jeudi 15 juillet 2010

Association de solitudes

Ne trouvez-vous pas étrange comme les nouveaux moyens de communication se sont peu à peu immiscés dans nos vies au point, parfois, de les remplacer ?
Je m'explique : pour peu que l'on ait une connexion à internet, il suffit d'un clic pour se sentir appartenir à une communauté – et donc, se sentir un tant soit peu important. Là où, il y a peu de temps encore, il fallait faire preuve de patience pour créer des liens, voilà que de parfaits inconnus s'échangent les détails de leurs vies par forums et messageries interposés, sans peur et – me semble-t-il – sans aucune pudeur.
Et j'avoue avoir beaucoup de mal avec ça.

Pas que je veuille cracher dans la soupe, car je prends énormément de plaisir à écrire pour mon blog et à lire les vôtres, mais je me sens de plus en plus comme une extra-terrestre du fait, par exemple, que je ne sois pas sur Facebook (bien que cela me pende au nez pour des raison bêtement promotionnelles). Devenu un moyen de communication hélas incontournable, le site communautaire me semble être avant tout une formidable association de solitudes à échelle mondiale : avant, les âmes en peine fréquentaient un psy ou un groupe de paroles ; aujourd'hui, elles sont sur Facebook.

Si le net peut effectivement avoir un intérêt thérapeutique, je trouve déplorable que bon nombre de personnes en usent et en abusent pour flatter leur égo, car les flatteries restent, dans leur grande majorité, purement virtuelles, ce qui, je pense, arrange bien la plupart des utilisateurs. Ils se servent de cet outil mis gracieusement à leur disposition pour combler leur solitude et (se) créer l'illusion qu'ils ont beaucoup d'amis, ne serait-ce que sur leur profil internet. Des "amis" parfaitement interchangeables qu'ils peuvent contacter à n'importe quelle heure du jour et de la nuit pour vider leur sac parce que plus personne ne prend le temps d'écouter les autres dans la vie réelle.
Et c'est bien ce qui me pose problème : si l'on passait un peu moins de temps sur la toile et un peu plus avec des personnes en chair et en os, n'en tirerait-on pas davantage profit ?

Étant sans doute un peu vieux jeu, le virtuel ne m'amuse jamais autant que lorsqu'il cède la place à la réalité. Cela ne m'est pas arrivé souvent, car je suis d'un naturel plutôt méfiant, mais les personnes que j'ai eu l'occasion de rencontrer "pour du vrai" après les avoir connues online ayant eu l'élégance de ne pas mentir à leur sujet sur le net, ça s'est généralement très bien passé. On est certes toujours tenté de se montrer sous son meilleur angle – et je ne déroge certainement pas à la règle – on s'aperçoit pourtant vite, dans les interventions des un/es et des autres, de la sensibilité de chacun, pour peu que la personne derrière l'avatar soit bien réelle et non le fantasme d'un quelconque schizophrène.

Fond sonore : William Sheller, "Une solitude ordinaire".

26 commentaires:

Aurélie a dit…

Je prends le net pour ce qu'il est. je sais bien que mes "amis" facebookiens ne sont parfois que des connaissances, des gens perdus de vue que je suis contente d'avoir retrouvé, de la famille... les vrais amis je les vois, je les côtoie et en plus ils ne sont pas sur ce genre de site. Les vrais liens, on les tisse par les rencontres, les échanges et certainement pas derrière un écran en racontant que des conneries. Je ne dis pas qu'une amitié ne peut pas se créer via la net mais je sais que pour ma part, les meilleurs échanges sont ceux qui sont fait dans la vie réelle. Et je n'échangerais cela pour rien au monde!

Miss Sunalee a dit…

C'est mal de parler de choses que tu ne connais pas, tu ressasses tous les clichés que tu as entendu par ci par là. A côté de ça, il y a l'utilisation que fait chacun de Facebook, et elle est très différente selon les personnes. Certaines postent juste leurs coups de coeur en musique ou des liens vers des articles sur le net, d'autres se dévoilent juste un peu. Une petite minorité raconte tout et n'importe quoi, mais même dans la vraie vie ce ne sont pas spécialement ces gens là qui seraient tes amis.

Avant le net, j'étais seule, solitaire, sans savoir comment me faire de nouveaux contacts. Avec la venue des blogs, des sites de rencontre et de facebook, j'ai appris à connaître plus de personnes ayant les mêmes goûts et intérêts que moi. Je me suis enfin sentie moins seule. Ce qui n'empêche pas que j'aime rencontrer mes amis en vrai... qu'ils aient été rencontrés via le net ou pas.

anaïs a dit…

Intéressant !

Je n'ai ni blog, ni facebook, je ne fais partie d'aucun réseau social... mais on peut dire que je suis devenu accro à internet ! Internet est devenu ma tasse de thé ^^ C'est ma pose cigarette (puisque je ne fume pas ^^) Je peux me montrer fort impudique, tel que je ne le suis pas dans la vie réelle. J'en profite !

Dans la vie réelle j'ai un boulot à plein temps, une vie de famille et le tout m'exténue. Je me sens comme un citron qui n'a plus de jus ! Sur les blogs que j'"écume" je parle de chose dont j'ai rarement l'occasion de parler. Dans ma vie on parle plutôt boulot, famille, école... les mésaventures du beau-frère, la retraite de la belle-mère... !

Et... je ne suis pas spécialement fière de le dire, internet m'apparaît un peu comme une soupape !

On peut imaginer une vie dans quelques années (faisons de l'anticipation ^^) où plus personne ne parle à personne et passe sont temps connecté à internet à vivre dans la peau d'un avatar, vituellement !

Pas compliqué à imaginer ^^

Anaïs a dit…

Voici un autre bloggeur qui parle de solitude :

http://morisset.wordpress.com/2010/07/05/la-solitude-entre-nous/

Ciao Miss

Mademoiselle Catherine a dit…

@Aurélie: Certaines personnes rencontrées via des forums de discussion sont devenues des ami/es proches de part nos affinités. Cela s'est fait naturellement, le virtuel cédant peu à peu la place à la réalité: nous avons pris le temps de nous connaitre tant derrière l'écran qu'en face-à-face et les liens se sont tissés petit à petit.
Et si je n'aurais sans aucun doute jamais rencontrées certaines personnes sans le net, elles ne me sont jamais aussi chères que lorsqu'elles sont physiquement près de moi :)

@Miss Sunalee: Je ne pense pas parler de ce que je ne connais pas, car, si je ne suis effectivement pas sur Facebook, il y a bien longtemps que j'ai un/plusieurs profil/s MySpace et que je fréquente régulièrement l'un ou l'autre forum sur le net. J'y ai rencontré des gens très bien, mais j'ai aussi eu droit - et de plein fouet - à bon nombre d'effets pervers. Ces derniers m'ont rendue excessivement méfiante vis-à-vis d'internet en tant qu'outil de rencontre.
Qu'il ait sorti de leur solitude énormément de personnes, très bien! Mais pour avoir (eu) dans mon entourage des personnes complètement accros aux relations via internet (et pour en avoir personnellement souffert), je ne sais que trop bien à quel point ce type de "relations" ne me convient pas.
Finalement, c'est comme les bâtons de réglisse: ça ne me dérange pas que certains adorent, mais qu'ils ne viennent pas me les foutre sous le nez! Et je constate que je ne passe plus une journée sans que l'on ne me parle de Facebook...

@naïs: Accro à internet sans avoir ni blog ni profil Facebook? Hé hé, l'un n'empêche pas l'autre ^^
Je comprends parfaitement qu'il soit extrêmement tentant de se "lâcher" sous couvert d'anonymat. Comme je le dis plus haut: chacun son truc! (et j'avoue que je me lâche bien souvent, moi aussi, mais j'aurais tendance à le faire aussi dans ma vie de tous les jours :p)
Pour ce qui est de ton scénario d'anticipation, nous nous approchons effectivement dangereusement de ce cas de figure, et cela m'inquiète de plus en plus :/

Anaïs a dit…

Je ne souhaite pas créer de blog, ni avoir de profil facebook pour ne pas envenimer les choses... et rester malgré tout libre d'aller et venir !

Je me lâche un peu mais je reste quand même méfiante car en débarquant sur internet, l'effet d'anonymat m'avait un peu tourné la tête et j'ai "draguoillé"... et ça a failli mal tourner !

Maintenant c'est clair, je sais ce que je veux... et ce que je ne veux pas ! Mais il est évident qu'il faut faire super gaffe. Je pense que de plus en plus de monde s'en rend compte. J'espère.

Les rencontres sur internet je trouve ça bizarre. Je m'explique : Mon ex-belle soeur a quitté son mari pour un amant qui l'a abandonnée à son tour, ce qui a fait d'elle une célibataire de plus sur le "marché" des célibataires (je pense que tu comprends ce que je veux dire). Maintenant elle cherche un compagnon (le sexe pour le sexe ça ne l'intéresse pas, elle veut vraiment quelqu'un avec qui partager toutes sortes de choses...)et utilise internet. Ce que je trouve bizarre c'est la façon dont ça se passe : l'utilisation de critères de choix ! "Normalement" quand tu rencontres quelqu'un il y a quelque chose qui se passe, une sorte d'alchimie (?) qui fait que malgré des personnalités différentes et des passions différentes ça peut marcher ! Mon ex belle-soeur cherche un homme de son âge (elle 45 ans et un homme de 50 ans c'est trop vieux), sauf qu'à cet âge ils viennent souvent à peine de divorcer et ont envie de s'amuser (selon elle). Tout ça sans parler des affinités nécessaires : la lecture, les voyages, les valeurs... la liste est longue, et je ne vois pas beaucoup de place pour la spontannéité.

J'admets que quand je vois ça, je suis heureuse de vivre avec le même homme depuis si longtemps... même si parfois c'est dur-dur ! (d'ailleurs, ça a du bon, quand c'est dur-dur ^^)

Miss Sunalee a dit…

Il est clair qu'avec 1000 amis et + sur myspace, tout le monde n'est pas ce qu'il dit être. Sur FB, je limite fortement les demandes. J'ai même déjà refusé des demandes pour me rendre compte ensuite que je connaissais la personne mais pas son pseudo. Et je ne fais certainement pas la course aux amis. J'en supprime même de temps en temps si je n'ai aucun contact avec eux.

Mademoiselle Catherine a dit…

@naïs: C'est vrai que c'est étrange à quel point les gens sont pinailleurs sur les sites de rencontres... Société de consommation oblige, on cherche la perfection alors que, comme tu le dis, c'est avant tout l'alchimie qui doit fonctionner. Il m'est arrivé de rencontrer des hommes avec lesquels j'avais un million d'affinités mais avec lesquels ça n'a jamais fait "pshîîît", et d'autres dont le descriptif m'aurait sans doute fait fuir sur le net alors que, humainement, ça le faisait à mort!

@Miss Sunalee: Mon profil belleclose est un peu à part puisqu'il me sert d'outil de promotion et non d'espace privé (je trouve que je m'épanche déjà bien assez sur mon blog ^-^). J'ai d'ailleurs eu bien moins de soucis avec les 1300 contacts que j'ai sur belleclose qu'avec les trois douzaines d'"amis" sur feu mon profil privé. Je ne sais pas si c'est dû au fait d'être caché derrière un pseudo et un avatar, ou à l'immédiateté d'internet, mais j'ai l'impression que tout va beaucoup plus vite, et c'est parfois dommage.
Par contre, en tant qu'outil promotionnel, c'est tout simplement génial! D'où l'intérêt de créer bientôt (la mort dans l'âme) un profil Facebook pour mes activités musicales :(

Anonyme a dit…

Internet me permet de recevoir mon planning de boulot!!

Et oui j'ai retrouvé du travail! ;-))
(donc t'étonne pas de mon silence et tu vois le net comme quoi...)

Clymence

Scot a dit…

Le prochaine fois, je ne raterai pas le rendez-vous aux Ardentes... ;)

Noooooooooooon je ne suis pas schizo :D

L'écossais :))

Adrien a dit…

Le net est clairement devenu un incontournable pour les rapports "sociaux" (vous remarquerez les guillemets) mais ce n'est pas pour autant que les vrais rencontrent s'amenuisent (du moins pour ma part et la majorité de mon entourage).
Comme l'a dit quelqu'un précédemment, mes vrais amis je les vois fréquemment. Facebook (étant donné que c'est le seul site du genre sur lequel je suis inscrit) m'est juste utile pour trouver une quelconque sortie, savoir si X est toujours en couple avec Y ou trouver un renseignement rapidement (faut quand même avouer que c'est plus pratique que le pigeon voyageur, n'est déplaise à nos amis colombophiles).
Maintenant, ayant un passé de "Geek" (j'ai joué à WOW pas mal de temps, comprenne qui pourra) j'ai rencontré des gens vraiment biens sur la toile (surtout des français) que j'ai eu la chance de rencontrer il y a peu.
Je fréquente également un forum connu de Mademoiselle Catherine et je peux vous assurez que les gens qui y sont, sont vraiment de chics personnes (sauf une petite à lunette mais bon chuuuuut parait qu'elle nous lit :) ).
Mais, selon moi, jamais facebook, twitter ou autre saloperie du genre ne remplacera une vraie rencontre conviviale autour d'une bonne jup' bien fraîche ;)


@ Scot: T'aurais vraiment pas du faire ton timide, j'ai attendu toute la journée du jeudi pour t'entendre prononcer ton pseudo avec l'accent écossais :D

Tiny Pain a dit…

Je trouvais la vie bien plus belle sans le net... je n'aime pas être servi sur un plateau.
Tout est à portée de main. Juste assez pour devenir crétin. Et Facebook est tout sauf un site de rencontres ou de retrouvailles. C'est l'Opus Dei du net... et je le sais pour y être allé. On ne ressort jamais de Facebook puisqu'il est impossible de détruire son compte. Ça veut tout dire.

NeuNeu a dit…

Très sympa comme article :)

Pour Facebook, je suis tout à fait d'accord avec toi, même si j'suis un utilisateur, quasi-compulsif de ce site. En fait, je n'y parle pas énormément de moi, un statut de temps à autre, par contre ça me permet de rester en contact avec certaines personnes et d'être au courant d'évènements qui se passent sur Stutt', ou alors sur Montpellier qd j'y étais encore.

J'ai une centaine "d'amis", qui n'ont d'amis que le nom. Ce sont avant tout des relations, ni plus ni moins :) Assez cynique comme vision des choses, mais bon, je passe aussi énormément de temps à trouver des groupes marrants sur FB :p

Pour le passage du virtuel au réel, c'est pas facile, maaais ça peut donner de très jolies choses :) (cf le portrait d'une geekette ^^)

Mr Flash a dit…

Une invitation virtuelle, vu que j'ai perdu ton adresse mail (comme tout mon PC d'ailleurs, ça devient une habitude!).
Pour en revenir au sujet, j'ai récemment essayé de retrouver Boogie Kat, mais ...
Difficile en effet de dissocier le promotionnel du personnel. Mes pages Facebook et Myspace s'appellent Marabout Flash, alors que j'aurais dû les appeler Monsieur Flash et faire de Marabout Flash une "Fan Page" pour dissocier/cloisonner les 2 aspects.
Quoi qu'il en soit, mon invitation virtuelle peut rapidement passer dans le monde réel: demain soirée moules (sous réserve) et prochainement soirée Bananas

éric a dit…

Je crois qu'Internet reflète une image assez fidèle de la société.

La différence de perception se fait par ce que j'appellerais "le catalogage inversé".

Dans la vraie vie (IRL) tu rencontres un être humain, qui s'avèrera, par exemple, un homme, jeune, sportif, qui aime les chansons de Belleclose...

Sur le Net, tu rencontreras d'abord un fan de Belleclose (sur Facebook, donc) qui s'avèrera ensuite sportif, jeune, mâle...

Je passe beaucoup de temps en ligne mais je le conçois comme un plus par rapport à ce qu'offre la vraie vie sachant que le vraie vie sans le net est encore tout à fait possible et que l'inverse ne le sera jamais complètement.

Et c'est un beau titre de billet qui pourrait faire un beau titre de chanson ! :)

anaïs a dit…

Oui, moi aussi j'ai beaucoup aimé le titre de ton billet !

Pierre a dit…

Ouais, bof, tout cela me semble un peu vain. On est sur Internet comme on est dans la vie, non ? Pas toi ?

Mademoiselle Catherine a dit…

@Clymence: C'est clair qu'internet est un outil devenu indispensable pour le boulot, et je ne déroge évidemment pas à la règle. Le tout est de savoir en faire bon usage sans se laisser happer complètement.
Et félicitations pour le boulot - faudra que tu me racontes ça à l'occasion :)

@Scot: Comme Adrien (et tous les autres), j'attendais que tu nous prononces ton pseudo comme il se doit! Partie remise, donc!

@Adrien: C'est le côté voyeur de Facebook qui me gêne, et ça ne m'intéresse pas des masses de savoir que machin a mangé des spaghetti bolognese ou que trucmuche s'est séparé de bidule.
Cela dit, pour la promo d'événements, le passage par FB est malheureusement devenu obligatoire, aussi vais-je devoir m'y mettre, même si leur politique va à l'encontre de tous mes principes (cf. mes Notes du 3 août 2009). J'imagine que c'est le prix à payer pour être visible sur la toile...
Par contre, je pense que les blogs et forums de discussions sont des endroits bien plus intéressants pour découvrir l'autre, car on y perçoit davantage les sensibilités (et susceptibilités ^-^). En tous cas est-ce ce que j'aime à penser...
(et sinon, la petite à lunettes, elle te prout!)

@Tiny Pain: Bienvenu chez moi!
J'ai moi aussi fait un bref crochet par Facebook il y a environ deux ans, et déjà, je n'en voyais pas trop l'intérêt (si ce n'était, alors, pour récupérer une information diffusée uniquement sur FB). En outre, comme tu le dis, je n'ai pas du tout aimé le fait que l'on ne puisse jamais complètement clôturer son compte (bien qu'il y ait, semble-t-il, un moyen de le faire, mais c'est un peu compliqué).
Quant à préférer la vie sans net, je ne sais pas que dire: c'est une relation de haine-amour, car d'une part, il m'est bien utile pour bon nombre de choses bêtement pratiques et d'autre part, je reste excessivement méfiante à l'égard de tous ces gens qui avancent masqués sur la toile...

@NeuNeu: L'utilisation abusive du terme "ami" est une chose qui me dérange fortement sur MySpace et FB. Mais bon, on fait avec, et puis voilà.
Je suis, moi aussi, passée par la case compulsive, mais je me suis bien calmée parce que ça me faisait perdre beaucoup de temps et ne m'apportait strictement rien. J'ai donc fait un tri, et aujourd'hui, je ne fréquente plus qu'une toute petite poignée de sites auxquels je suis fidèle.
Sur internet comme dans la vie, je n'aime pas trop me disperser ;)

@MrFlash: boogie kat n'est plus, tout du moins sur internet, car cela faisait partie des ces nombreuses choses qui me faisaient perdre du temps (no offense! ^-^)
Et merci tout plein pour l'invitation, mais j'ai déjà d'autre projets demain soir... Une autre fois?!

@éric: C'est une bonne analyse, en effet.
Et je penserai à la chanson... ;)

@anaïs: Merci :)

@Pierre: Moi oui. Toi aussi. Mais tu serais étonné du nombre de gens qui s'inventent la vie qu'ils auraient voulu mener sur internet, puisque rien n'est plus facile que de se faire passer pour ce que l'on n'est pas. Et quand on en a marre, rien n'est plus simple que d'effacer son compte pour en créer un neuf ailleurs...

NeuNeu a dit…

Ca me fait perdre énormément de temps , mais j'en gagne aussi pour trouver des informations sur les exams en ce moment par exemple :)

Beaucoup de personnes de ma génération regarde plus souvent leur boite de réception FB que leur boite mail.

C'est comme internet, on a très bien vécu sans, mais finalement le marketing et la société de consommation a crée un besoin de toute pièce. Quand je vois ma petite soeur qui en 5eme n'est pas capable de faire un exposé en allant toute seule à la bibliothèque, ça me fait peur ;)

Mademoiselle Catherine a dit…

Comme le disait Tiny Pain: nous recevons tout à domicile sur un plateau d'argent et de plus en plus de gens se sont habitués à cet état de fait. Il suffit de les voir trépginer d'impatience dès qu'ils doivent patienter 30 secondes pour accéder à un service.
Nous en sommes arrivés à un stade où "vite" n'est pas encore assez rapide.
Quand je pense aux débuts du net où il fallait attendre sa connexion pendant plusieurs minutes, je me demande comment les "digital natives" y auraient survécu ;)

Les tests de Gridou a dit…

Pour cotoyer des gens totalement accros à ces sites communautaires gratte-couenne et pour être moi-même suffisamment en recul de ces choses tout en y passant plein de bon temps, je comprends bien ton point de vue. Le tout est de savoir gérer cela correctement, sur face de biquette, je n'y ai que des gens que je connais dans la vie sauf une seule personne mais qui en valait la peine. Du coup, je ne cherche en rien à les impressionner ou à les flatter, juste à prendre ce qu'ils donnent niveau information culturelle ou bête vidéo de chat qui fait sourire.
Et je peux te dire qu'après une semaine de sevrage facebookien, et bien il ne m'a manqué en rien. Que du contraire, je me suis tout de même rendu compte que j'y passais un peu trop de temps ;-)

Mademoiselle Catherine a dit…

CQFD :D
Je suis fière de toi, Gridou ^-^
(et très contente que tu sois revenue!)

kim a dit…

J'ai pas eu le courage de lire tous les commentaires: il est tard.
Quoi qu'il en soit, je crois surtout qu'il faut maintenant arrêter de cracher dans la soupe et se faire à une époque qui a changé (je ne dirai pas "évolué"). Internet est là, les sites sociaux aussi. Tous incontournables et devenus des moyens de communications qui se sont imposés à nos moeurs malgré beaucoup de réticences.
Il va sans dire que beaucoup de progrès sont encore à faire en ce qui concerne la législation et le net. Il faut laisser le temps au temps, on est dans une période où les choses sont encore trop neuves et légiférer sur du trop neuf, je peux comprendre que ce ne soit pas une mince affaire.
Pour ce qui est des utilisations, là, on ne peut pas cracher non plus sur les créateurs (sauf le système de FB qui garde toutes nos données, ça... brrrr). Ils mettent des outils à notre disposition, à nous de savoir les utiliser correctement.
Il me semble que les excès qui t'énervent sont plutôt ceux d'une majorité humaine, d'un mouvement de masse idiot. Il reste néanmoins encore beaucoup de gens qui savent utiliser les réseaux adéquatement.
Personnellement, j'ai un profil FB, ça me fait bien rire, les gens avec lesquels j'ai le plus d'échanges sont finalement ceux que je côtoie le plus souvent en vrai, j'ai aussi pu garder contact avec beaucoup d'amis rencontrés à l'étranger et il est certain que ça m'a permis de garder la tête hors de l'eau pendant cette année plus qu'éprouvante. Ne pas trop m'éloigner de mes amis. De plus, ils ont sans doute pu mieux comprendre ce que je traversais de par les statuts que j'y mettais et ça en a rendu beaucoup plus empathiques que je ne l'aurais cru.
Je sais pas, moi je trouve ça bien tant qu'il n'y a pas d'excès, tant qu'on y dévoile pas tous les détails inutiles de sa vie, tant qu'on sait mettre les frontières. Pour les sites de rencontres d'ammooooooooooooouuuuuuuuur, je ne peux rien dire, jamais vu. Mais bon, si ça peut en aider certains, pourquoi pas?
En gros, le monde change, on ne peut rien y faire et en bonne fana de linguistique, je préfère observer et comprendre les changements que de faire l'inquisitrice grammaire-correctrice. On devra de toutes façons s'y adapter alors autant s'y prendre tôt.

Mademoiselle Catherine a dit…

Comprenons-nous bien: je me sers d'internet depuis bien assez longtemps et ai eu l'occasion d'y faire la connaissance de très chouettes personnes. Je ne pense donc pas "cracher dans la soupe".
Ce qui me dérange terriblement, c'est la place que c'est en train de prendre. Maintenant, oui, j'ai créé le fameux profil facebook auquel je ne pouvais décidément pas échapper, et je me prends effectivement au jeu, mais je sais aussi que ça va très vite m'ennuyer, tout comme les rares sites de rencontre que j'ai eu l'occasion de visiter (depuis que j'ai internet chez moi, je fais tout ce que je ne peux pas faire au boulot: des sites de rencontres à facebook via YouPorn, plus rien ne m'échappe ^^).
Concernant les meetic et consorts, j'ai la désagréable impression d'être au supermarché en train de faire mes courses, et je trouve ça fort déprimant, car je trouve terriblement ennuyeux de tout savoir d'une personne avant même qu'il n'y ait eu la moindre interaction directe. Mais bon, les agences matrimoniales font de même depuis bien, bien longtemps...
C'est peut-être moi qui suis trop pure ou naïve ou que sais-je parce que j'ai pu en constater certains effets pervers dans mon entourage proche et que ça m'a touchée directement.

Pour le reste, j'ajouterai que je suis toujours aussi allergique à la politique de facebook et que je compte bien garder cela à l'esprit à chaque fois que j'y ferai un tour (j'ai la désagréable impression de m'être vendue au grand capital et de m'être bien faite avoir tout en trouvant ça plutôt plaisant, allez comprendre...).

Enfin... tout ça pour dire qu'internet, c'est trèèèèès bien tant que ça ne se transforme par en espèce de réflexe conditionné.
Modération, quoi ;)

SaC a dit…

Je suis partiellement d'accord avec toi.
Déjà étant foncièrement contre facebook et sa politique de conquête du web (les responsables ont l'ambition d'en faire le "point d'entrée" du web, c'est à dire que facebook soit en page d'accueil sur tout les pc.)
Mais aussi pour son potentiel hautement dangereux, imaginez ce qu'un dictateur fanatique du genre hitler2.0 (yeah point godwin!) pourrait faire d'une base de données comme celle de facebook.

Jusqu'à présent j'ai réussi à éviter d'avoir besoin de m'inscrire dessus.

D'autre part, je pense que internet est un outil de communication prodigieux, combien de bandes dessinées, de dessins animés, de films amateurs, de jeux vidéos amateurs ont été réalisés grâce à internet, et combien de rencontres fortes et durables ont été réalisées grâce à ces œuvres d'arts conçues en commun?
Et ceci parfois demande des investissement en temps et donc, temporairement au détriment d'une vie sociale irl (in real life).

Autant je suis plutôt contre les sites de rencontres "bateaux" autant je suis pour les forum et les chat de partage de connaissances, de talents, de techniques, de points de vues.
Qui favorisent l'ouverture d'esprit et les créations artistiques. Et les vraies rencontres, autour d'un but commun.

Mademoiselle Catherine a dit…

Tiens, c'est gentil d'être passé, SaC :) (ton mail aussi est arrivé à bon port: je te réponds très vite!)

Cela dit, j'aime autant préciser que nous ne sommes pas "partiellement", mais COMPLÈTEMENT d'accord!

Je suis moi aussi totalement allergique à la politique ultra-mondialiste de facebook, et je t'avoue que 48h après mon inscription (oui, c'est tout, tout récent), je me rends bien compte que mes vilains préjugés n'étaient pas sans fondements, car me voilà déjà morte énervée par la vacuité de ce réseau et le niveau d'hypocrisie ambiant.
Si tu peux t'en passer, passes-en-toi! Pour ma part, j'en avais besoin pour promouvoir mes activités artistiques, et j'ai, de fait, vraiment l'impression d'avoir vendu mon âme au Diable, car les avantages ne compensent en rien les inconvénients :(

Par contre, j'ai toujours été convaincue du bien fondé d'internet en tant qu'outil de communication et de saine émulation, aussi, je partage tout à fait ton avis sur les forums et blogs spécialisés (on se demanderait bien duquel je parle ^-^) pour ce qui est de la rencontre et du partage des sensibilités. C'est d'ailleurs sur des forums que j'ai rencontré quelques uns de mes amis les plus proches, mais je n'apprécie jamais tant leur présence que lorsqu'elle est bien réelle!