mercredi 20 avril 2011

Tourner la page

Voilà qui est officiel : j'ai demandé mon licenciement à mon employeur qui me l'a gracieusement accordé – peut-être un peu à contre-cœur – et je lui en sais gré. Les personnes avec lesquelles j'ai évoqué mes préoccupations, à commencer par notre directeur des ressources humaines, m'ont offert une oreille attentive, proposé des alternatives et laissé le temps d'y réfléchir à tête reposée. Je suis heureuse que ça se soit passé ainsi, avec respect et sans langue de bois.

Au-delà des interrogations déjà énoncées, j'en étais arrivée à un stade où je tournais à vide, me sentant comme une petite flamme qui s'étouffe par manque d'oxygène, tout ce qui me permettait d'avancer par le passé me faisant cruellement défaut depuis plusieurs mois – l'enthousiasme, l'inspiration, le plaisir d'écrire, de découvrir, la considération pour mon travail aussi. Or, sans critique constructive (bonne ou mauvaise), point d'évolution.
Et je veux bien stagner dans mon travail si ce dernier ne me donne pas la désagréable sensation de stagner dans ma vie, ce qui commençait à être douloureusement le cas. J'ajouterai à cela tout un tas de petites choses qui ne m'ont pas fait regretter mon choix et dont je vous épargnerai le détail.

Tout ce que je peux vous dire, c'est que je quitte mon employeur comme on quitterait une personne pour laquelle on a encore beaucoup d'affection, mais avec laquelle toute relation est devenue impossible parce que la famille s'en mêle : le cœur un peu serré, avec peut-être une impression de trop peu, mais paisiblement et d'un commun accord. Parce que c'est mieux ainsi...

Voici donc une page qui se tourne – sept ans de vie professionnelle au cours desquels j'ai appris énormément de choses, rencontré des personnes formidables, fait de merveilleuses découvertes musicales et cinématographiques, et je m'en voudrais terriblement de cracher dans la soupe, car ces sept années furent riches et précieuses, et le bagage qu'elles m'ont apporté s'avérera certainement très utile dans une vie future, professionnelle ou non.

Un chapitre touche donc à sa fin... et il me reste encore tout un livre à terminer !

Fond sonore : David Bowie, "Changes".

19 commentaires:

Anna E. a dit…

Y'a de très chouettes salles de concert en Alsace ... (je dis ça je dis rien)

<3

éric a dit…

Tu as fait le plus difficile et visiblement tu l'as bien fait.

Je n'ai pas d'inquiétude sur la suite : tu as du talent et de l'enthousiasme !

Et pour rester avec le Bowie de "Suffragette City" :

"Oh! You Pretty Things"
"Don't Sit Down"
"Hang On To Yourself"
and
"Let's Dance"!

Mademoiselle Catherine a dit…

@Anna E.: Tu n'en rates pas une, hein?! ;)
(note que ce resto à couscous strasbourgeois me tente bien ^-^)

@éric: Je me sens incroyablement soulagée!
Et puis, c'était mûrement réfléchi, j'avais de solides arguments, et notre DRH les a entendus... et respectés! Il a bien compris que je n'avais plus rien de bon à apporter à l'entreprise et vice-versa.

Pour la suite, on verra: j'ai un préavis et donc quelques mois pour me retourner...
Stay tuned :)

(concernant Bowie, j'ai eu peur que tu ne cites également "Queen Bitch" comme possible reconversion professionnelle :D)

IsaB a dit…

en fait le Responsable n'avait rien dit (pour cause de mauvaise identification : dans le genre de ton post du 15 avril)

Donc, je disais.

Bon vent miss! Je n'ai pas le moindre doute de la qualité de ce qui va suivre cette page tournée.

Et si donc tu as un peu plus de temps ces moments-ci, on peut en profiter pour se mater "kung fu zombie" (à moins que tu ne sois complètement dégoutée).

Bizz tout plein hein.

Mademoiselle Catherine a dit…

Hi hi hi, je te reconnais bien là ^-^

Pour Kung Fu Zombie, c'est quand tu veux: il FAUT que je voie ce film!!! :D

Les tests de Gridou a dit…

Eheh, j'oublierai jamais ma tronche quand tu m'as annoncé ta réflexion chez moi =)
Une bonne chose de faite pour toi, n'est-ce-pas ? Et que ça ne t'empêche pas de venir de temps à autre passer une p'tite soirée sur Bruxelles hein =DDD

éric a dit…

Quoique s'il fallait choisir entre une "Queen Bitch" et un "Cracked Actor"... :D

YvAN a dit…

Mais tu faisais quoi en fait ?

;)


lumsine

MarcD a dit…

très chouette texte et bonne décision (enfin j'espère ;p)

Mademoiselle Catherine a dit…

@Gridou: Ouiiii, j'aurais dû te prendre en photo à ce moment-là: un visage de pure consternation :D
Et compte sur moi pour ramener ma fraise à Bruxelles aussi souvent qu'il le faut!

@éric: ...ou celle-ci (en français dans le texte!) :)

@YvAN: A l'avenir, ce que je fais sera en rapport avec le fameux point 6 :D
(private joke)

@MarcD: Excellente décision: comme je le disais à éric plus haut, je me sens soulagée :)

éric a dit…

o_O je ne connaissais pas cette version...

On dirait Catherine Ringer par moment, c'est marrant ! :)

Les tests de Gridou a dit…

Dis donc, t'es bien gentille de dire consternation =) J'aurais dit trouille ou panique totale moi =D

Captcha : Yacul, ça m'fait rire =D

Aurélie a dit…

Je te souhaite plein de bonnes choses pour la suite! ;)

Bourrique a dit…

Idem : Good luck (pour la suite)

Mademoiselle Catherine a dit…

@éric: Que j'aime me sentir utile de temps en temps :)

@Gridou: Oui, c'est vrai! En tous cas, c'était... priceless :D

@Aurélie et Bourrique: Merci :)

papoupapou a dit…

Diantre, je m'absente une journée et qu'apprends-je? Une bonne nouvelle, je crois en réalité. Je ne souhaite pas que ton futur chemin soit pavé de roses, mais plutôt de toutes sortes de plantes exotiques variées, ma belle.

Et moi aussi, je veux voir Kung-Fu Zombie, wouhouuuuuuu. Et il est effectivement "hors de question" que tu ne viennes plus jamais à Bruxelles, voilà, c'est dit.

Mademoiselle Catherine a dit…

J'en parlais depuis tellement longtemps que cette nouvelle me (et vous) pendait au nez.
Et puis, il fait beau, et une après-midi "Jeux" avec un brelan de dame me tend les bras... Que demander de plus? :)

La princesse a dit…

Je croise les doigts pour la suite :) !!

Mademoiselle Catherine a dit…

Merci Princesse :)