuis le début de l'année, est en stand-by : je n'ai pas l'énergie de faire de gros efforts ni de me plier à ce que les autres attendent de moi, et en attendant de me sentir à nouveau assez solide et confiante, je préfère m'enfoncer dans ma solitude de misanthrope plutôt que de m'entourer de personnes que mes sautes d'humeur et mon manque d'enthousiasme risqueraient de blesser.
J'ai déjà peu d'amis, alors je ne voudrais surtout pas les perdre à cause de ma mauvaise humeur...

Et je prie pour que tout ceci ne soit que passager, mais il ne tient qu'à moi de changer la donne.

Fond sonore : Trey Parker & Matt Stone, "Merry f***ing Christmas".

...mais à part ça, tout va bien ;)

15 commentaires:

Anonyme a dit…

je t'embrasse bien fort mon elfe préférée... Te pose pas tant de questions c'est pas bon pour ton moral ...
Je t'aime tout simplement et il en est ainsi pour certaines personnes de notre famille aussi
bisououoououououou

Mademoiselle Catherine a dit…

OoOoOohhh ma fée! Je t'adoOore!!!
Vivement Noël qu'on puisse se revoir enfin :)

Bon week-end & maxi-bisous à toute la famille***

dr frankNfurter a dit…

Pour l'agoraphobie liée à une misanthropie aiguë ou non, on change pas une équipe qui gagne: la VPC ou internet...

pour le reste du billet... pas mieux... pouf pouf

NeuNeu a dit…

Très joli billet.

Me retrouve vachement dans tous tes passages, c'est assez étonnant. Bon, j'ai pas 32 ans tu t'en doutes hein.

Par contre, moi c'est plus de l'énervement que je ressens vis-à-vis de l'hypocrisie ambiante... Je ne supporte pas qu'on me souhaite de "bonnes fêtes" ou une bonne année alors que pendant tout le reste de l'année ça sera tout sauf cordial :)

Concernant l'agoraphobie, je reviens du marché de Noel de Stuttgart, bin j'ai cru étouffer, même en plein air! Une horreur!
Bref, j'ai pas du tout à fait quitter l'adolescence ^^

Anonyme a dit…

Oui, très joli billet, qui dit tout haut et simplement ce que beaucoup ressentent, sans pouvoir trouver les mots.

Aaricia

Elsa La Douce a dit…

Je suis tout a fait comme toi! Mais noel me déprime ainsi que le jour de l'an a cause du décés de ma mère puis je suis d'accord pour les magazins le casse tête des cadeaux, les dépenses a faire, puis la bouffe super bonne que l'on fait pour plein de gens dont on se rappelle à peine!
Et les courses je suis d'acc c'est de la torture en général, je reste cachée dans mon studio de 23m²
Courage c'est bientôt fini!
Elsa

Mademoiselle Catherine a dit…

dr f: Ce sont les contacts en général que j'évite, même sur internet (j'aime pas trop l'effet "second life"). Mais bon, comme je le dis dans mon billet, ce n'est qu'un mauvais moment à passer... j'espère!

NeuNeu: Pour l'hypocrisie, c'est pareil: j'ai énormément de mal à faire de grands sourires aux gens qui m'indiffèrent (et que je laisse moi aussi parfaitement froids). Et plus je vieillis (dit-elle d'une voix tremblante), plus j'ai du mal. Ce qui veut sans doute dire que je suis plus sincère envers moi-même...

Pour le marché de Noël, dis-toi que ce n'est qu'une fois par an (comme tout le reste de cette masquarade!) ;)

Aaricia: Merci & bienvenue! Tant mieux si les gens se retrouvent dans mes billets: c'est, je trouve, le but d'un blog ;)
Au plaisir de te revoir par ici.

Elsa: Evidemment, si quelqu'un a vécu quelque chose de pénible en période festive, c'est difficile d'y voir du bon. D'autant plus que les fêtes de fin d'années sont très "famille", alors je comprends que tu n'aie pas envie de jouer le jeu.
Moi aussi, j'aurais plutôt tendance à faire la taupe. Et pûis, quoi de plus douillet que son petit chez-soi bien chaud et confortable pendant que tous les autres piétinnent dehors à la recherche de cadeaux aussi inutiles qu'onéreux?

Didi a dit…

Salut salut,

C'est pareil pour moi aussi. Les derniers mois de l'année sont assez pénibles à passer...
Je me rappellerai toujours lorsque j'ai osé ne pas participer aux retrouvailles de Noël, une année, le scandale que cela à produit. (Alors que d'autres, peuvent ne pas venir sans aucune retombée!!!)
Bref! No comment...

Bizzzzzz

La princesse a dit…

J'aime Noel, et rentrer chez mes parents, moi. J'aime bien acheter des cadeaux, et en général je trepigne pour pas les offrir avant ;)...Je vois mes cousins, le reste de la famille et puis j'aime bien finalement, on papote, et on mange trop.

Par contre, je suis totalemet "nouvelanophobe". Je deteste les reveillons du 31, les fringues a paillettes criardes qui envahissent les boutiques, et le coté "rejouissances obligatoires"..

Mademoiselle Catherine a dit…

Didi: J'ai échappé à Noël en famille l'année dernière pour raisons personnelles, mais je suis quand même allée voir les personnes que j'aime vraiment très fort quelques jours après. Juste que je ne me sentais pas les épaules d'affronter une vingtaine de personnes d'un coup.
Et ça n'a apparemment pas trop posé problème, ouf!

Princesse: Le Nouvel An n'est pas un passage obligatoire pour moi. Moi aussi, j'ai horreur qu'on m'impose quand faire la fête, et si je ne me sens pas d'humeur, je n'y vais pas. Il y a deux ans, j'ai passé le Nouvel An clouée au lit avec de la fièvre, tandis que mon ex était parti faire la fête sans même me passer un petit coup de fil. C'était vraiment pourri!
Du coup, je me suis rattrapée le week-end suivant avec MES amis, dans un endroit que MOI, j'aime, et je me suis amusée comme une petite folle :)

Elea a dit…

Déjà, on ne s'accomplit pas tous de la même façon: tu peux ne pas avoir de vie "avec enfants/époux/promenade le dimanche", et être bien quand même...Ce qui est le plus triste dans tout ça, c'est que c'est souvent par le regard (conventionnel) des autres qu'on a l"impression qu'on ne fait jamais les choses comme elles devraient être faites, alors que foncièrement il n'y a pas de ligne directrice fixe.
Peut être as tu besoin justement de ce standby pour mieux avancer par la suite?
Sinon j'aime beaucoup Noel, mais c'est parce que je fête le 24 uniquement avec ma famille proche, et pas avec ma smala de cousins, cousines, tantes et oncles, que je ne peux pas blairer pour la majeure partie d'entre eux: c'est égoïste, j'en ai conscience, mais les réunions de famille, je les fuis comme la peste, genre ça doit faire plus de 10 ans que je ne les ai pas vus, c'est dire.
Sinon je te souhaite tout de même, avec beaucoup de sincérité, de ne pas passer de "trop mauvaises" fêtes, et surtout je te souhaite qu'on ne te force pas à faire le réveillon du 31 (j'éprouve pour ce dernier les mêmes sentiments que toi)

Mademoiselle Catherine a dit…

Je suis tout à fait d'accord avec toi dans le sens que chacun donne à son épanouissement personnel une définition qui lui est propre, et il est vrai aussi que les regards extérieurs nous conditionnent souvent bien plus qu'on ne le voudrait.

Dans mon cas, le fait d'avoir une vie amoureuse instable me perturbe énormément, et je commence à me demander le plus sérieusement du monde si je suis faite pour ça... ou alors, je choisis mal, je ne sais pas.

D'autre part, je me rends compte avec le temps que le mythe de l'horloge biologique n'en est pas un (en ce qui me concerne, en tous cas), et que, petit à petit, il me faudra peut-être aussi faire ce deuil-là, à savoir la possibilité de ne jamais avoir d'enfants.
Pour quelqu'un qui, il n'y a pas si longtemps que ça, refusait pourtant catégoriquement l'idée d'en avoir un jour, c'est un fameux retournement de situation. Et c'est d'autant plus douloureux qu'il n'y a actuellement aucun signe d'évolution à ce niveau-là dans ma vie...

Cela dit, j'ai la chance de pouvoir m'épanouir dans mon travail, et si je suis en stand-by pour le moment, c'est effectivement pour reprendre des force, car les dernières années ne furent pas de tout repos.

Et puis, on ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve, fort heureusement :)

Merci d'être passée, Elea!

Loreen a dit…

Pour les fêtes, je suis comme Princesse. J'aime beaucoup Noël, aller chercher l'un ou l'autre cadeau(enfin, surtout pour Chéri :-))...car pour la famille, c'est souvent galère, soit ils n'ont besoin de rien, soit ils n'aiment pas grand chose...). Par contre nouvel an...si je pouvais le passer sous la couette ou au ciné; enfin, bêtement comme une soirée de "tous les jours",cela m'arrangerait. "Malheureusement", chéri ne voit pas ca de la même façon: heureusement, il ne veut pas "sortir" à tout prix mais bien aller chez l'un ou l'autre copain.
Ca m'évite ainsi de devoir chercher une tenue "adéquate" pour l'occasion...tenue qu'on ne remettra jamais...

Catherine, dans ton dernier post, tu me fais un peu penser à une collègue qui se pose aussi beaucoup de questions à propos de son avenir sentimental. Que te dire de "concret" ? On ne se connait pas du tout :) mais j'espère de tout coeur qu'un jour, tu trouveras "la" personne qui te convient ou en tout cas avec laquelel tu pourras faire un long chemin. Les choses peuvent changer très vite et quand on a pas le moral, de toute manière, on voit tout en noir et "on" peut se dire que "cela vient de nous" alors que non... Peut-être qu'il faut briser un "cercle" (c'est peut-être toujours le même type de gars que tu rencontres ?) ?

Bon, je m'égare non ? :) Côté bébé, je pensais que tu étais plus jeune que moi (pour info, j'en ai 36) et que tu avais encore tout le temps devant toi si tu en souhaitais.

En tout cas,comme Elea, je te souhaite de passer au mieux la fin de cette année; pense bien à toi surtout !

Anonyme a dit…

Il y a des personnes qui pensent à toi mais que les événements de la vie (décès) font que nous ne nous sommes plus entendues ni vues depuis mon anniv', mais toute mon amitié va vers toi et t'est acquise,bon ce n'est pas grand chose mais c'est sincère.

PSH(umoristique): Manie un peu le fouet et les "hommes" seront à tes pieds! ;-))
Clymence

Mademoiselle Catherine a dit…

Loreen: Merci pour cette intervention. C'est vrai que j'ai toujours eu tendance à retomber dans les mêmes schémas, donc oui, forcément, cela vient "aussi" de moi. Mais pas "que" puisqu'il faut être deux dans ce genre d'histoires.

En fait, il y a des jours où ça va très bien et d'autres où je désespère...
Mais bon, je prends mon temps. Et d'ailleurs, ça ne m'empêche pas de fréquenter quelqu'un depuis un petit moment, à tout petits pas, comme la trentenaire parano que je suis ;)

Clymence: Merci! Tu sais que c'est réciproque!

Par contre, pour le fouet, pas sûr que ça m'aide à trouver un partenaire stable et sain ;)
Encore que...
Je vous embrasse, toi & ta moitié (et les chats aussi)***