lundi 8 novembre 2010

Jesus & Elvis are proud to present...

...the unread books...
(et ce n'est qu'un échantillon de mon stock de livres en attente...)

Fond sonore : Elvis Presley, "Reach Out to Jesus".

28 commentaires:

éric a dit…

J'en ai pas lu un seul... mais je remarque que tu lis en trois langues (au moins) et là, bravo !

Par contre y'en a qui va s'exciter à la vision de celui d'en bas dans la pile de gauche... :)

Mademoiselle Catherine a dit…

Hi hi hi, je n'y avais pas pensé ^-^
Figure-toi que j'avais entamé (et rapidement mis de côté) ce précieux ouvrage lorsqu'il m'a été offert il y a quelques années: je connaissais alors mal l'œuvre de ce monsieur ma foi fort productif et ai eu bien du mal à en saisir tout le sel.

Sinon, oui, je lis effectivement en trois langues. J'aimerais lire davantage dans celle de Goethe, mais j'ai bien du mal à alimenter mon stock, car les livres en allemand sont plutôt rares par ici :(

Wakajawaka a dit…

Y'a plein de bons trucs sur ta photo !
Mais... que vois-je ?

Zappa par Zappa ?

Tu sais que je t'aime toi !

(Non, je te rassure, tu peux rabaisser le pont-levis c'est au livre que je parlais ! ;) ).

Moby Dick...

Rien à voir avec des photos hard du musicien ?

J'avais lu il y a une vingtaine d'année une analyse tordante (in english) sur ce livre et le thème de l'homosexualité.

Le cachalot blanc géant serait une image du désir de pénis lié à l'homosexualité refoulée de Herman Melville.
Il faudrait lire littéralement "mo' big dick" : "la grosse bite à moman".

l'étude était troublante car le roman foisonne d'images freudiennes et de mots à double sens (dans le texte en VO bien sûr).

Ouh... je dérape je dérape...
(Jette un dernier regard attendri sur le pile de livre)

Bonne nuit les reliures !

Anonyme a dit…

Suis déçu, je pensais que vous lisiez aussi le danois et le finnois...

en tout cas c'est varié, y'a même un Wodehouse.

Impressive, indeed.

(philippeC en instance d'affectation)

Mademoiselle Catherine a dit…

@Wakajawaka: Heureusement que ma connaissance des théories freudiennes tient sur un papier à cigarette, car je verrais d'un très mauvais œil que le vieil Autrichien vienne influencer ma vision du grand Melville et de son cachalot blanc.
Ceci dit, après tout ce que tu viens de m'apprendre, je vais sans doute remettre la lecture de cette belle brique à beaucoup plus tard, le temps d'oublier tout ça (et d'effacer de ma mémoire la vision que j'ai eue de Moby tout nu, aïe >.<)

@PhilippeC: Vous ne vous rendez pas compte à quel point vous retournez le couteau dans la plaie en me parlant de la langue d'Andersen, car j'aimerais beaucoup l'apprendre, et ce depuis des années. Hélas, une langue que l'on ne pratique pas est une langue morte, aussi devrais-je sans doute en faire le deuil un jour...

Concernant Wodehouse, son "Aunts aren't gentlemen" est très certainement le dernier livre qui m'aie fait rire aux larmes :)

Aurélie a dit…

Ohlalala! uand même! Moi je n'en ai plus autant en attente, il va falloir que je passe me réapprovisionner car dans le peu qu'il me reste, j'ai du mal à trouver mon bonheur!

Anonyme a dit…

Catherine: un pays qui a fait le Festin de Babette mérite que l'on s'y arrête. Je suis allé à Odense dans le petit quartier d'Andersen, je ne savais pas sa popularité avant, c'était un nom comme d'autres, c'est touchant. Ça donne envie d'être Danois, le pays est beau.

A propos, le choix du livre est-il fait ? il me semble que le regard du Christ (Dieu!) se pose en bas, vers la droite, et si c'est lui, hein... Elvis s'en contrefiche, manifestement c'est pas son truc la lecture.

(philippeC en plein travail de deuil)

Anaïs a dit…

"Be my enemy" Intéressant... et ça raconte quoi ?

Wakajawaka a dit…

Oui, je comprends... Moby tout nu c'est dur...
(Alors que Natalie Portman... ben... humm... c'est dur aussi mais bon, je m'égare).

Freud, je l'aime bien quand on le pousse jusqu'à l'absurde (comme dans l'excellente conférence-spectacle "Mickey L'ange".
Sinon, je ne goûte guère les délires surinterprétatifs de la psy (qu'elle soit freudienne ou autre)quand elle se prends au sérieux.
Au risque de me faire des ennemis, je pense que la psychologie n'est qu'une technique encore balbutiante qui se voudrait science en se parant des atours d'une religion.
("Mardi matin : parpaing" - c'est le proverbe du jour, bien adapté au mal au crâne qui me taraude).

dans mes copains d'oreille, je viens de repérer un livre de Nick Cave -Dommage que tu ne l'ai pas encore lu, je t'aurai demandé ce qu'il donne !

j'ai adoré le livre de Mark Haddon : j'aime les auteurs qui savent faire passer des choses "hors les mots".

Je saute du coq à l'âne (je le fais souvent, c'est l'avantage de vivre à la campagne), mais un petit Pennac irait bien dans cette pile !

Mademoiselle Catherine a dit…

@Aurélie: Tu veux en piocher quelques uns dans mon stock? ;)

@PhilippeC: Par deux fois, je suis allée trainer mes bottes à Copenhague, et j'ai à chaque fois été complètement émerveillée par cette ville et ses habitants.
Quant au "Festin de Babette", quel régal!

Je ne sais pas ce que me conseillent le King et le Seigneur, et à vrai dire, je me fiche un peu: je vais déjà lire "La Dame de pique", et puis on verra...

@Anaïs: Je n'en sais foutre rien: comme pour les films, je choisis mes livres au pif, en fonction du titre et de la première phrase.
Ici, je me souviens que cette dernière était de trèèèèès mauvaise foi (mais une mauvais foi drôle et assumée) et portait sur Ben Laden. Mauvaise foi + humour + politiquement incorrect = un livre qui ne peut que me plaire ^-^
(justement, je l'avais acheté lors de mon dernier passage à Copenhague...)

@Wakajawaka: Ton avis sur la psy est intéressante. Pour ma part, je pense sincèrement qu'une thérapie peut changer la vie, à partir du moment, évidemment, où l'on en ressent le besoin et où l'on a trouvé le/la thérapeute qui nous convient.
Moi, en tous cas, ça m'a complètement transformée, et en bien!

De ce que j'en ai feuilleté, je peux te dire que le Nick Cave est ardu (au niveau du vocabulaire et des tournures de phrases) et mystique, mais on n'en attendait pas moins de lui ^-^
Par contre, je n'ai rien lu de Pennac qui fait étrangement partie de ces auteurs qui ne m'ont jamais parlés (et, contrairement à d'autres - auteurs - je ne saurais expliquer pourquoi).

Anaïs a dit…

Tiens, Nick Cave ! J'ai lu son roman "La mort de de Bunny Munro" Très très bien : c'est drôle, c'est dur, très dur en réalité. Bien écrit. Non franchement pas mal !

En ce moment je lis le dernier de Thomas Pynchon (Vice caché) J'ai du mal à rentrer dedans... Mais bon, j'attends mes lunettes que j'i enfin commandées, je n'arrive plus à lire... c'est l'âge, je deviens pres bite !

Anaïs a dit…

De Pennac j'ai lu "Chagrin d'école". En tant qu'ancien cancre j'étais curieuse de savoir ce qu'il avait à dire... Bon, même si ça respire -pue diraient certains- les bons sentiments je m'y suis quand même pas mal retrouvée ^^

Anaïs a dit…

Le Nick Cavec que j'ai lu je ne l'ai trouvé ni ardu à lire (d'un point de vue stylistique) ni mystique en tout cas... C'est l'histoire d'un sex addict, vendeur ambulant, dont la femme se suicide (à cause de lui et de sa dépendance) et qui reste seul avec son gamin qu'il va trimbaler avec lui... Dur oui, ardu non !

Mademoiselle Catherine a dit…

@Anaïs: Je ne connais de Pennac que les entretiens que j'en ai lu et dois bien avouer que j'ai beaucoup de sympathie pour le monsieur. Ses écrits, par contre, ne m'attirent pas du tout...

Quant à "Et l'âne vit l'ange", on ne peut en rien le comparer à "La Mort de Bunny Munro": absolument rien à voir, mais alors rien du tout, du tout!
C'est d'ailleurs, je trouve, une belle preuve de talent et d'intelligence que de savoir jongler avec les styles, comme Nick Cave le fait déjà si bien musicalement (il est bien souvent le seul dénominateur commun entre les Bad Seeds, Grinderman et ses musiques de film) (ah oui, et Warren Ellis aussi!).

(et merci d'éviter la multiplication des commentaires, si possible, ou mes lecteurs vont finir par croire que je te paye pour ça ^-^)

Wakajawaka a dit…

Je suis dur avec la psy car en bon scorpion qui se respecte, je suis un pro de l'auto-analyse ! (Ohhhh, j'ai les chevilles qui enflent ! Après la tête c'est étrange...).

Je ne dirais pas que les psy sont inutiles, loin de là, mais j'ai de sérieuse réserves quand à leur "technique" et aux compétences de certains (là c'est une question de personne surtout).
les trois fois où j'ai rencontré des psys, les deux premiers m'ont servi d'outil -pour me faire réformer par exemple- je n'ai eu aucun mal à les amener là où je voulais qu'ils aillent -en ayant étudié la psycho c'est facile ;)

La troisième fois, j'étais vraiment au trente-sixième dessous et... je me suis rendu compte dès le premier rendez vous que -pour ce qui était de ma personne- j'étais bien plus compétent que le mec en face de moi.
En plus c'était un de ces [auto-censuré] de danois !
Euh... de lacanien...
(Ça y est je suis atteinte d'une "Danette" aigüe).

Tant que Nick Cave n'est pas plus dur a lire que "Das Glassperlenspiel" de Hesse, ça me va ! :P

Mademoiselle Catherine a dit…

@Wakajawaka: Il y a certainement un tas de choses à dire au sujet des psys et de leurs méthodes. Encore une idée de future note, qui sait?
Comme tu le dis, tout est question d'individus: pour ma part, j'en ai vu plusieurs ces dix dernières années, dont quelques caricatures. Ce sont hélas ces dernier qui dégoutent le brave quidam de la psy, car ils se prennent effectivement pour des demi-Dieux (comme bon nombre d'individus exerçant des professions libérales, ceci dit).

Concernant "Et l'âne vit l'ange", l'ombre de Hesse n'est, je pense, pas très loin d'après le peu que j'ai pu survoler du livre de Cave, avec cette espèce de poésie étrange qui émane tant de la narration que des personnages...
As-tu lu "Narziss und Goldmund"?
Nettement plus court et plus digeste que "Das Glasperlenspiel" que je relirais bien à l'occasion (et qui reste tout de même une sacrée partie de plaisir comparé à "Finnegann's Wake" ou "Ulysse" de James Joyce :p).

Anaïs a dit…

Si je multiplie les coms c'est un hasard : un détail qu'on pense seulement après( Pennac), une précision qu'on apporte en découvrant un nouveau com qui s'est glissé entre le dernier que tu as lu et le tien...

Bon alors je résume : faut pas que je parle de sexe et faut pas que je multiplie les coms... ça va commencer à être dur !

Mademoiselle Catherine a dit…

Tu fais ce que tu veux, Anaïs: je comprends tout à fait l'esprit d'escalier et en suis d'ailleurs une fervente amatrice :) Par contre, étant une fille soigneuse et organisée, j'essaye généralement de regrouper les commentaires et d'éviter les hors-sujet trop flagrants.
Disons pour faire court que j'apprécie que les commentaires aient un rapport avec le post d'origine...

Cela dit, je n'interdis rien à personne, mais faut pas s'étonner après si je vire certaines interventions ;)

Wakajawaka a dit…

"Narziss und Goldmund", un peu que je l'ai lu, et je n'aurais qu'un mot : superbe !

Comme tu le dis, c'est bien plus facile à lire que le Glassperlenspiel.
Pour les non-germanophones nous parlons de s'agit de "Narcisse & Goldmund" et du "Jeu des perles de verre".
Deux livres pleins de sens (dans tous les sens du terme pour le second ! ).

A choisir, pour entrer dans le monde et dans la langue de Hesse, "Narcisse & Goldmund" est une belle mise en bouche d'une lecture fort agréable.
Beaucoup attaquent Hesse par "Steppenwolf" -qui est un très bon livre- mais qui ne me semble pas être celui qui donnera le plus envie de lire d'autres ouvrages de cet auteur.

"Finnegans Wake" et "Ulysse"... arf... je crois que n'importe quel livre paraît simple à lire à côté de ceux ci !
Pourtant Joyce est génial -pas de doute- mais vaindieux (juron typiquement auvergnat) tirer le jus d'une page de Joyce sans déraper vers une lecture diagonale, c'est aussi dur que faire 10 mètre sur l'Anapurna !

La beauté de la langue de Hesse, qui fait parfois couler l'Allemand comme une rivière aux saveurs pailletées sur nos langues.

L'un de mes poèmes préféré de cet auteur est "Manchmal" "Manchmal, wenn ein Vogel ruft [...] "
Tu n'es pas surprise je suppose ;)


Tu m'as collé un désir presque charnel de découvrir "Et l'âne vit l'ange" de Nick Cave, heureusement pour moi, je n'ai pas le temps de faire un saut chez le libraire : j'aurais craqué !

A la place, je vais me refaire les premiers albums des Bad Seeds devant une soupe à la citronelle :)

Mademoiselle Catherine a dit…

"Meine Seele wird ein Baum
und ein Tier und ein Wolkenweben.
Verwandelt und fremd kehrt sie zurück
und fragt mich. Wie soll ich Antwort geben?" :)
...et moi de me rendre compte que j'ai toujours passionnément aimé lire et écouter la poésie en langue allemande, Bertolt Brecht largement en tête (dont Blixa Bargeld, lui-même poète accompli, a souvent lu les poèmes, notamment érotiques) (MP3 sur demande...)

Tu es donc germanophone, toi aussi?
J'en apprends un peu plus à chaque jour qui passe...

Par contre, ne te fie pas trop à mon impression concernant "Et l'âne vit l'ange": ce n'est qu'un vague ressenti basé sur quelques pages survolées, et je m'en voudrais terriblement si tu devais être déçu par ma faute...

Bon appétit!

Wakajawaka a dit…

J'aimerai parler plus de langue.
Le Grec moderne entre autres et le Brésilien (j'en ai de maigres rudiments).

Brecht : que c'est beau !
D'une langue souvent plus rugueuse que celle de Hesse (je trouve, mais je n'ai pas tout lu ni vu), mais c'est ce qui le rends intéressant :)

Blixa Bargeld est un artiste comme je les adore. Il ne se contente pas de suivre les sillons : il les creuse.

"Einstürzende Neubauten" dans sa première période (quand c'était encore de l'indus "bruitiste") était de ces groupes "clé".
Peu connu mais dont le passage marque d'un sceau indélébile les musiques à venir.

Un morceau comme "Seele Brennt" est si puissant dans ce qu'il fait passer que ça en fait presque mal aux tripes.
Ça m'a fait penser à Artaud lors de la première écoute.

Je me souviens du spectacle d'Il Teatro Del Silencio sur Antonin Artaud, vu en avant première au festival de Théâtre de Rue à Aurillac, il y a des années.
La musique de Einstürzende Neubauten lui eut été comme un gant... ou une camisole !

Mademoiselle Catherine a dit…

Ce qui me bouleverse chez Brecht, c'est son incroyable modernité: on peut transposer n'importe quelle de ses pièces à l'époque contemporaine sans que cela ne pose le moindre problème ni de langage, ni de sujet.
C'est pourquoi ses paroles sont tellement à leur place dans la bouche de Blixa!

Je suis d'ailleurs très déçue, car la tournée des 30 ans d'Einstürzende Neubauten (un des rares groupes qui n'aie pas quitté ma platine depuis l'adolescence) passe par Bruxelles les 18 et 19 novembre, et j'ai trop tardé à prendre mes places, verflucht!
Artaud, en revanche, je connais peu. Je connais d'ailleurs mal la "culture française" (au sens large), sans doute par réaction au temps que j'ai passé dans l'Hexagone... Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si je me suis rapprochée de mes racines germaniques à cette époque, et depuis, j'en suis même fière :) (ayant eu une éducation bilingue, je me suis toujours sentie un peu "bâtarde", surtout à l'école: les enfants n'aiment pas être différents des autres).
Cela dit, tout comme toi, je regrette aujourd'hui de ne pas avoir appris davantage de langues, encore que je me débrouille très moyennement en espagnol (merci, les films de la Movida :D) et en néerlandais. Peut-être serait-il temps de creuser ces dernières, histoire de les maitriser un peu moins chichement... Il n'est jamais trop tard!

P.S. Si tu ne l'as pas déjà vu, laisse-toi envoûter par le documentaire "Berlin Babylon"! (je te laisse deviner trois fois qui en a composé la musique ^-^)

Anaïs a dit…

Ai-je entendu parler de "espagnol"
Una ayudita ???

Anonyme a dit…

je pense en avoir juste un peu moins... et toujours les bienveillantes à terminer...
bisous mon elfe

Mademoiselle Catherine a dit…

@Anaïs: ¡Siempre se necesita ayuda!
Mais j'ai déjà quelques hispanophones dans mon entourage, merci :)

@ma-marraine-la-fée: Ce n'est pourtant qu'un échantillon... pour te dire à quel point j'ai perdu le contrôle!
*Bisous doux*

Aurélie a dit…

Je ne sais même pas si j'arriverais à faire un choix... pfff...

Mademoiselle Catherine a dit…

Et par tirage au sort? :)

Aurélie a dit…

Pas bête! ;)