mercredi 3 février 2010

De l'art et du cochon #1

À l'heure où je retrouve enfin le plaisir de lire (et donc de trimballer des briques de près de 600 pages dans mon sac – en ce moment The Book Thief de Markus Zusak), Apple présente son magique iPad (un nom qui prête à confusion, je vous l'accorde !).
Déjà que j'ai du mal à survoler les revues de presse sur le net, suivre un roman sur un écran de 10", ça a beau prendre moins de place, ce serait pour moi de la torture occulaire, car je me suis rendue compte que les phrases qui se suivent sur le papier appaisent mes petits yeux malmenés par une journée passée devant un écran.
Et je me vois mal remettre le couvert volontairement une fois rentrée chez moi (ou sur le chemin du retour).
Il me semble que ce type d'objets convient aux personnes qui aiment les intérieurs minimalistes et ne s'encombrent ni de livres, ni d'albums sur CD ou vinyle (ne parlons même pas des cassettes audio !) puisque leur équipement Mac leur suffit amplement. J'imagine de grands espaces blancs ultra-sophistiqués où l'on pourrait manger à même le carrelage à n'importe quelle heure du jour et de la nuit ; des espaces à mi-chemin entre magazine de décoration et film de science-fiction où les rares objets visibles seraient des produits de très haute technologie comme autant de signes extérieurs de richesse.

J'ai beau avoir conscience qu'il s'agit là d'un cliché un peu facile, je me demande néanmoins où est le plaisir là-dedans – celui de fouiller sa bordélique discothèque ou bibliothèque à la recherche du prochain album à écouter et du prochain livre à lire, celui de tenir entre les mains un objet fait avec amour et savoir faire dont les créateurs sont probablement fiers.
Car j'imagine qu'il doit être particulièrement exaltant, après des semaines passée en studio ou des années passées à écrire, de tenir enfin le fruit de son travail entre les doigts. Cela doit représenter une sorte d'accomplissement et procurer un sentiment de plénitude bien plus important que si le travail en question ne restait qu'un fichier parmi d'autres dans un quelconque disque dur.

Si les avancées technologiques ont effectivement permis à des artistes peu connus de s'exporter, même modestement (je suis moi-même ravie lorsque j'apprends que l'on apprécie ma musique à l'autre bout du monde), il est vrai aussi que l'ère du tout numérique nous a fait perdre en qualité : aujourd'hui, la musique est devenue un produit de consommation de masse, et les téléphones portables de gosses à peine pubères nous cassent les oreilles dans les transports en commun en crachant des sons à peine définissables. Je repense ainsi avec nostalgie à cette époque où écouter de la musique outdoors était bien moins facile et que celle-ci rassemblait les gens au lieu de les diviser.
Kid Loco en parlait d'ailleurs fort bien dans un entretien accordé au Hors-Série #2 du magazine Trax (été 1999) : "(...) quand j'étais au collège ou au lycée, si j'avais un disque des Sex Pistols sous le bras parce que j'étais punk, et que je croisais un mec qui avait un disque de Yes sous le bras, ça avait beau être un putain de hippie de merde, on était potes parce qu'on était 2 à avoir des disques sous le bras parmi 3000 élèves. On se reconnaissait, on était différents parce qu'on avait un disque. Aujourd'hui, j'ai 3 gamines [qui] consomment de la musique à longueur de journée [et] écoutent les mêmes morceaux sur Ado FM. Du coup, un bon morceau devient un morceau que tu as en tête, pas un signe de reconnaissance."

Je vous laisse méditer là-dessus...

Comité de visionnage : "The Boat That Rocked".

13 commentaires:

kim a dit…

On pouvait pas faire mieux. Bon regard sur ce qui nous arrive et je te rejoins totalement. C'est marrant, j'ai déjà pensé à cette éventualité d'un intérieur minimaliste et épuré à un point tel où il n'y a plus rien. Des projections de faux meubles à la limite. Le reste: purement utilitaire. Au secours...

hautlesmainspeaudelapin a dit…

J'y crois pas à l'ipad... On ne peut pas être dans la culture dématérialisée comme ça. L'objet livre est très important sur le plan symbolique !
J'adore Madame Bovary. Mon exemplaire date des années 70 avec une couv super rétro et les pages jaunies, il appartenait à ma mère. Je ne pourrais pas lire Madame Bovary sur un autre support.

Les tests de Gridou a dit…

Moi je dis que tu rajoutes de l'amour à ton titre et tu as une chanson du merveilleux, du magnifique, du très grand Hubert Felix Thiefaine ;-)
Sinon, l'Ipad je pense que je l'achèterai parce que moi, l'ordi ne me sert que pour Internet, alors qu'il pèse une tonne... Je devrais en racheter un mais ça me broute, si tu savais... Et je pense que l'Ipad sera un bon compromis, en espérant que d'ici quelques années les écrans seront plus grands... Sauf pour lire un bouquin, je reste une adepte du papier aussi :-)
MAC, tout ce que j'en connais, c'est juste génial ?! J'ai un Iphone et pour rien au monde, je n'en changerait, c'est juste dément...

Les tests de Gridou a dit…

Et sinon, The boat that rocked, chouette film hein ? Je l'ai vu en avant-première l'an dernier, un très bon moment cinéma :-)

Mademoiselle Catherine a dit…

kim: C'est un peu comme ces gens qui achetaient l'intégrale de La Pléiade pour faire joli... Signes extérieurs de richesse! Que d'la gueule, comme on dit!

hautlesmains: J'espère que tu as raison.
Cela dit, je crois qu'il restera toujours un très grand nombres d'amoureux de l'objet - livre, disque... -, la culture "dématérialisée" restant, je pense, l'apanage de quelques péteux qui se la jouent. Péteux hélas un peu trop nombreux à mon goût, je dois bien l'avouer.

Gridou: Chacun ses choix. Moi qui suis une précaire, une vraie, je n'ai absolument pas les moyens.
Et je n'ai d'ailleurs pas de connexion internet chez moi.
Pour le reste, j'ai un GSM depuis moins d'un an, pas de voiture, pas de télé, pas de mec, pas de chat, pas de poisson rouge... Des questions? ;)

Quant à "The Boat That Rocked", oui, quel excellent film! Mon dernier groOos coup de coeur cinématographique (et quelques magnifiques fou rires) :)

NeuNeu a dit…

Bin moi j'ai tendance à avoir une discothèque très remplie...virtuellement.

Je trouve que les CD sont vraiment pas abordables, et je dois avouer que je ne prends pas vraiment le temps de faire les boutiques pour en trouver vendus moins chers. Du coup je n'achète que les CD de mes groupes favoris. Je le fais alors que je n'ai même pas de chaine Hi-Fi, simplement pour avoir le plaisir de déchirer le film plastiiiiiique!!!!


Pour les bouquins, c 'est jamais sur l'ordi, j'y arrive pas du tout!

La Princesse a dit…

Je rejoins kim et hautlesmains...Pour moi l'ipad, c'est un gadget de plus. Alors l'année prochaine, si je trouve une tablette tactile d'une autre marque et dans mes prix, je testerai, pourquoi pas.
Par contre, pour moi, le livre séparé du support papier, c'est le séparer d'une grande partie du plaisir de la lecture. L'objet est très important à mes yeux.

Jérémy a dit…

C'est marrant mais au Lycée, tout le monde adoré Nirvana. Moi j'ai jamais apprécié le groupe Kurt Cockain ! A l'époque sur mon baladeur, c'était plutôt : Les Clash, Lou Reed, Patti Smith, Les Cure...

Loreen a dit…

C'est quoi l'ipad ? C'est juste pour pouvoir lire un bouquin ? Ou alors, c'est une sorte d'ordinatuer/PC (et qui fera peut-être un jour le café...Ce sera sympa ds le train tiens).

Je ne suis pas partisane de lire un bouquin sur écran; rien ne vaut le support papier :-), tourner les pages (frouch frouch). Depuis mes 15 ans +-, chaque fois que je lis un bouquin (qui m'appartient ^^), je note à l'intérieur le mois et l'année de la lecture. Parfois, ca fait "bizarre" de rouvrir un livre et de voir quand il a été lu la première fois.
¨
Pour la musique, c'est pareil : j'achète ! Ne travaillant plus à Bruxelles, je n'ai plus Fnac/Médiamarkt à deux pas. Cela m'a permis de faire des économies (musique et bouquin :-)); mais bon, ces derniers temps, j'ai acheté sur le net (pas biiien). Tout ça pour dire qu'avoir l'objet,la pochette, le cd, c"est un plaisir pour moi :-).

Mademoiselle Catherine a dit…

NeuNeu: Quand on aime, on ne compte pas... le temps passé dans les boutiques ;)

Princesse: Les gadgets, comme internet, sont des objets supposés nous faire gagner du temps, mais au final, j'ai l'impression qu'ils en font perdre énormément...
Vive les objets fonctionnels qui ne servent qu'à une seule chose! Je trouve bien moins perturbant d'avoir un téléphone, un agenda et un ordinateur séparés plutôt qu'un tout-en-un. Au moins, je sais à quoi sert chaque objet ;)

Jérémy: Les goûts et les couleurs...

Loreen: L'iPad est un petit écran tactile qui fait un peu de tout (livre numérique, internet, agenda et tout et tout).
Pour le reste, je te rejoins totalement, même si j'achète surtout d'occasion (c'est tellement beau d'offrir une seconde vie à un livre ou à un album!).

YvAN a dit…

D'accord mais pas pour tout... un livre sur un ordinateur (même un iPad), jamais, pour preuve, rien que lire un document reçu en pièce jointe (en attach, pour les non-extrémistes) à un courriel (email), il faut que je l'imprime (et là on se prend les autres extrémistes au cul: tu sais combien d'arbres il faut etc... et pour des livres il en faut combien des arbres ?).
Par contre, pour certains usages ça me semble bien pratique. Perso, je recherche un maxi-outil-mystère pour regarder des Séries TV en mobilité (genre sur mon velo elliptique à la salle de sport, oui, oui...) et pour cela, les iPod Touch ou iPhone sont trop petits, pareil pour surfer, j'y crois pas, faut tout le temps zoomer (= agrandir) ou scroller (naviguer de haut en bas et de droite a gauche) donc cet iPad me botte bien. Je ne le cloue pas au pilori directement, je veux d'abord l'avoir en main avant de juger, même si je trouve la capacité mémoire décevante, le prix est abordable. Et puis, je veux savoir ce que c'est de "tenir l'internet dans les mains" comme disait Steve Jobs (champion toutes catégories du Marketing mondial)... Niveau musique, avec des budgets entre 150 et 200€ par mois en CDs, mon passage au numérique fut une révélation, la piètre qualité des albums de la majorité des groupes à l'heure actuelle ne mérite pas les 15 à 18€ demandé (voire 22), alors il y a le culte de l'objet? Mwouais, mon culte de l'objet a évolué avec son temps et est maintenant voué à mon iPod, mon Blackberry, mon iMac et demain mon iPad ?

Génération Fast-food ou Always-on oui, et victime du marketing et de la mode... Ouep, surement.
Mais tellement assumé. ;-)

YvAN a dit…

Oups, me suis emballé... sorry pour la longueur. En même temps, aucun arbre n'a été blessé pendant la rédaction de ce post.

;-)
Y

Mademoiselle Catherine a dit…

YvAN: Ah mais toi, tu fais partie de ces jeunes gens dynamiques qui ont besoin de toutes sortes d'outils pour braver leurs loOongs trajets en voiture et justifier leur salaire, ha ha!
C'est vrai que là où tu bosses, tu passerais vite pour un couillon si tu n'avais pas au moins un Blackberry, alors que moi, je me ferais taper sur les doigts si je me mettais à télécharger comme une enragée ;)
Et puis d'ailleurs, j'ai toujours pas internet chez moi. Et c'est pas encore demain que je vais m'y mettre...