mardi 23 août 2011

Le féminisme sans couilles

Suite à une volée de bois blanc que s'est pris un collègue du collectif Suffragettes Not Dead sur un célèbre réseau social, je me suis targuée hier d'une petite lettre ouverte pour rappeler notre propre implication, invitant ainsi les personnes qui ne comprennent pas notre démarche (ou refusent de la comprendre ?) à réagir.
Le résultat : aucune réaction sur le blog, mais des commentaires de type "C'est pas trop festif, chez vous" et "J'irai plus sur vos blogs" sur la page facebook du groupe féministe (groupe auquel je n'adhère pas parce que mon amour propre me l'interdit) sur lequel le dit collègue s'était donc fait malmener.

En toute ironie, j'appelle ça "avoir des couilles" : honnêtement, quel est l'intérêt de ne donner son avis que lorsqu'on a toutes les chances se faire caresser dans le sens du poil alors qu'on évite joyeusement toute discussion en dehors du cadre militant, même – voire surtout – si l'on y est invité poliment ? Ça me laisse perplexe...
Car le but du collectif est justement de permettre à tout un chacun de se sentir concerné par la question, ce qui, me semble-t-il, n'est absolument pas le cas des nombreux mouvements qui, sous prétexte "d'égalité des sexes", ne font que renforcer les barrières entre hommes et femmes : sous couvert de militantisme, certaines femmes font elles-même preuve de sexisme primaire à l'égard des hommes. Et ça, je ne peux l'accepter, car adopter des comportements que l'on condamne soi-disant "pour la bonne cause" (mais quelle cause, au juste ?) ne fait que renforcer les préjugés que de nombreux individus – hommes et femmes confondus – s'efforcent de combattre depuis bien des années.


Selon moi, aucune idéologie radicale ne servira jamais une cause, aussi noble fût-elle. Au contraire, elle ne peut que marquer davantage les différences à force de manichéisme bon marché, et il serait grand temps que certaines personnes s'en rendent compte.
Je ne dis pas que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais un minimum de clairvoyance serait la bienvenue, et bien des militant/es feraient mieux d'ôter leurs œillères plutôt que de dépenser une énergie considérable dans des combats que je juge obsolètes.


À moins que leur militantisme ne leur serve de garde-fou pour éviter de faire face à une réalité difficile à assumer en société (j'en reviens aux discours ouvertement sexistes que j'ai lus et entendus de-ci de-là, faisant de l'homme avec un petit "h" l'ennemi à abattre).

Personnellement, l'égalité des chances continue de me tenir bien plus à cœur que l'égalité des sexes, car j'observe beaucoup moins de différences entre moi et mes amis de sexe masculin qu'entre moi et ces femmes qui, j'en ai bien peur, ne doivent pas s'amuser tous les jours...

Fond sonore : Michel Sardou, "Être une femme 2010" 
(ouais, bon, c'est de l'humour ! Si on ne peut même plus rigoler...).

26 commentaires:

éric a dit…

Maïa ce matin, toi maintenant... :)

Ça fait du bien cet assaut d'intelligence.

Vive les couilles, vive les filles ! :D

Maximilien Aue a dit…

Sous le couvert d'idéologie m(â)l(e) ingurgitée, nombre de militant(e)s de tous bords s'égarent dans le manichéisme à voie sans issue. Pourquoi s'échiner à résumer l'existence sur le mode de la dualité H / F et par là même ériger des barrières que l'on prétend vouloir abattre?
La femme n'est pas l'égale de l'homme, car avant toute chose, elle est femme.
Niveler la condition masculine et vouloir le dessus, c'est une belle preuve de "Machozisme".
Parole d'homme.
La bêtise est l'apanage du genre humain, non de son sexe...

Maximilien Aue.

éric a dit…

Maximilien : «La femme n'est pas l'égale de l'homme, car avant toute chose, elle est femme.»

Houlà...

Et si "avant toute chose", elle n'était et ne restait qu'un être humain parmi d'autres êtres humains ?

Mademoiselle Catherine a dit…

En ce qui me concerne, je suis plutôt d'accord avec Max, même si avant tout, comme tu le soulignes, éric, nous sommes bien des êtres humains.
Je trouve néanmoins intéressant de cultiver nos différences pour mieux les partager - et c'est vrai à tous les niveaux de la vie, et pas uniquement dans les relations homme/femme.

D'ailleurs, Mr Flash le disait pas plus tard qu'hier sur ma page facebook: "L'équilibre, pour moi, (...) c'est vivre avec ces différences, les accepter et faire avancer la société. En toute théorie, bien sûr!"

Je crois que tant que certain/es n'auront pas compris ça, tout dialogue restera impossible...

Maximilien Aue a dit…

Pourquoi être égaux quand on peut être complémentaires?

Max.

éric a dit…

J'avais préparé une longue (trop longue ?) réponse mais la validation me l'a mangé !
Comme c'était du "one shot" je n'ai pas de brouillon... grrr...

Du coup je vais peut-être ré-ouvrir mon blog avec en prenant le temps cette fois de sauvegarder et de préciser ma pensée. :)

Maximilien, j'argumentais justement dans cette réponse sur la notion de complémentarité mais pas seulement homme-femme.

à suivre, donc...

Maximilien Aue a dit…

C'est bien dans ce sens que j'avais interprété ton intervention, Eric :-)

Mademoiselle Catherine a dit…

Dites, les gars, vous m'accompagnez à mon prochain débat féministe? :)

éric a dit…

S'il y a de la bière et des meufs, ce sera avec plaisir ! ;)

Mademoiselle Catherine a dit…

Il y aura tout ça aux Suffragettes Not Dead #2 :) Et du rock bien lourd aussi!

Ceci étant dit, le "débat" (hum-hum) continue de faire rage sur la fameuse page facebook, avec des interventions aussi judicieuses que "commenter sur un blog auquel on n'adhère pas, ça n'a pas trop de sens" et "je ne comprends pas la raison pour laquelle il nous faudrait changer d'endroit pour nous exprimer" (en fait, c'est une seule et même personne qui semble se parler à elle-même, ou presque, et à vrai dire, elle fait un peu pitié, je trouve...). J'interviendrais bien, mais
1) je sais pertinemment que c'est foutu d'avance
2) ça m'infligerait une terrible blessure d'amour propre si je devais ne serait-ce que songer à demander à rejoindre ce groupe...

Jayce des vallées a dit…

Arf... comme j'ai l'habitude de le dire, l'adversaire le plus coriace du fenimisme c'est la femme elle-même... enfin je dis ça je dis rien...

Mademoiselle Catherine a dit…

Certaines femmes seulement, Jayce - fort heureusement! ;)

Wakajawaka a dit…

Perso, "tu me brise les ovaires" je trouve que ça en jette plus que tu me casse les gonades"... alors les Croquettes : en avoir ou pas ?

Je crains que le couilloportage ne reste longtemps dans le langage faute d'expression plus efficace à consacrer par l'usage.
"Porter haut le conin" me plait assez, mais ça fait vieux jeu.

Quand à ne pas en avoir... c'est encore plus dur de dire d'une féministe qu'elle manque d'ovules ou que son discours est pauvre en œstrogènes.

Les couilles ont donc de beaux jours devant elles.

Sinon, que voulais-je dire déjà ?
Ah oui : je suis totalement de ton avis ;)

Humains de tous les sexes : unissez vous !

Fabien a dit…

tu peux dire de quelle page FB il s'agit..? (ou si tu veux pas le dire tout haut me l'envoyer par mp ou mail stp ?) parceque ca a l'air interessant mais je ne peux pas du tout me faire d'idée...

Mademoiselle Catherine a dit…

@Wakajawaka: "Croquettes", j'aime encore bien... Et puis, c'est vaguement unisexe ;)
Ceci dit, à lire vos réactions, j'en viens à me demander où sont les femmes!

@Fabien: C'est sur la page de Osez le Féminisme Belgique (groupe ouvert) (ça m'ennuie un peu de leur faire de la "pub" ici, mais comme je ne vois pas du tout qui tu es, un mp ou mail eut été compliqué à envoyer ;)).

Fabien a dit…

Ha pardon comme mon commentaire était fait avec mon compte google connecté et que j'ai coché la case "mail" je pensais que tu y avais accès... merci pour l'adresse, je vais lire ca (en fait je cherches sur la page FB de "Osez le Féminisme Belgique" mais j'ai pas trouvé de débat houleux ^^).. A+

Raph* a dit…

Hello Mlle Catherine,

Cette personne qui se parle à elle seule sans vouloir aller sur ton blog ou cautionner Sufragettes Not Dead et commente, l'air de ne pas y toucher mais avec un mépris très con et réac' à souhait, "ses petites soeurs" qui n'osent pas revendiquer l'égalité avec leurs petits compagnons masculains" ne mérite pas qu'on s'intéresse à elle: elle occupe l'espace de façon pathétique et nerveuse parce qu'elle s'ennuie dans la vie.

Merci pour ce féminisme qui ressemble tellement à ce que je vis depuis des années en m'étiquetant féministe moi-même.

Mare de devoir lutter entre féministes "radicaux" (ha, non, ça n'existe pas, ça, c'est "radicalEs" sinon rien), égalitaristes, équitablististes, gnagnagna... féministe du quotidien, dans son couple, avec ses enfants, ses amis, au boulot, quand je débats pour le vivre ensemble le plus juste et le plus valorisant -donc jouissif- pour les deux parties !

PS/ je suis très heureux sur ton blog, il y a comme un vent de rassurante humanité complice, un truc dans lequel croire... merci!

Mademoiselle Catherine a dit…

@Fabien: Le "débat" concerne la publication, le 19 août dernier, d'un lien vers les ateliers proposés par "Suffragettes Not Dead". Mon collègue qui ne pensait pas à mal en postant l'info s'est fait huer en raison d'une citation du jour dont le second degré est semble-t-il passé inaperçu...
Tant pis pour elles, j'ai envie de dire ;)

@Raph*: Je me demande régulièrement ce qui peut pousser les gens à militer de façon aussi offensive - un militantisme qui, me semble-t-il, va souvent de paire avec une certaine victimisation. Or, comme je l'ai déjà dit, c'est à partir du moment où une personne se pose en victime potentielle qu'elle devient une proie facile.
Et j'ai l'impression qu'avec leurs comportements (excluant non seulement les hommes, mais aussi les femmes!), elles ne tendent le bâton pour se faire battre ;)

Pour ma part, je n'ai aucun "combat" à mener (d'ailleurs, j'ai horreur de ce mot), car je ne souhaite me "battre" contre personne. En revanche, j'ai le désir d'avancer, d'évoluer dans une société plus équitable, ça oui!
Et je trouve extrêmement rassurant de rencontrer des personnes (bien plus nombreuses que les radicaux/ales de tout poil, bien que moins visibles) qui s'efforcent au quotidien d'améliorer la vie :)

Lucas d.L. a dit…

Bravo pour ce post. (je suis arrivé ici apres un clic chez Maïa)

Je crois cependant qu'on ne peut pas attendre d'un militantisme, quel qu'il soit (ici le féminisme) de ne pas avoir les mauvais côtés du militantisme, à savoir les prosélytisme, l'integrisme et le revanchardime (ou la revanchardisation, c'est comme on veut).
Pour m'être frotté un peu au syndicalisme (dans une branche qui se croit particulière, comme toutes les branches) j'ai pu voir des modérés et des visionnaires se faire rabrouer par des "vieux de la vieille" qui tiennent les rennes du "parti". C'est ce qui explique souvent la multiplication des groupuscules.
Après, pour avoir approché le féminisme (imaginez, ma mère a fondé en 1975 un groupe "Femmes !") et avoir été élevé dans certains principes d'égalité des sexes, je suis souvent attristé par certains messages soit-disant féministes qui sont ridicules et desservent tout le discours sur l'égalité.

Je suis par ailleurs tout à fait d'accord avec la vision que l'égalité des chances est plus à rechercher que l'égalité des sexes, car cette dernière, par essence, n'existe pas.

Au plaisir de vous lire, clic droit favoris.

IsaB a dit…

Bon. Un témoignage de fille.

L'"égalité des sexes"? Ca m'évoque quoi? Ben par exemple, je me demande si la différence de mâlitude entre X-Or et Yor a un rapport avec leur nom.

Sinon,

ce que je peux dire, c'est que j'ai porté les cheveux rasés autant que la crinière de boucles rousses. Ma garde-robe, dans laquelle mes fringues ne sont pas (vu qu'elles sont jetées ça et là dans mon appart) contient autant de frocs que de minijupes. Je pratique le kung fu et la danse. J'ai plus d'abdos que mon mec, et pas de poils sur les jambes. Je jure comme un charretier et pleure comme une madeleine.

Je continue?

Mademoiselle Catherine a dit…

@Lucas: Les extrémistes desservent toujours leur cause, quelle qu'elle soit, car ils mettent d'office à l'écart toute personne se sentant peu ou pas concernée.
Or, ce sont justement ces publics-là qu'il convient de toucher, d'où la nécessité de sortir du cadre pour ouvrir un dialogue.
Selon moi, le prosélytisme ne sert qu'à barricader davantage des portes déjà closes, car il me semble que l'être humain brille bien souvent par son esprit de contradiction... et moi la première ;)

@IsaB: Tu as oublié de mentionner le poutrage de zombies :D

Mademoiselle Catherine a dit…

(ça manque tout de même de présence féminine dans les commentaires, je trouve...)

La Princesse a dit…

Moi j'allais juste te dire "féminisme sans couilles" il y a des chances, mais avec ovaires, certainement :D

(je sors...)

C'était le commentaire inutile du jour, gracieusement offert par ma petite personne.

Mademoiselle Catherine a dit…

Des os verts ? Quelle drôle d'idée !

(je te rejoins dehors, hein...)

Fabien a dit…

Merci de m'avoir aidé a trouver le débat Mademoiselle Catherine.. je suis pas doué :)

Je vais faire un commentaire directement sur le site des Suffragettes ce sera plus adapté peut-être...

Aurélie a dit…

A l'heure où beaucoup de choses partent à vau-l'eau et qu'il serait de bon temps de débattre, il devient difficile de dire quelque chose sans passer au banc des accusés...