mardi 3 mai 2011

En mai, fais ce qu'il te plait

Aujourd'hui, parlons bien, parlons sexe, voulez-vous ?
(et si vous ne voulez pas, c'est le même prix !)

Le sujet a beau rester discret sur ce blog, il n'empêche qu'il me tient à cœur de part son omniprésence souvent scabreuse et qu'il serait grand temps, cher/es fidèles, de remettre l'église au milieu du village : la sexualité est et reste une question de choix personnels !
Et ces choix se font entre adultes consentants.
Se sentir obligé/e de tenter des pratiques qui nous font peu envie pour plaire à l'autre ou, pire, faire "comme tout le monde" (du moins si l'on en croit certains articles de presse – même pas spécialisée) n'est pas, dans l'idée que je m'en fais, avoir le choix.

Là où ça devient intéressant, c'est quand les désirs de l'un/e se confondent avec ceux de l'autre : en plus d'ouvrir le dialogue, cela permet de dédramatiser certaines pratiques qui perdent alors tout aspect déviant ou pervers, étant donné que tous les protagonistes s'accordent sur la question. En outre, lâcher prise corps et âme et s'en remettre à l'autre est à mon sens un moyen sain de repousser les limites, non seulement du corps, mais aussi de la relation, pour peu que cette dernière soit basée, comme il se doit, sur la confiance et le respect mutuels... quitte à faire marche arrière si l'on se rend compte que cela ne nous convient finalement pas.

Voilà pourquoi je déplore la démocratisation sauvage des jouets et accessoires pour adultes qui a eu pour effet pervers de nous les mettre sous le nez en permanence, le bien créant le besoin (réel ou fantasmé), pour le meilleur et pour le pire. Ainsi n'est-il pas rare de voir certains commerciaux peu scrupuleux s'engouffrer dans la brèche et vendre tout et n'importe quoi sans conseils adaptés, vantant à tort et à travers les bienfaits d'accessoires divers et variés, tels que plugs anaux, boules de Geisha et autres matériels de bondage auprès de publics peu informés.
Or, le manque d'information peut avoir des conséquences désastreuses quand certains objets sont mal utilisés, et il est absolument primordial de bien se renseigner en amont, ne serait-ce que sur l'usage correct et l'entretien des dits objets.

Fort heureusement, il existe de réel/les passionné/es dont le travail dépasse de loin le cadre purement commercial et offrent à leur clientèle des conseils éclairés sans fausse pudeur : de l'usage optimal des différents godes et vibros en passant par la mise en place de chapelets anaux et autres cockrings, le personnel de ces boutiques (qu'elles soient physiques ou en ligne) a souvent testé les objets qu'il vend.
Il n'est d'ailleurs pas rare que ces boutiques proposent des démonstrations à domicile ou des ateliers pour qui souhaiterait approfondir le sujet sans prise de risque inutile (est-il besoin de préciser que le bondage, pour ne citer qu'un exemple parmi d'autres, ne s'improvise pas à la va-vite et présuppose de solides connaissances tant techniques qu'anatomiques ?).

Pour les curieux, voici une petite sélection d'adresses tout à fait recommandables où, en plus d'être bien reçus, vous pourrez poser toutes les questions qui vous passent par la tête (et je remercie pour leurs précieux conseils mon amie Ivy Nawakami ainsi que tous les membres de mon entourage qui se sont prêtés au jeu) (mention spéciale aux magasins de bricolage mentionnés par IsaB qui ne sous-estime pas le do-it-yourself !).

Pour se lancer...
Delicatescence Love-Shop
Féronstrée 123, 4000 Liège
L'endroit idéal pour passer le cap tout en douceur dans une ambiance chaleureuse et détendue (aussi par correspondance), démonstrations à domicile sur demande.

Eva Luna
Rue du Bailli 41, 1050 Bruxelles
Chaussée de Bruxelles 241, 1410 Waterloo
"Concept global" lancé par trois sexologues – vente physique et en ligne, démonstrations à domicile, événements ponctuels.

Lady Paname
Rue des Grands Carmes 5, 1000 Bruxelles
Charmant boudoir bien connu des Bruxellois/es.

Lovely Sins
Rue des Dames Blanches 40, 5000 Namur
Vente physique et en ligne d'accessoires coquins et burlesques.

Sh! Women's Erotic Emporium
57 Hoxton Square, N1 6PB London
Unit 4, 253 Portobello Road, W11 1LR London
Lingerie, sextoys et accessoires sélectionnés par des femmes pour les femmes (aussi en ligne), nombreux ateliers et événements.

O-Sens Love Store
Élégante boutique en ligne offrant une grande sélection d'accessoires burlesques.

...et deux adresses approuvées par Maïa Mazaurette
(et se passent donc en toute logique de commentaire)

1969
Rue Saint Martin 69, 75004 Paris
Boulevard de la Corderie 2, 13007 Marseille

Passage du Désir
Rue du Pont Neuf 22, 75001 Paris
Rue Saint Martin 11, 75004 Paris
Rue Saint Croix de la Bretonnerie, 75004 Paris

Pour aller plus loin...
Boutique Minuit
Galerie du Centre 60, 1000 Bruxelles
L'adresse incontournable pour les amateurs de fétichisme et de BDSM.

Boris Boy
Rue du Midi 95, 1000 Bruxelles
Boutique gay en plein cœur de Bruxelles – cuir, latex, toys et accessoires.

Un monde à part
Rue Marché au Charbon 11, 1000 Bruxelles
Vinyle, faux cuirs, burlesque et accessoires.

Honour

Très sérieuse boutique en ligne anglaise – grand choix de vêtements et accessoires fetish.

...et last but not least
Club des Sens
Vaste annuaire de boutiques testées et approuvées (ou non) par leur clientèle.

BDSMinfo
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le BDSM sans oser le demander...

Comité de visionnage : "Sexualité Mode d'emploi".

16 commentaires:

Anna E. a dit…

Ma fille, tu te dévergondes.
(Bah oui j'suis jamais entrée dans un sex-shop, j'avais rien d'autre à dire :D)
N'empêche que je suis d'accord avec toi sur le souci d'information du public et du matraquage d'une certaine presse que je ne citerai pas. Sérieusement, décider que le liberty sera hype cet été OK, mais de là à dire que si on n'a pas testé la sodomie à 40 ans on a raté sa vie ... Come on.

Les tests de Gridou a dit…

Bon, m'en vais voir ce qu'est un plug anal et je reviens =)

Mademoiselle Catherine a dit…

@Anna E.: A 40 ans, toi? Je te trouve bien gentille!
Ce qui me troue le cul (avec ou sans plug), c'est cette surenchère permanente, alors qu'on se fout pas mal de savoir qui fait quoi au cours de sa vie sexuelle! En tous cas, moi, je m'en fous. Parce que je pense avoir assez d'imagination pour ne pas avoir à chercher à faire "comme les autres" ;) (encore que ces "autres" qui sont prêts à témoigner de leurs pratiques sexuelles ne soient bien souvent pas très représentatifs de la population).
S'il y a un domaine dans lequel, à mon sens, il ne peut pas y avoir de normes, c'est bien la sexualité!

@Gridou: Y a qu'à demander, voyons :D

Aurélie a dit…

Le sexe, c'est comme le reste : il faut faire comme tous les moutons pour rentrer dans de jolies cases pré-formatées.. et ben, non!!! Je m'insurge et je te rejoins complètement.

Émilie a dit…

La sexualité c'est notre petit jardin secret, ce qui est sûr c'est qu'il y à aucune case, aucune norme pour faire l'amour.
Une sexualité libre, c'est peut être la seule chose qui nous reste aujourd'hui pour faire ce que l'on veut et profiter de la vie.
Les discours du genre "si à 40 ans on à pas testé la sodomie on a raté savie" ça me fait hurler de rire, si sodomiser sa femme 4 fois par semaine rend heureux certains hommes, très sincèrement je suis contente pour eux mais ce n'est vraiment pas le cas à mon avis.
Certaine pratique révèle en fait une frustration et non un épanouissement.
Toujours est-il, nous avons tous de l'imagination et donc de l'originalité, à nous d'en faire bon usage et de pouvoir faire l'amour A NOTRE FACON.

Les Sex Toys doivent être vu comme un moyen de mettre un peu plus de piquant dans sa vie de couple, de manière ponctuelle ou alors pour découvrir de nouvelles sensations.
Certaines marques comme Lelo ou Ophoria nous proposent aujourd'hui des toys de très grande qualité, alors oui c'est un peu cher, mais c'est non vulgaire, sensation garantie et la qualité est juste incroyable.

Je remercie chaleureusement Mademoiselle Catherine (qui me comprendra j'en suis sûr).

Au plaisir de vous lire

Mademoiselle Catherine a dit…

@Aurélie: ...dans les limites de la légalité, bien sûr ;)

@Émilie: Selon moi, le gros problème, et je l'ai déjà dit, c'est que la sexualité est devenue un produit de consommation comme les autres, et qu'elle est bien trop souvent (trop souvent à mon goût en tous cas) représentée comme telle. Entre la presse - majoritairement féminine - et les séries télé à la "Sex and the City", on nous met sous le nez des trucs à tester "absolument", et il n'est, je trouve, jamais appétissant de se voir forcé à consommer une chose qui nous laisse perplexe ;)
S'il est certes bon d'avoir le choix, je pense qu'il est encore meilleur de pouvoir le faire en son âme et conscience selon ses propres envies et besoins.

éric a dit…

Le plus grand danger c'est en fait la banalisation.
La banalisation est la première étape avant le manque d'intérêt puis le délaissement...

Les "bien-pensants" qui nous gouvernent, politiciens ou religieux, l'ont bien compris : si tu veux dégoûter quelqu'un de Nutella, gave-le de Nutella !

La "démocratisation" de ces ustensiles et des pratiques induites est à considérer sur le long terme comme un acte politique de formatage à double efficacité (pour les "bien-pensants") :

- une population qui a perdu sa libido est une population malléable ;
- une population malléable est une population corvéable !

Le sexe "home made" est finalement un acte de rébellion !

Et pour te paraphraser Melle Catherine :

En deux mots comme en mille :
AU SECOURS !!!

;)

Mademoiselle Catherine a dit…

Ajoutons à cela l'interdiction de montrer la sexualité dans tous ses états (sachant qu'en dehors d'un pot de Nutella, peu de choses sont plus irrésistibles que de braver les interdictions), et je me dis qu'on n'est pas dans la merde!

AU SECOURS, en effet.

Aurélie a dit…

Bien entendu... :)

Émilie a dit…

Sauve qui peut...

Cerise lovestore a dit…

Merci pour toutes ces bonnes adresses!! :) Moi, je dis OUI aux sextoys, pourvu qu'ils soient chics!!

Mademoiselle Catherine a dit…

Tout le plaisir est pour moi, Cerise!

Anonyme a dit…

Et bien moi je dit que ce site est pour la promotion et pub d'objets sexuelles. Je constate qu'à plusieurs réprises on relance ce billet pour que Google le nomme comme nouveau, ici c'est pour que l'on vienne acheter dans les boutiques cité dans le billet que vous lisez.

Mademoiselle Catherine a dit…

Mon blog serait donc un blog publicitaire?!? Ce serait bien la bonne blague du jour, ça! (pour rappel >>> http://mademoisellecatherine.blogspot.com/2010/10/la-solde-du-grand-capital.html)

Libre à vous, cher/e anonyme, d'ignorer cet article s'il vous choque, par contre, il n'y a aucune volonté commerciale. D'ailleurs, j'ai horreur de ça: je partage gracieusement mes coups de cœur, ne suis pas payée pour... et ne le souhaite d'ailleurs pas!
Quant à votre histoire de référencement Google, permettez-moi de vous dire qu'elle ne tient pas la route, car cet article est loin d'être celui qui fut le plus lu au cours du dernier mois (41 visites pour celui-ci contre 5048 pour la page d'accueil: vous conviendrez que c'est peu).
Bien à vous.

Wakajawaka a dit…

Je plussoie ce que je viens de lire dans ce billet.
J'y ajouterai juste une souvenir d'un très bon reportage passé sur Arte/la cinquième.
Des adolescents des deux sexes, mâles et femelles ont reconnu que ce qui les dérangeait le plus dans les films ce n'étaient pas les scènes sexuellement explicites, ni la violence, mais les scènes de démonstrations de tendresse, de baisers.

Mademoiselle Catherine a dit…

@Wakajawaka: Si la question du porno t'intéresse, n'hésite pas à aller voir ce que j'en disais il y a quelques mois :)