samedi 29 mai 2010

Zones humides

Voici un livre qui a fait couler beaucoup d'encre lors de sa parution en Allemagne il y a de cela deux ans, et s'il est resté relativement confidentiel dans nos contrées, c'est parce que
1) son auteure, la sympathique Charlotte Roche, est une présentatrice
über-populaire à la télévision teutonne ;
2) ce livre me semble impossible à traduire avec un minimum d'élégance dans une autre langue que celle de Goethe.

Mais de quoi s'agit-il au juste ?
Pour faire court, Zones humides (Feuchtgebiete en v.o.) conte l'histoire de Helen Memel, 18 ans, qui se retrouve à l'hôpital avec une fissure anale après un accident d'épilation. Il faut dire qu'avec ses hémorroïdes, le rasage autour de l'anus n'est pas des plus aisés, et voilà notre héroïne dans la chambre 218 du service de proctologie à Maria-Hilf.
S'ensuivent des pensées éparses au sujet de sa vie, à commencer par sa sexualité ma foi fort débridée pour une jeune femme de son âge et sa conception très particulière de l'hygiène...

Ce qui a fait le succès du livre (un million d'exemplaires vendus en Allemagne), c'est le fait que Charlotte Roche explose tous les tabous dans un langage cru et pourtant jamais vulgaire : elle appelle un chat un chat, une chatte une chatte et un cul un cul.
Mais c'est tout de suite moins joli en français, car la langue allemande, si elle résonne horriblement aux oreilles de certains, possède une large palette de vocabulaire permettant le langage le plus cru sans jamais tomber dans la vulgarité ordurière.
De plus, tout ici est décrit de manière quasi-chirurgicale et aucun détail ne nous est épargné : des pratiques sexuelles de l'héroïne aux soins post-opératoires en passant par ses passages au petit coin, tout est décortiqué avec une précision d'horloger. Pas toujours avec goût, certes, mais avec un humour dévastateur !

Pour la petite histoire, Charlotte Roche a grandi en Angleterre avant de débarquer en Allemagne et de s'y faire un nom, ce qui explique sans doute cette décontraction toute british : osé sans être obscène, Zones humides n'est certes pas un livre pour les âmes sensibles, mais offre le portrait d'une anti-héroïne aussi déjantée que vulnérable, parce qu'assoiffée de vérité.

Fond sonore : "Die Ballade von der sexuellen Hörigkeit"
(in Kurt Weill & Bertolt Brecht, "Die Dreigroschenoper").

10 commentaires:

dr frankNfurter a dit…

Charlotte Roche... hum oui elle avait une émission sur MTV allemagne (ou VIVA, je sais plus XD) je crois y'a qq années avant d'apparaitre sur Arte.
A part ça, la fissure anale, vaste débat :-D

mot de vérification: ditydmen... dirtymen plutôt? :-P

Pitming a dit…

ça donne pas super envie comme ça... Ou alors pour apprendre l'allemand...

NeuNeu a dit…

Ca a l'air sympa :)

Je vais voir si je peux le trouver à Stuttgart :)

M'enfin va falloir que je garde mon dico à portée de mains, le vocabulaire des hémorroides c'est pas vraiment mon truc :)

Mademoiselle Catherine a dit…

Doc: Elle était effectivement sur Viva et est passée au ZDF via arte.
Dirtymen toi-même :p

Pitming: C'est vrai que le résumé ne me faisait pas spécialement envie non plus, mais c'est le premier livre que j'ai lu d'une traite depuis bien longtemps!

NeuNeu: Pas sûre que certaines expressions, notamment médicales, soient dans le dico :/

Aurélie a dit…

J'ai étudié l'allemand en classe et j'en ai été dégoûtée A VIE!
Bref, le livre à l'air vraiment très sympa mais s'il faut vraiment le lire dans sa langue originelle pour bien en percevoir toutes les subtilités... je peux m'assoir dessus...

Mademoiselle Catherine a dit…

Mal enseignée, n'importe quelle matière peut causer un traumatisme profond... Maintenant, je ne suis pas en train de dire qu'il FAUT le lire en v.o. Mais c'est mieux.
D'ailleurs, je serais curieuse d'en lire des extrait en français, juste par curiosité.

Les tests de Gridou a dit…

Marrant commen sur Internet, on trouve les adorateurs et les véritables dégoûtés :-)
Je ne parle pas l'allemand, je vais donc éviter la traduction, je ne suis pas fan des mots trop crus ;-)

Mademoiselle Catherine a dit…

A ton aise !

Le côté tout ou rien ne m'étonne pas. J'avoue qu'arrivée en fin de livre, j'en avais un peu ma claque, surtout parce que l'héroïne me sortait par tous les trous (une expression hautement appropriée dans le cas présent ^^): elle ne m'est absolument pas sympathique! Mais le bouquin est assez court et écrit dans un langage tellement vivant qu'on ne voit vraiment pas le temps passer!
Enfin, moi, je ne l'ai pas vu passer :)

Marcd a dit…

ça m'intrigue, j'ai au moins envie d'y jeter un oeil, même si je suis souvent déçu par ce genre de roman cru. Ma curiosité me pousse à y faire attention et en fin de compte ce genre de livre me tombe des mains. Même si Claire Castillon (le grenier et Je prends racine, pas encore lu les autres, ah si j'ai commencé insecte, un jour). Puis Héroïne de Ann Scott j'ai beaucoup aimé, même si ça reste sage est lesbien. Bref :)

Mademoiselle Catherine a dit…

Ce qui m'a vraiment plu dans "Zones humides", c'est l'humour omniprésent, du moins dans la version originale, et, comme je le dis dans l'article, j'ai peur que l'humour grossier (mais non vulgaire) soit moins marqué en français, car
1) il y a un paquet de termes totalement intraduisibles
2) les Français n'ont pas d'humour, c'est bien connu ^-^