mardi 22 juin 2010

Meia desfeita de bacalhau

Pour une après-midi "Coupe du Monde" digne de ce nom, réunissez deux jeunes femmes de bonne humeur et mettez-les devant les matchs Portugal-Corée du Nord (7:0) et Chili-Suisse (1:0) en ayant pris soin de leur remplir l'estomac au préalable.

Pour deux bonnes, grosses portions de morue aux pois chiches (+ doggy bag), prévoyez
- 500 gr. de bacalhau (morue salée)
- ± 2cm de gingembre frais
- 2 petits oignons
- 1 gousse d'ail
- 1 petite boite de pois chiches
- un petit verre de vin blanc
- le jus d'un citron
- 2 œufs durs
- huile d'olive
- une cuiller à café de paprika
- quelques gouttes de piri-piri*

Dessalez la morue en la faisant tremper 24 heures dans de l'eau froide (changer l'eau plusieurs fois).
Égouttez et faites-la cuire 10 à 15 minutes à feu moyen dans une grande casserole d'eau.
Enlevez la peau et les arêtes (attention : travail délicat et fastidieux !), rincez et réservez.
Coupez les oignons en rondelles, hachez l'ail et le gingembre, et faites-les revenir dans de l'huile d'olive jusqu'à ce qu'ils soient dorés.
Mouillez au vin blanc et au jus de citron.
Ajoutez le poisson et les pois chiches égouttés et rincés.
Laissez mijoter une bonne demie heure en ajoutant du vin blanc si besoin.
Ajoutez les œufs durs écrasés, le paprika et le piri-piri (voire du Tabasco si vous n'en avez pas sous la main) et laissez encore mijoter un peu.
Pour la touche finale, parsemez de persil frais et d'olives noires hachées et servez avec un vinho verde bien frais.

Bom apetite !

(n'hésitez pas à préparer ce plat la veille afin que tous les ingrédients se mélangent bien)

Fond sonore : Matthew Herbert, "Porto".

* il existe différentes recettes de piri-piri ; l'une des plus simples est de laisser macérer pendant une semaine deux piments rouges hachés et une gousse d'ail écrasée dans un flacon d'huile d'olive (12 cl) avec un trait de jus de citron (cette préparation se conserve pendant deux mois), mais vous trouverez également du piri-piri tout fait dans les épiceries exotiques.

19 commentaires:

Bleu Cerise a dit…

Waouh, je m'incline bien bas, là. Non parce que quand je regarde un match, c'est plutôt pot de glace à l'appui que grande préparation culinaire ^^ ( en même temps j'suis étudiante, si je mangeais correctement ça se saurait :D )

Anaïs a dit…

En regardant aussi Espagne-Honduras ^^

Mademoiselle Catherine a dit…

Bleu Cerise: Un match de foot s'apprécie encore mieux le ventre plein, surtout quand on fait honneur à la cuisine locale :D

Anaïs: Soirée tapas, plutôt, non?!

La Princesse a dit…

Donc, pour suivre le match de cet apres midi, il faudra se caler d'une bonne soupe à la grimace :D ?

( Mon estomac ( et pas que) pencherait donc plus vers l'Afrique du Sud ^^)

Pitming a dit…

Pourquoi t'achète de la morue salée pour la dé-salée ?
Pourquoi ne pas prendre un filet de cabillaud à la place ?

Et sinon, les Suisses t'emmerdent ;-)

Mademoiselle Catherine a dit…

Princesse: Je refuse de regarder ça ;)

Pitming: Bonne question... A la base, la morue était salée et séchée pour des raisons évidentes de conservation. Aujourd'hui... ben... c'est juste de la frime pour pouvoir dire qu'on s'est fait chier à préparer son bacalhau comme c'est écrit dans le livre de recettes ;)
Cela dit, il y a clairement une différence de goût et de texture: le poisson frais n'aime pas trop les ragouts et autres plats mijotés.

Et on va dire que je n'ai pas lu ta dernière phrase :p

anaïs a dit…

J'étais toute seule pour regarder le match de foot Espagne-Honduras, alors les tapas... trop de boulot l'air de rien !

Je regarderais bien les bleus cette après-midi (une sorte de plaisir sadique !) mais j'ai du boulot !!!

Anaïs a dit…

Eh bé... je suis contente de ne pas avoir soutenu la France dès le départ !

Anonyme a dit…

Merci :-)!

Aaricia

Mademoiselle Catherine a dit…

Anaïs: S'il y a bien une équipe que je n'ai jamais soutenue, c'est celle des Bleus (les Bleus français, hein, pas les Argentins! ^^)

Aaricia: Bon appétit :)

Anaïs a dit…

Arf, quand même, après l'Espagne, j'aurais bien aimé voir les français arriver en final... sauf que cette équipe ne le mérite pas vraiment ! Que veux-tu, je garde un magnifique souvenir de liesse de l'année 98 !

Mademoiselle Catherine a dit…

Et si on arrêtait de nous casser les oreilles avec la "liesse" de 1998, s-v-p?! No offense, Anaïs, mais honnêtement, ça me sort par les trous de nez! Comme s'il n'y avait pas eu d'autres Coupes du monde depuis...

Mr Flash a dit…

Revenons à nos morues, cabillauds ou autres églefins. J'espère que les recettes de mon petit guide pourront encore te servir pour les prochaines phases qualificatives ...

Anaïs a dit…

Excuse moi cher amie, des coupes du monde il y en a eu d'autres, certes, mais quand tu le vis, au milieu de gens, c'est autre chose !!!

Tu ne veux offenser personne... mais t'as une façon de parler !!! ça te casse les oreilles, ça te sort par les narines, ça te retourne les ongles... quel tempéramment ^^

Mademoiselle Catherine a dit…

Mr Flash: Ah oui, oui, oui :)

Anaïs: Je vivais en France quand l'équipe à Zizou a gagné la Coupe du monde 1998, et, franchement, ça a été l'horreur! J'en ai entendu parler TOUS LES JOURS jusqu'à ce que la Coupe du monde suivante soit finie et j'ai vraiment trouvé ça lourd.
Je me demande d'ailleurs si ce n'est pas une des mille raisons qui m'ont poussées à renter au pays ;)
(et excuse mon langage fleuri ^^)

anaïs a dit…

Eh bien j'ai beaucoup aimé... parce que les gens ont oublié pendant un bon moment leurs soucis et leurs querelles...

J'ai l'ipression que t'as vraiment une dent contre les français... ou carrément une machoire !^^

Pour ce qui est du language fleuri, tu fais comme tu veux, mais il n'y a pas longtemps tu disais vouloir que les internautes s'expriment sur ton blog comme ils le souhaitent, et pas seulement pour dire qu'ils sont d'accord avec toi... mais si tu t'emportes à chaque fois qu'on te contrarie... c'est pas la peine ! Tu vois ce que je veux dire.

Mademoiselle Catherine a dit…

J'avoue que ça m'a traumatisée d'avoir vécu en France, surtout les premières années où j'étais à la campagne et où les gens, il faut bien dire ce qui est, ne sont pas très ouverts. Tout a été beaucoup plus facile une fois que je suis arrivée à Rennes, ville que j'ai aimée et chérie pendant trois ans. Ça m'a d'ailleurs brisé le cœur d'avoir à la quitter, mais avec Sarko ministre de l'intérieur, ce n'était simplement pas possible de rester!

Je tiens aussi à préciser qu'on a tout à fait le droit de me "contrarier" et que mes "coups de gueule" ne sont ni bien sérieux, ni bien méchants (dois-je rappeler que le ton général de ce blog est bon enfant et sans prétention?).
Tu as le droit d'avoir aimé l'après-Coupe du Monde 1998 tout comme moi, je peux en garder de très mauvais souvenirs. Je n'essaye en aucun cas de te faire changer d'avis: je me contente de donner le mien. Si, ce faisant, je t'ai donné l'impression de te manquer de respect, j'en suis sincèrement désolée :(

Anaïs a dit…

Ah non, non, pas me manquer de respect, je te rassure... Mais tu as des réactions assez vives et surprenantes !

Quand tu dis avec plaisir que tu as aimé la liesse de l'année 98 et qu'on te réponds : "c'est quand qu'on va arrêter de nous casser les pieds..." hé, ça surprend ! Mais je vais m'y faire ! ça doit faire partie de ton charme ^^

Bisous bisous...

Mademoiselle Catherine a dit…

Raison de plus pour remettre les pendules à l'heure (cf. Les Notes d'aujourd'hui) :/

Bisous bisous à toi*