samedi 30 octobre 2010

L'art de la bolognese

Pour me faire pardonner de vous avoir faussé compagnie, je vais vous confier, du moins en partie, ce que je fais quand je me déconnecte pendant quelques jours (et je vous préviens d'ores et déjà que vous risquez d'être terriblement déçus), mais avant toute chose, je tiens à préciser que, comme j'habite sur les hauteurs de Liège, il n'y a jamais beaucoup de monde à passer chez moi (parce que, justement, ça monte fort, très fort !). Pourtant, jamais personne n'a regretté l'escalade, car à chaque fois, j'accueille mes invités comme des Rois.

Fin de la parenthèse.

Pour accueillir quelqu'un comme un Roi, il n'y a pas de secret : il suffit de briller dans l'art délicat de la cuisine. Pour ce faire, pas besoin de menus alambiqués : une grosse quantité de sauce bolognese suffit à faire le plaisir de vos papilles et de celles de vos invités.

Au départ de
- 600 gr de hachis porc/bœuf
- trois oignons
- une gousse d'ail
- un litre de purée de tomates,
vous aurez de quoi ravir deux estomacs pendant au moins deux repas.

Première étape (jour J-1) :
Dans une grande casserole, faites revenir les oignons hachés à feu doux dans un peu d'huile.
Au bout de cinq minutes, ajoutez un peu d'eau légèrement sucrée.
Quand les oignons sont translucides, ajoutez le hachis et la gousse d'ail (personnellement, je l'écrase et la retire au moment de servir, mais vous pouvez tout aussi bien la hacher).

Mélangez bien et laissez mijoter jusqu'à ce que la viande soit cuite à point, après quoi vous viderez par dessus un litre de purée de tomates avec une cuiller à café de sucre et une ou deux feuilles de laurier.
Salez, poivrez et ajoutez des herbes de Provence à votre goût (une cuiller à soupe de Worchesterchire Sauce est également la bienvenue).
Laissez mijoter.

Deuxième étape (jour J) :
Accueillez votre invité comme il se doit (ici, vous faites comme vous le sentez : un bisou, un verre, un massage ou une petite pipe, à vous de décider...) et dites-lui innocemment que, s'il a faim, il y a de la bolognese.
Réchauffez la sauce qui aura eu le temps de mijoter pendant 24 heures (ce qui est très exactement le secret d'une bolognese réussie), préparez vos spaghetti al dente et servez en prenant soin de garder la moitié de la sauce pour le lendemain.

Troisième étape (jour J+1) :
L'invité est toujours là ? Parfait !
Servez-lui un petit déjeuner digne de ce nom, avec, par exemple, du véritable thé anglais et des muffins poire/chocolat.
Il se peut que la visite guidée (même si celle-ci ne dépasse pas les limites de votre appartement) lui ouvre l'appétit, d'où l'intérêt de lui proposer, avec des yeux de biche que n'auraient pas reniés Audrey Hepburn, de faire une lasagne avec le reste de la bolognese.

(à ce stade, il est tout de même préférable d'avoir prévu en amont des lasagnes prêtes à l'emploi, du beurre, de la farine, du lait, de la noix de muscade et du fromage râpé)

Dans un poêlon, faites fondre environ 100 grammes de beurre à feu très doux.
Ajoutez deux à trois cuillers à soupe de farine que vous délayerez bien avant de verser petit à petit du lait en mélangeant le tout en permanence avec une cuiller en bois.
Quand votre béchamel est crémeuse à souhait, salez et ajoutez quelques pincées de noix de muscade fraichement râpée.
Préchauffez le four à 190°.
Dans un plat, disposez une première couche de lasagnes sur un lit de bolognese.
Recouvrez de la moitié de la béchamel et remettez une couche de bolognese.
Répétez l'opération et terminez par une généreuse couche de fromage râpé parsemée de noix de muscade.
Recouvrez de papier aluminium et enfournez.
Retirez le papier alu au bout de trente minutes et laissez gratiner un quart d'heure avant de déguster (attention : c'est chaud !).

Conseil de lecture : Berjanette, "Les femmes, la table, l'amour".

21 commentaires:

éric a dit…

C'est malin, j'ai faim maintenant...

Tiens, j'vais m'faire des pâtes... :)

papoupapou a dit…

Une partie de ton article me fait diablement penser à une publicité au propos ma foi assez particulier! ;-)

http://www.fondefroid.com/spip.php?article31
Cela étant dit, il y a de fortes chances que tu la connaisses déjà!

Anne-Lise

Bleu Cerise a dit…

Tiens, justement, ma mère m'a fait des lasagnes ce midi ;)

Mais du coup, tu laisses mijoter la sauce durant 24h non stop, genre la plaque qui chauffe durant tout ce temps ? ( Oui, je viens juste de passer mon CAP décongélation de pizza, j'assume :D )

Wakajawaka a dit…

Voilà une recette dont on ne sort pas indemne : j'en suis tout retourné !

Ainsi voilà le secret ultime de la bolognese révélé... moi qui croyais que les magiciens ne révélaient jamais les secrets de leurs tours !

kim a dit…

Moi je la "customise" (comme sans doute tout le monde...) et je prends juste du hachis de boeuf qui est plus savoureux, plus digeste et bien moins gras. Ensuite, je rajoute à la fin de la lavande comestible, ça rend la bolo plus légère et plus fraîche sans goût de savon (ouais, c'est ce qu'on me demande toujours: ça a pas un goût de savon???). Puis finalement, je m'amuse avec plein de légumes: champis, carottes, aubergines, courgettes, olives noires, etc. Ca dépend de ce qu'il faut finir dans le frigo ou de mon humeur. :-)

Les tests de Gridou a dit…

Bien d'accord avec toi ! J'aime à avoir des gens à manger chez moi et j'aime à leur mettre dans l'estomac des plats simples mais toujours bons. Et vu la multiplicité des visites de chacun, je pense que je n'ai pas tort =)
Ma bolo :
haché porc et veau (boeuf trop fort pour mes papilles)
Le faire rissoler, saler, poivrer et surtout pimenter
Hacher la viande en tout tout tout tout petits morceaux sinon ça va pas pour mon cerveau toqué
Tomates pelées en tout tout tout tout petits morceaux
Champignons en lamelles ou en morceaux c'est kif
Sel, poivre, herbes de provence et piment
A préparer de préférence la veille =)

Mademoiselle Catherine a dit…

@éric: Alors, elles étaient bonnes, tes pâtes?

@papoupapou: Ouiiii, je connais :D Un grand classique!!!

@Bleu Cerise: Quand je dis "mijoter pendant 24h", c'est davantage pour signaler qu'il FAUT préparer une bolo la veille. Dans tous les cas, elle doit mijoter AU MOINS une heure, puis, dans l'idéal, encore une heure au moment où on la réchauffe.

@Wakajawaka: Me voilà troublée d'avoir un tel effet sur mes lecteurs...
Quant au secret ultime, je ne l'ai pas dévoilé ici, mais il me semble qu'il est relativement clair dans mon texte: la cuisine doit se faire avec beaucoup d'amour dedans. Toujours!

@kim: J'ai improvisé pendant longtemps aussi avant de revenir à la traditionnelle bolognese comme la faisait ma môman (le seul plat qu'elle aie jamais parfaitement réussi ^-^). Par contre, tu trouveras par-là ma recette des spaghetti "libanaise" - simple, rapide et délicieux >>> http://mademoisellecatherine.blogspot.com/2008/11/spaghetti-libanaise.html

@Gridou: C'est vrai que j'aurais bien ajouté des champignons à mes lasagnes (m'en suis rendue compte en la mangeant, en fait) et n'en avais hélas pas sous la main. Ça ne m'a pas empêché de crouler sous les compliments de mon invité... et ce n'était pas que pure politesse puisqu'il s'est resservi et a religieusement vidé son assiette à chaque fois :)

Anonyme a dit…

Mon petit doigt me dit que la bataille des Bienveillantes n'est pas encore finie. Combien d'ennemies à affronter encore : 250, plus ?

Sinon, sympa la recette. Je mets en général un clou de girofle dans la sauce, en plus, mais je n'aurai de toute façon jamais la patience d'attendre le jour suivant.

(PhilippeC, squatteur chez ema)

Wakajawaka a dit…

"La cuisine doit se faire avec beaucoup d'amour dedans."

J'espère que c'est sans rapport avec le dernier billet de Maïa !
(Bon, ok, je sort XD ).

Mademoiselle Catherine a dit…

@PhilippeC: Bien vu pour Les Bienveillantes: 250 pages left to read :)
Et je penserai au clou de girofle la prochaine fois!

@Wakajawaka: RIEN. A. VOIR. :p
Encore que ce serait un filon à creuser: après le boudin, la bolognese (ceci me donne d'ailleurs une petite idée pour améliorer ma béchamel...)

NeuNeu a dit…

Moi quand j'invite des gens, je fais de la mayonnaise. Et des pommes de terre sautées. Les deux seuls trucs que je ne rate jamais.

Aujourd'hui j'ai tenté le gateau basque, bah j'ai foiré la pate sablé... Mais finalement, ça s'est rattrapé en rajoutant une au chocolat dessus (trop light: 6 cuillères de crème fraiche+ 150 grammes de choco)...

Bref, on peut facilement en conclure que j'suis un meilleur hote que toi! mouahahaha!

Mademoiselle Catherine a dit…

Euh, avec tout le respect que je te dois, mayonnaise/patates sautées, c'est certainement très bon, mais ça ne nourrit pas son homme, si?
Par contre, le gâteau basque, je n'ai jamais testé: je préfère m'en tenir à mon légendaire cake poire/chocolat ^-^

(sinon, j'oubliais de préciser dans la recette que si la bolognese est trop liquide, un vieux truc d'Indien consiste à y ajouter la mie d'une ou deux tranches de pain et de continuer à laisser mijoter à découvert) (comme ça, vous savez tout)

NeuNeu a dit…

Effectivement, ça nourrit personne. Maaais comme pour l'instant je n'ai accueilli que des étudiants, ça fait un très bon apéro avant la bière et la pizza XD

Le cake poire/chocolat est magique effectivement.J'ai eu un problème de cuisson avec la semaine dernière, j'ai du mal à m'adapter au four familial!

Wakajawaka a dit…

@neuneu

quand j'étais étudiant, j'avais une solution rapide, simple, peu chère, pas trop mauvaise et propre à remplir les estomacs pour amortir les bières à venir : les rappés de pomme de terre !

(temps total : moins de 10mn dont 5 pour la cuisson : quand je dis que c'est un truc de flemmard -ou d'étudiant ! ).

Tu rappes des patates en quantité suffisante pour remplir une poêle.
tu les assaisonnes (sel poivre, etc. tu peux facilement t'amuser avec des épices et des condiments à l'envie - j'y mettait souvent un peu de "spigol" (des épices pour paella toutes prêtes).

J'ajoutais aussi d'autre éléments à la recette : des oignons et une ou deux carottes -le tout rappé bien entendu.

Tu mets de l'huile (d'olive c'est meilleur) au fond de ta poêle et tu chauffes.
tu intègres ton "produit" dès que l'huile est chaude, et tu laisses cuire.

Si ta poêle est nue, il va falloir veiller ton rappé qu'il ne carbonise pas, et surtout : le retourner.
La texture en sera croquante avec un cœur tendre.

Si la poêle est couverte (ce que je faisais souvent) pas obligatoire de le retourner -ou juste au moment de servir pour que ce soit plus joli.
Couvert, la cuisson est beaucoup plus rapide et c'est plus tendre.

Variante pour grosses faims : tu bat des œufs comme pour une omelette que tu intègres à ton rappé.

Ce n'est pas de la grande cuisine, mais c'est facile, rapide et tu vas vite te retrouver envahi.
(Ben oui... il y a tant d'étudiants qui se contentent de pâtes à l'eau ou de machins tout faits que la plus basique des cuisine te permet de passer pour un cordon bleu auprès des autres qui vont avoir tôt fait de courtiser ton assiette ! ).

éric a dit…

Je plussoie l'intervention de Wakajawaka en précisant que perso je rajoutais (outre les indispensables oeufs) du fromage râpé (en fin de cuisson) voire une bonne cuillère de crème fraîche les jours de fête...
Rapide nourrissant et économique !
L'hiver approche, les têtes d'étudiants se porteront mieux avec un ventre rassasié de choses simples à faire et bonnes à partager !

Mademoiselle Catherine a dit…

@NeuNeu: Pour la cuisson du cake, le mieux est de l'enfourner à four chaud et de diminuer la température au bout de cinq minutes (et de surveiller régulièrement l'avancée de la cuisson, notamment en piquant le gâteau avec un cure-dents quand il a l'air bon: dès que le cure-dent ressort sec du cake, c'est qu'il est fin prêt!).

@Wakajawaka: J'approuve cette recette qui me rappelle ma grand-mère paternelle!
Merci :)

@éric: +1 pour le fromage râpé!
Et j'ajouterai que ce n'est pas que pour les étudiants...

Wakajawaka a dit…

@éric & Mademoiselle Catherine :

Je n'ai jamais essayé avec de la crème mais ça fait envie. Avec du fromage c'est divin !
(Petit secret dont il ne faut pas abuser : le couple fromage-patate se marie d'autant mieux qu'on lui adjoint une discrète touche de muscade).

Devinez ce que j'ai mangé à midi ! :P

Mademoiselle Catherine a dit…

In-dis-pen-sable noix de muscade!
Il me semble en outre avoir lu quelque part que le duo féculents/laitages activait la production de sérotonine si j'ai bonne mémoire, alors double-bravo pour le fromage ET la crème fraîche :D

De plus, c'est vraiment un de ces plats magiques pour accommoder tous les restes possibles et imaginables (sauf peut-être le dernier yaourt aux fraises...)

Anaïs a dit…

Tiens, ça me rappelle que je n'ai toujours pas donné la recette de la "tortilla con patatas" à éric... Plus qu'un recette c'est un récit sur les mésanvutres de l'omelette !

^_^

Bon sinon, je prépare toujours moi-même la sauce bolognèse comme ma maman m'a appris ! Pour quelqu'un qui préfère se trouver partout ailleurs que dans une cuisine c'est pas mal non ?!

Aurélie a dit…

Je veux bien grimper moi, vu le délicieux repas qui nous attend!!! ;)

Mademoiselle Catherine a dit…

@Anaïs: Il serait temps que tu te fasses un blog, toi aussi! Nous devons être plusieurs à piaffer d'impatience à l'idée de lire tes aventures ^-^

@Aurélie: Tu viens quand tu veux :)