lundi 31 janvier 2011

Garanti sans hormones

Demain, cela fera trois ans jour pour jour que, par choix personnel (et sans avoir fait vœux d'abstinence), j'ai cessé de m'intoxiquer aux hormones. Et je ne vous cache pas que les avantages de mon arrêt de pilule contraceptive l'emportent très largement sur les inconvénients :

Avantages
- je ne souffre plus de crampes nocturnes ni d'insomnies
- je suis de meilleure humeur (qu'est-ce que ça devait être avant...)
- j'ai beaucoup moins de problèmes de peau (allergies cutanées incluses)
- je prends davantage conscience de mon corps, car je sens mon ovulation et l'approche de mes règles
- règles ni plus douloureuses ni plus abondantes ni moins régulières que par le passé
- plus d'horaires drastiques à respecter : je peux découcher sur un coup de tête sans avoir à me soucier du petit comprimé (quant aux brosses à dent, on en trouve un peu partout, merci)
- je suis moins souvent malade (relation de cause à effet à vérifier...)
- et je ne suis pas tombée enceinte entre temps

"Inconvénient"
(au singulier et entre guillemets, car je n'en vois guère qu'un seul et m'en accommode fort bien au vu des nombreux bénéfices)
- impossibilité d'avancer ou de retarder la date de mes règles
(souvenez-vous des dernières Ardentes...)

Il ne s'agit bien entendu que de mon expérience personnelle, et je sais que pour certaines femmes, l'arrêt de la pilule s'est avéré être une grave erreur. Là n'est d'ailleurs pas le débat...
Pour ma part, je ne peux que me féliciter de cette décision qui fut sans aucun doute l'une des meilleures de ma vie et suis convaincue qu'aucun traitement hormonal ne passera plus par moi avant la ménopause (encore que j'ose espérer que d'ici-là, la science aura fait des progrès et qu'il existera alors des alternatives efficaces).
Le fait est que je n'ai jamais pris de médicaments qu'en cas de force majeure, et je m'en veux terriblement d'avoir avalé ce comprimé – que, de toute évidence, mon corps tolérait mal – pendant près de la moitié de ma vie.

Ceci dit, il est hautement probable que je songe un jour à la pose d'un dispositif intra-utérin... et celui-là sera garanti sans hormones !

Fond sonore : Dead Can Dance, "The Promised Womb".

[mise à jour, été 2011 : pour ma vie avec mon D.I.U., c'est ici et ]

22 commentaires:

Anna E. a dit…

Aha depuis mon commentaire enthousiaste sur la pilule j'en suis à la troisième que je teste, et plus le temps passe, plus je songe au stérilet ... Mais l'arrêter, impossible, j'ai trop peur de tomber enceinte :(

Mais joyeux anniversaire d'arrêt, t'as vu, j'ai même apporté les bougies :D ÎÎÎ

éric a dit…

C'est clair, c'est pas avec des bougies que tu tomberas enceinte.. :D

(non, rien d'autre d'intéressant à dire)

waldorf a dit…

vite un nain sosie d'elvis !

Mademoiselle Catherine a dit…

@Anna E.: Pour le stérilet, je te conseille vivement la lecture de l'excellent blog de Martin Winckler (cf. le lien sur "dispositif intra-utérin"): j'étais tombée dessus au moment de mon arrêt de pilule, en cherchant des renseignements quant aux alternatives. Je trouve que bon nombre de ses confrères et consœurs feraient bien de prendre exemple sur lui!

(et merci pour les bougies :D)

@éric: Hé hé... Je précise pourtant que je n'ai pas fait vœux d'abstinence :)

@waldorf: Ben voilà, je vais encore faire des cauchemars! Merci :p

Anna E. a dit…

Mad'môaseeelle (j'essaye de prendre l'accent wesh-wesh, c'est pas gagné d'avance) : mais ce cher Martin est ma référence en matière de contraception :) (je vois qu'on est entre initiées, c'est chouette pour une soirée d'anniversaire :D)

Pitming a dit…

Je m'étonne que tu n'évoque pas la baise de la libido dans les inconvénients presque unanimement reconnu (par mes fréquentation) de la pilule.
et comme je suis un gentleman, je n'ose aborder le problème de la lubrification qui est parfois évoqué lors de certaines fin de soirées en mode confidence...

Mademoiselle Catherine a dit…

@Anna E.: (je n'en attendais pas moins de toi, tiens ^-^)

@Pitming: LA BAISE DE LA LIBIDO??? o_O
Ha ha ha ha ha :D

Blague à part, je ne peux pas te donner tort, bien que cela aie fait partie, pour moi, des avantages "accessoires" (crois-moi: recommencer à dormir après 15 ans d'insomnies, ça change bien plus la vie!).
En outre, je ne compte plus le nombre de témoignages de mycoses à répétition sous pilule en raison, notamment, des problèmes de lubrification que tu mentionnes...

Les tests de Gridou a dit…

L'arrêt de la pilule pour moi n'a pas été aussi positif : mal aux seins, douleur au ventre, mal de tête au premier et dernier jour des règles, retour de cette putain d'acné que je pense devoir supporter toute ma vie...
Mais bon dieu que je suis contente ! Parce que je me sens à nouveau libre, tout simplement.
je ne pense pas mettre un stérilet un jour car pour moi ça reste un corps étranger et je m'y refuse... D'ailleurs j'en suis à ne plus supporter les tampons =) J'envisage la moon cup mais je pense sincèrement que mon corps en a assez des intrus non-faits de chair, je vais le laisser s'exprimer à ce sujet =)
Donc aucun regret, malgré les nombreux points négatifs soulevés, je les prends comme mes boulets de nanas =)

Mademoiselle Catherine a dit…

Peut-être y a-t-il eu davantage d'inconvénients dans les premiers temps, mais le simple fait de commencer, enfin, à "faire mes nuits" à trente ans passés a dû balayer tous les désagréments du revers de la main! Je pense que c'est quelque chose que seul/es les insomniaques chroniques peuvent comprendre...

Pour le stérilet comme pour la cup (dont je ne cesserai de dire tout le bien que je pense!), il faut effectivement accepter l'idée d'un "corps étranger". Personnellement, ça ne me pose aucun problème, et je préfère d'ailleurs porter un corps étranger (comme dans "Alien" :D) plutôt que de bouffer des médocs, mais je comprends que l'idée puisse en refroidir certaines...

Les tests de Gridou a dit…

Moi bouffer des médocs ?
Jamais ! Sauf quand j'y suis vraiment vraiment vraiment obligée alors là oui =)

Anaïs a dit…

@éric. « non, rien d'autre d'intéressant à dire » Etonnant ! ^_^

Perso, j’utilise le stérilet hormonal. La totale !

Pour celles à qui ça peut intéresser :

Le système hormonal intra-utérin est aussi une forme moderne et très fiable de contraception. C'est un tout petit objet souple en forme de «T» placé dans l’utérus par un médecin habilité. Un tel dispositif peut rester en place pendant maximum 5 ans. Si nécessaire, il peut ensuite être remplacé. Mais il peut aussi être placé pour une période plus courte. Si tu souhaites un enfant, il peut être retiré rapidement et tu retrouves très vite ta fertilité. C’est un moyen de contraception réversible (contrairement à la stérilisation) et extrêmement fiable. De plus, le très faible taux hormonal que ce petit système renferme t’offre une diminution très significative de tes règles pouvant même aller, chez certaines femmes, jusqu’à leur disparition complète. La plupart des femmes peuvent utiliser un système hormonal intra-utérin mais, comme c’est le cas pour tout type de contraception (et les médicaments en général), il y a certaines contre-indications.

Personnellement je ne sais même plus quelles sont ces contre-indications, ou bien alors je n’ai jamais eu à en souffrir ?! Je n’ai même pas conscience de porte un corps étranger… à tel point que je m’aperçois maintenant que j’ai dépassé la date où il convient de le changer. Vite, faut que je prenne rendez-vous chez mon gynéco… Ce serait trop idiot de tomber enceinte à mon âge !!!

éric a dit…

Anaïs : ton gynéco devrait ouvrir un salon de "T"... :D

Mademoiselle Catherine a dit…

@Anaïs: Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le stérilet sans oser le demander :)

@éric: ...ou devenir le grand gourou d'une secte à "T" ;)

Anaïs a dit…

Oui, j'avais déjà jeté un coup d'oeil sur ton lien.

Je me contente d'une présentation en quatre lignes du moyen contraceptif que j'utilise et dont je suis tout à fait satisfaite (les hormones étant très faiblement dosées, un plus avec très peu de moins !)

Une réunion "T" façon sextoys... à méditer !

Cathy a dit…

Cela est vrai que beaucoup de filles et d'hommes oublient que la pilule n'est rien d'autre qu'un médicament, alors je trouve que si on peut s'en passer c'est mieux, et puis c'est moins prise de tête ;-).
Par contre même quand j'étais sous pilule, je n'ai jamais osé jouer avec la date de mes règles, car les règles c'est naturel, et les perturber avec quelque chose de chimique, je me suis toujours dit qu'il pouvait y avoir des conséquences futures ! Mais par contre, à ce qu'il paraît, il y a des tisanes qui permettent de retarder les règles d'un ou deux jours si tu les prends au bon moment ;-).

le seul truc positif dans la pilule, c'est que ça me permettait de savoir où j'en étais dans mon cycle rien qu'en regardant ma plaquette, là maintenant parfois j'ai la "surprise" d'avoir mes règles, ou alors je me dis "tiens c'est bizarre je n'ai pas encore mes règles" alors que c'est juste que je ne suis pas au courant de mon calendrier !

Mademoiselle Catherine a dit…

Bonjour Cathy, et merci pour ton intervention :)
Ceci dit, je me permets de signaler que les règles sous pilule n'ont rien de naturel (de même que le cycle menstruel) puisque la pilule met le corps en état de grossesse artificielle: la femme n'ovule plus et ne peut, de ce fait, pas avoir ses règles "naturellement". D'ailleurs, de nombreux contraceptifs hormonaux suppriment purement et simplement les règles puisque ces dernières ne "servent" alors à rien...

NeuNeu a dit…

*Certifiée Label Rouge*

T'as été élevée en plein air aussi? ^^

Mademoiselle Catherine a dit…

(ah ben bravo :p)

Anonyme a dit…

Pour celles qui souhaitent se "débarrasser" de la pilule et qui ne souhaitent pas/plus avoir d'enfant définitivement, il y a plus simple et plus agréable que la pose d'un stérilet ou l'utilisation de préservatifs qu'ils soient masculins ou féminins : la ligature des trompes.
Cela se pratique sous anesthésie locale ( en général ) et dure une quinzaine de minutes. C'est rarement proposé d'emblée par un médecin/gynéco mais il n'est pas difficile d'en trouver qui le pratiquent.
Personnellement ( mariée, 40 ans, 2 enfants ) c'est le choix que j'ai fait.

Mademoiselle Catherine a dit…

C'est vrai que la ligature des trompes est sans doute le remède le plus efficace en termes de contraception! Ceci implique, comme tu le dis, de ne pas/plus vouloir d'enfants...
Pour ma part, j'ai 33 ans, pas d'enfants, tu comprendras donc aisément que cette méthode n'entre pas (encore) dans les alternatives envisageables pour moi :)
Ceci dit, merci de l'avoir mentionnée!

Anonyme a dit…

Pour ma part, j'ai commencé la pilule à cause de douleurs insupportables lors de mes règles.
Après m'être retrouvée par terre en larmes dans ma cuisine, dans l'incapacité de me lever le matin ou bien à passer des nuits blanches dûes aux maux de ventre qui les accompagnaient, je suis allée voir une gynéco à 19 ans.
Elle m'avait prescrit une pilule assez légère, non remboursable, que mon médecin traitant m'a par la suite échangée pour la même en mode gratuit.
Rien à redire pour ma part, et la plaquette se glissant facilement dans mon portefeuille, pas de crainte de ne pas les avoir sur moi. =)

Mademoiselle Catherine a dit…

J'ai moi aussi connu les douleurs atroces, les crampes à en être pliée en deux, les nuits blanches en début de puberté. C'est pourquoi j'ai été mise sous pilule à 15 ans.

Quinze ans plus tard, j'avoue avoir eu des appréhensions à suspendre la prise: et si, à nouveau, j'avais mal, vraiment mal?
Et puis non, en fait. L'arrêt m'a fait un bien fou, et je comprends néanmoins les femmes qui, comme toi, se tournent vers les moyens de contraception hormonaux pour réguler leur cycle et échapper à la douleur.

C'est un choix personnel.
Ce que je déplore, c'est que ce choix n'est pas toujours laissé aux femmes par les médecins qui présentent bien trop souvent la pilule comme le nec plus ultra.