mardi 6 avril 2010

Vivre pour travailler

Il m'arrive de voir de l'incrédulité sur le visage de mes interlocuteurs quand je leur parle de mon travail comme d'un boulot de rêve. Si les tâches qui me sont confiées font effectivement des envieux (en gros : écouter de la musique, regarder des films et donner mon avis), ma fiche de paie produit exactement l'effet inverse puisque je travaille à mi-temps. C'est là que fuse généralement la question : "Et tu t'en sors comment ?".
Je m'en sors plutôt bien, merci.
Ayant toujours eu un mode de vie frugal (pour ne pas dire précaire), j'ai pris un train de vie en accord avec mes modestes revenus, et si j'ai fait l'un ou l'autre intérim à l'occasion, c'était davantage pour assurer mes arrières que pour satisfaire de folles rages dépensières (on est fourmi ou on ne l'est pas).

D'aucuns me diront que ce n'est pas une vie, alors que si, justement : j'ai la chance d'avoir le temps de vivre ! Alors, pensez-vous, les discours du genre "L'important, c'est de travailler", ils me font doucement rigoler, car il me semble au contraire que l'important, c'est de vivre ! Pour avoir testé pendant six mois la routine métro-boulot-dodo, je ne sais que trop bien avoir besoin de temps pour moi, pour ma vie sociale et artistique, même si cela est bien souvent considéré comme contre-productif au sein de la société actuelle.
Argent, rendement, flexibilité, compétitivité. Tout ce qui nous fait passer à côté de l'essentiel !

Et pourtant, que serait le monde sans les doux rêveurs ? Vous voudriez vivre dans un endroit sans arts, sans culture ni frivolité ?
Car le bonheur ne coûte pas cher, il est même à portée de main et, contrairement aux idées reçues, il n'a rien de passionnel : il est simple et doux, souvent furtif, mais il est toujours là pour qui prend le temps de l'accueillir... Le tout est de ne pas confondre bonheur et euphorie. Bien que la vie ne soit pas gratuite et l'argent nécessaire, ce n'est pas là une raison pour en vouloir toujours plus. À chacun de faire les choix qui lui conviennent. En ce qui me concerne, je n'ai besoin ni d'une voiture, ni d'un écran plasma, ni de vêtements à la pelle... Je me contente de subvenir à mes besoins, ce qui ne m'empêche pas de me faire plaisir régulièrement – mes fréquents passages à Londres en sont la preuve !
Mon plaisir passe néanmoins par des choses plus abstraites que les biens matériels – la rêverie, la contemplation, les moments passés aux activités que j'aime et qui me permettent de me ressourcer. Pas besoin de grand chose pour cela – passer du temps avec les personnes que j'aime, écouter de la musique ou regarder un film sous ma couette un jour de pluie, observer le lever du soleil du haut de mon minuscule appartement qui offre la plus belle vue imaginable sur Liège, lire en bord de Meuse, trouver le mot juste en écrivant une chanson...
Tout ceci est à portée de main, alors pourquoi s'en priver ?
Parce que le voisin semble posséder davantage ?
Sans doute que le voisin se fait chier dans sa vie de con et qu'il n'aura jamais le quart du tiers de ce que l'on a.

En tous cas, c'est ce que j'aime me dire...


Fond sonore : Peter Bjorn And John, "Objects of my Affection".

13 commentaires:

La princesse a dit…

Tres jolie note, et qui résume bien certaines de mes idées.

( forcément, c'est pas trop visible quand j'étale mon addiction à la chaussure sur mon blog, mais à part ça...Je n'ai pas de gros besoins..)

kim a dit…

You are right. J'ai des collègues et des amis qui se tuent au boulot. Pas nécessairement pour l'argent mais parce qu'ils ne se rendent plus compte que le boulot, c'est pas la vie. Quand je leur rappelle que le but d'un boulot, c'est de nous permettre de vivre décemment, ils me regardent avec un air défait puis me disent: c'est vrai ça... Se faire bouffer par un boulot pour avoir le même IPhone que son pote ou l'écran plasma de son voisin, c'est nul.
Et moi, je profiterai pleinement de la vie à partir de septembre :-) *hoooo, je ne dois rien faire le soir/ Hoooo... je peux dormir le w-e/ hoooo... j'ai pas d'exams à étudier* :-))

Mademoiselle Catherine a dit…

Princesse: J'aime beaucoup le "mais à part ça..." ;)

kim: Depuis le berceau, on nous dit que toute notre vie sera dirigée par notre situation professionnelle, donc forcément, certains d'entre nous oublient que l'essentiel - comme la vérité ;) - est ailleurs...
Je te souhaite tout le courage dont tu auras besoin pour arriver à bout de ta "no life"!

La Princesse a dit…

Mlle Catherine : n'est ce pas ;) ?

Ce que je voulais dire, plus serieusement, c'est que mon blog agit comme une (grosse) loupe sur mon petit travers.

A coté de mes grelucheries, je consomme assez peu, et me tuer au boulot pour un écran plat, une grosse voiture, ou comme le mentionne Kim, un iphone ou autre gadget hype ça ne m'effleure même pas.

Mon boulot me permet d'avoir des activités à coté, et assez de temps pour mes amis et mes loisirs, ça me va tres bien.

On me fait souvent remarquer que je pourrais trouver un autre boulot qui paierait plus facilement, mais moi je n'ai pas tres envie de perdre 2 à 3 heures par jour en transport..

Mademoiselle Catherine a dit…

En même temps, tu imagines comme nos blogs seraient chiants si on y écrivait que les truc hyper ennuyeux qui nous arrivent?! Genre "Aujourd'hui, j'ai rien fait, et j'ai même pas pu regarder la télé parce que je l'ai pas, vu que je suis qu'une sale pauvre" ;)
Note, ça peut être un nouveau concept!

Et je suis bien d'accord avec toi pour ce qui est du temps perdu dans les transports: c'est épuisant et, je trouve, franchement inhumain... surtout les odeurs en fin de journée (note que beaucoup de gens semblent apprécier d'êtres serrés dans des wagons comme du bétail vu que le nombre des navetteurs grandit de jour en jour, j'ai l'impression...)

La princesse a dit…

Mlle catherine : Bonne idée !

Je devrais peut être préparer une note sur le fait que j'ai un GSM à la limite du préhistorique, et que peu m'importe du moment qu'il téléphone :D ?

(Et vivre à coté de l'endroit ou je bosse, c'est un sacré luxe, j'en conviens !)

Emily G. a dit…

Tout à fait d'accord !
Mon mi-temps pas mirobolant me permet de vivre convenablement, selon mes besoins (qui sont assez maigres) et me laisse du temps pour jouir de la vie (bon, c'est vrai que je suis censée rédiger une thèse quand je ne vais pas travailler, mais passons). Se tuer au boulot pour consommer toujours plus ou simplement parce que ça se fait, merci bien.
Deux amis à moi se sont exilés à la campagne pour trouver un mode de vie qui leur convienne : rythme pépère, visites aux voisins, pique-niques dans les champs, participation actives aux associations de village, ces deux là sont heureux comme des rois, ils font les puces, sont les princes de la récup et vivent à trois (bébé est arrivé) sur un salaire qui ferait hurler de douleur un cadre spérieur. Leurs "amis" ne comprennent pas comment ils peuvent vivre avec si peu, eh bien c'est simplement qu'ils ne se créent pas de besoins inutiles. J'ajoute que ces "amis" ne cessent de se plaindre du manque d'argent alors qu'ils gagnent plus que correctement leur vie (mais entre l'écran plat, la nouvelle voiture achetée alors que l'ancienne roule encore, les fringues de marque et ci et ça, les pauvres ont le porte-monnaie vide .. on les plaindrait presque).
Bon, je m'étale, mais ta note m'a inspirée ;)

Aurélie a dit…

Le principal c'est d'y trouver son compte et d'être heureux!

Ju a dit…

Ooooh, j'aime bien ce que tu dis...
J'aime qu'il y ait des gens comme ça, ça nous rappelle (nous = ceux qui bossent pas...) que c'est pas que ça la vie !!

Mademoiselle Catherine a dit…

Princesse: Oh oui, parle-nous de ton GSM :)

Emily: Il est vrai que bien des gens se créent des "besoins" inutiles, et que l'argent, plus on en a, plus on y pense, j'ai l'impression.
Merci pour ton intervention et bienvenue par ici!

Aurélie: Bien sûr :)

Ju: Ah mais attention: moi aussi, je bosse ;) Seulement voilà: j'ai décidé que mon travail ne représentait pas l'entièreté de ma vie, même si je l'aime et l'adore!

Ju a dit…

oui oui j'avais bien compris que tu travaillais :D
nous c'était les autres gens, de ce vaste monde...

Mr Flash a dit…

En clair, vis ta vie et pas celle du voisin, qu'elle soit conforme ou non (l'anti-conformisme étant à la mode, faut-il donc être conforme?)? D'ailleurs, ça fait longtemps que tu ne nous a pas parlé de ta coiffure!

Mademoiselle Catherine a dit…

Mr Flash: ça fait longtemps que je n'ai pas vu ma coiffeuse ;)