mercredi 8 juin 2011

Corps étranger

Le mois dernier, mes petites jambes m'ont emmenées chez une gynécologue pour passer des examens en vue de la pose d'un D.I.U. (dispositif intra-utérin, ou "stérilet") au cuivre. J'avais tapé au hasard (et au plus proche), et ce fut une très bonne pioche : la jeune femme a bien compris mon refus d'une contraception hormonale et s'est montrée aussi professionnelle que rassurante quant à mon choix (si elle m'a fait part des effets secondaires possibles, elle a eu le bon goût de ne pas insister là-dessus).

La raison pour laquelle je tiens à en parler ici, moi qui dévoile peu de mon intimité, c'est le nombre de témoignages terrifiants que j'ai pu trouver sur le net : après m'être offerte quelques frayeurs à la lecture de différents forums sur la question, je suis finalement retournée lire les notes éclairées de Martin Winckler avant de prendre rendez-vous pour effectuer la pose.

Première surprise : le coût.
Je ne m'étais pas spécialement renseignée sur le sujet, car j'étais prête à payer le prix du confort, mais quand la pharmacienne m'a annoncé la modique somme de 25€, je me suis demandée pourquoi Diable je n'y avais pas pensé plus tôt !

Deuxième surprise : la pose.
Moi qui avais lu et entendu toutes sortes de scénarios catastrophe, j'ai eu la chance et le plaisir d'avoir à faire à une gynécologue extrêmement douce. À ma demande, elle m'a expliqué en temps réel tous les gestes qu'elle effectuait, de la pose du spéculum à celle du D.I.U. en passant par la désinfection et l'emploi de l'hystéromètre et de la pince de Pozzi (que Martin Winckler décrit dans cet article comme une horreur terminée par deux crochets pointus).
Peu douillette de nature, je n'étais pourtant pas convaincue qu'un pauvre ibuprofène soit suffisant pour atténuer ce que j'imaginais déjà comme un calvaire : c'était la première fois que mon utérus se faisait prendre par le col, aussi voyais-je d'un très mauvais œil toute tentative d'agression supplémentaire – je ne vous cache donc pas que j'appréhendais la douleur physique, moi qui n'étais jamais allée plus loin que le retrait de mes dents de sagesse sous anesthésie locale (et les quatre d'un coup, excusez du peu !).
Ceci dit, si l'insertion de l'hystéromètre (l'instrument qui sert à mesurer la profondeur de l'utérus) et du D.I.U. fut un mauvais moment à passer, je ne peux pas dire que cela fut particulièrement douloureux : surprenant et très désagréable, sans aucun doute, mais pas douloureux. J'eus certes une chute de tension et des bouffées de chaleur suite à un léger malaise vagal qui se dissipa en quelques minutes, mais je ne peux pas prétendre avoir ressenti de la douleur !

Et moi de me demander, encore et encore
"Pourquoi Diable n'y ai-je pas pensé plus tôt ?".

Fond sonore : Coil, "Penetralia".

Mise à jour (5 août 2011) : "Corps étranger, la suite"

23 commentaires:

Les tests de Gridou a dit…

Je suis ravie pour toi mais je reste persuadée que mon corps ne l'accepterait pas...
La preuve est la pose d'un bridge dentaire faite il y a 6 mois et dont je paie encore aujourd'hui le prix par moultes rages de dent et autres infections =(
T'imagines les nichons en silicone ? =DDD

Laura a dit…

Pas de douleur pendant la pose?
J'ai failli m'évanouir sur le moment, je ne pouvais plus bouger pendant 2 jours et j'ai continué à avoir mal pendant toute la semaine qui a suivi!
J'y ai survécu, bien sûr. Mais j'ai eu mal!
Comme quoi, on est vraiment toute différente, c'est assez incroyable (et ma gynéco est un amour qui a fait tout très bien je crois (bref, je ne la met pas en cause dans ma douleur))

En tout cas, tu es bien chanceuse! Alors, bonne chance avec ton DIU :-)

Mademoiselle Catherine a dit…

@Gridou: Sauf le respect que je te dois, je ne t'imagine pas une seule seconde avec de faux nichons :D
Par contre, je comprends ta réticence à te faire poser un corps étranger, et il arrive effectivement qu'il y ait des rejets.
Mademoiselle Catherine perdra-t-elle son stérilet dans les toilettes? Vous le saurez au prochain épisode... ;)

@Laura: C'est justement pour tempérer les expériences comme la tienne que j'ai choisi d'en parler, car il est relativement rare de trouver des témoignages positifs à 100% concernant le D.I.U.
Ici, je porte le mien depuis une heure et demie, et rien. Nada. Nothing. Pas de crampes, pas de pertes, rien! Je ne sais pas si c'est exceptionnel (déjà qu'on me traite assez souvent d'extraterrestre ^-^), mais je jure sur ma propre tête (et j'y tiens!) que, en dehors du passage du col qui fut extrêmement désagréable, tout s'est passé à merveille! (et Dieu sait si j'avais la trouille!!!)
Pourvu que ça dure :)

éric a dit…

Je n'aurais qu'un mot (en fait trois) :

Nom di DIU !!

:D

Aurélie a dit…

Comme toujours, je débarque mais je ne connaissais pas. Je vais aller de ce pas me renseigner...

Les tests de Gridou a dit…

Non dis, t'inquiète, j'envisage pas du tout la pose de faux nichons =)) Mais malgré tout, je t'avoue que si je devais améliorer quelque chose, ce serait ça =)

Anonyme a dit…

good to know!! I've been thinkin' about it for a while...

Aaricia

Laura a dit…

Haaaa, c'est tout nouveau!!! :-D
Ben, vrmt, je te souhaite que ça dure! C'est clair que ça fait plaisir des témoignages positifs sur le DIU.
Après presque 2 ans du mien, mon avis est que le DIU est une alternative à la pilule. L'avantage commun étant qu'il te permet de ******* sans penser aux bébés. L'inconvénient de la pilule est qu'il s'agit de doses d'hormones et qu'à la longue, on peut en avoir marre. L'inconvénient du DIU est qu'on ne peut plus choisir de ne pas avoir ses règles en vacances ou juste quand on va revoir le boyfriend après un mois d'absence (et dans mon cas, que mes règles sont bien plus douloureuses, longues et me font galoper dans la savane des émotions à la vitesse de la lumière et d'un extrême à l'autre :-o)

En tout cas, tu pourras nous faire le point dans 1 an, pour nous dire comment ça se passe... En tout cas, ça m'interesserait parce qu'il y a peu de filles de mon âge qui en ont déjà et donc, je ne peux pas trop avoir d'avis (et effectivement, sur le net, on trouve de TOUT à ce sujet...)

Mademoiselle Catherine a dit…

@éric: Magnifique, comme toujours :D

@Aurélie: Si, si, je suis certaine que tu connais: on appelait ça un stérilet avant ;)

@Gridou: Dis-toi que ça t'évite toute une série de problèmes de santé, notamment au niveau du dos...
D'ailleurs, mieux vaut avoir des petits seins qui tiennent dans la main que des gros seins qui tiennent sur les genoux :D

@Aaricia: You can do it with my blessing :)

@Laura: Je compte bien dresser un bilan semestriel de ma vie avec ce corps étranger :)
24h après, je ne sens toujours rien (au point que je me demande si ma gynéco ne s'est pas moquée de moi...), si ce n'est quelques toutes petites crampes de rien du tout et quelques pertes (sachant que je suis en fin de règles, ceci explique cela). En tous cas, je suis contente que ça se passe ainsi, car mon expérience de la pilule fait que je ne supporterais plus de prendre un contraceptif hormonal, quel qu'il soit...
Stay tuned :)

Nath l'autre a dit…

un DIU, si je comprends bien, c'ets un truc qui prend la place du Foetus pour rendre ce nid douillet inhospitalier pour un bébé..
Pas grave, M'enfin, la technique du retrait c'est quand même ce qu'il y a de plus naturel...
Et puis retrouver un vrai cycle hormonal, c'est du luxe!
En tous cas, du moment que c'est toi qui racontes ça et pas ta mère...

BizZz

Mr Flash a dit…

Intéressant, j'ajouterai un chapitre à la mise à jour de mon prochain "Je fais tout moi-même..."

Mademoiselle Catherine a dit…

@Nath: Je n'ai pas tout compris à ton commentaire, mais merci pour ton intervention ;)

@Mr Flash: Ah oui, cela s'impose, en effet! Si je puis me permettre, le roman "Prisonniers du paradis" d'Arto Paasilinna donne quelques pistes de fabrication pour stérilets "maison"...

Aurélie a dit…

Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa.....! ;)

Mademoiselle Catherine a dit…

(j'ai fini par le préciser dans l'article afin d'éviter les confusions :))

Pierrre a dit…

Gridou, t'es bien bête ! Sache qu'il y en a qui préfère un milliard (et demi) de fois ta poitrine à celle de Lolo Ferrari ! Et quand je dis un milliard et demi de fois, je ne parle même pas du reste !

Mademoiselle Catherine a dit…

Ceci dit, je ne connais aucun homme dans mon entourage qui fantasme sur les seins de Lolo Ferrari!

Maylala a dit…

J'envisageais (détails personnels inside) la pose d'un DIU hormonal, ayant lu (chez M.Winckler aussi) que c'était une alternative intéressante à la pilule (pas besoin de se rappeler de prendre un petit cachet par jour) et à l'implant (dose d'hormones bien inférieure, et qui ne voyage pas dans tout le corps). (Avec, en prime, parfois, une diminution très significative des douleurs menstruelles, autrement dit, le Graal.)

Sauf que, écumant le web à ce sujet, moi aussi j'ai lu des scenarii catastrophe de partout sur les effets à moyen et long terme.

Et sauf que, alors que ton courage aurait pu être un exemple, il me fait avoir en plus peur de la pose!


Je déteste ces malaises vagaux, je les trouve bien pires que de la douleur (dans une certaine mesure), et évidemment, j'en fais pour un rien, la dernière fois en date, ce week-end pour un piercing, ayant été conclue par la promesse solennelle d'éviter au maximum, à l'avenir, toutes les situations à risque.

(Mais j'ai bien conscience d'être ridicule.)

En tout cas, merci pour ton témoignage!

Mademoiselle Catherine a dit…

Mince... moi qui espérais apporter un témoignage ultra-positif, voilà que je t'ai fait peur! Ce n'était vraiment pas le but de la manœuvre :/

Tout comme un accouchement n'est pas l'autre, une pose de D.I.U. n'est pas l'autre non plus, et les témoignages ne font jamais que revenir sur une expérience personnelle, positive ou négative (bien que l'être humain, j'en ai peur, soit naturellement enclin à ressasser le négatif...). A toi de savoir si tu te sens prête pour ça (personnellement, il m'aura fallu trois ans de réflexion).
De plus, il me semble qu'en France, énormément de médecin déconseillent encore formellement le D.I.U. aux nullipares, même celles réclamant explicitement un mode de contraception non-hormonal, et beaucoup de femmes croient de ce fait ne pas pouvoir en bénéficier. Je compte y revenir dans une prochaine note sur le sujet, car ça m'énervera toujours autant que des demi-Dieux/Déesses en blanc puissent à ce point amputer des gens de leur libre arbitre!

Et en parlant de piercing, je te jure avoir davantage morflé pour feu mon clou dans la langue que pour mon D.I.U. (et pas qu'un peu!!!) :)

Maylala a dit…

Que ça soit pire, un piercing à la langue, je n'en doute pas!


Et j'attends cet article avec impatience.

Un médecin que j'ai vu, moi, s'obstinait à ne pas comprendre un des mots "DIU" ou "hormonal", voulant tour à tour me ficher un implant dans le bras ou me mettre (lui même!!) un stérilet au cuivre.

(Mais je le soupçonne non pas d'être un de ces médecins qui prennent leurs patients de haut, mais plutôt un type un peu sénile...)

Mademoiselle Catherine a dit…

Qu'il soit sénile n'enlève rien à son incompétence en la matière ;)
C'est pourquoi je reste fidèle à ma précieuse généraliste qui a le bon goût de reconnaitre quand elle ne connait pas un sujet - c'est une preuve d'humilité (et donc d'intelligence, selon moi).

Ma gynéco, par contre, m'a épatée par ses connaissances (je n'ai même pas eu à lui expliquer ce qu'est une coupe menstruelle :D).

Maylala a dit…

Moi aussi, je connaissais ^^

(Si la balise n'a pas marché, je m'en excuse platement. C'est un tout premier essai.)


Et ce médecin, j'évite même de passer devant son cabinet désormais. Et dire que je prospectais pour me trouver un médecin traitant! (Rien que pour le papier, mais tout de même, il ne faut pas pousser)

Bon, j'arrête là le hors-sujet, et je garde le reste de son incompétence peut-être pour ton article sur les demi-dieux en blanc!

Sophie Amapola a dit…

J'ai essayé aussi l'année passée, ça a été un moment assez horrible et pour rien, vu que la gynéco n'est pas parvenue à le mettre en place et a dû abandonner... Grosse chute de tension (c'est normal vu ça touche le système parasympathique dixit la gynéco) dont j'ai eu un peu de mal à me remettre. Et là, je ne sais tjs pas vers quoi me tourner :-(

Mademoiselle Catherine a dit…

Pas simple de trouver la contraception (et, à plus forte raison, le médecin) qui nous convient.
Le Vilain et Nepsie en ont justement fait une note à la fois drôle et très bien documentée ici, parce qu'une femme prévenue en vaut deux.

Et, encore et toujours, le webzine de Martin Winckler (lien dans l'article), est une mine d'or pour ces questions-là.