vendredi 28 octobre 2011

À la bonne heure !

Vous les connaissez sûrement, ces retardataires notoires dont on se demande parfois s'ils ne le font pas exprès. Moi qui suis ponctuelle comme un coucou suisse (après avoir bataillé ferme pour ne plus être systématiquement en avance), ça me fait enrager !
Si j'accepte volontiers le quart d'heure académique auquel je n'échappe pas non plus, les retards de trente, quarante, soixante minutes me râpent les nerfs à vif parce que j'estime qu'il n'est pas difficile d'être à l'heure : ça demande juste un peu d'organisation.
Et les messages "préventifs" par téléphone portable interposé n'y changent strictement rien : pendant ce temps, c'est quand même moi la pigeonne qui poireaute gentiment.

Par un fait étrange, c'est généralement l'entourage proche (et donc, celui-là même qui est supposé mériter le plus de respect) qui en fait les frais, car les retardataires sont volontiers à l'heure quand il s'agit, au choix, de prendre un train ou de se présenter à un rendez-vous professionnel.
J'invite donc les couillon/nes comme moi à prendre exemple sur le train : ne plus attendre (ou être soi-même trèèès en retard) !
Dans le meilleur des cas, on aura droit à des excuses, dans le pire, on se prendra une volée de bois blanc, auquel cas il sera tout à fait légitime, selon moi, de revoir en profondeur la nature de la relation parce que, non !, les liens amicaux ou familiaux n'excusent pas tout (et je parle bien des retards systématiques).

De la même manière, j'ai pu observer, non sans un certain mépris, ces gens qui débarquent consciencieusement aux concerts à trente minutes de la fin et, sous prétexte que c'est bientôt terminé – et que, en outre, le groupe est aussi confidentiel que la salle – tentent de négocier un tarif pourtant démocratique (quand ils ne cherchent pas purement et simplement à rentrer à l'œil). Non seulement, je trouve ça d'une grossiéreté hors du commun, mais cela témoigne également d'un manque de respect flagrant pour le groupe qui est payé aux entrées. En cette saison de concerts qui bat son plein, cette caste bien particulière de spectateurs a le don de m'énerver au plus haut point.
Imaginez la même scène au cinéma : vous débarquez la bouche en cœur trente minutes après le début de la séance et insistez avec aplomb pour qu'on vous fasse un prix parce que vous n'êtes pas foutu d'arriver à l'heure. Non, vraiment, ça me dépasse !

Ça me dépasse d'autant plus que le Liégeois est connu pour ses horaires fantaisistes, et rares sont les concerts qui débutent avant 21h même si l'ouverture des portes est prévue à 19h30. Comme il n'est pas agréable de jouer devant une salle vide, les organisateurs attendent généralement que ça se remplisse un peu avant de commencer.

Et finalement, les punis sont toujours ceux qui arrivent à l'heure...

Fond sonore : Tuxedomoon, "Time to lose".

P.S. À ce sujet, n'oubliez pas de reculer vos horloges dans la nuit de samedi à dimanche !

12 commentaires:

éric a dit…

Ha, les retardataires systématiques...

Et quand ils arrivent, c'est téléphone en main, ce qui aggrave de fait le retard...

Qu'on les pende sans retard ! :D

Les tests de Gridou a dit…

J'avoue toute rouge que je suis très souvent en retard. Le temps pour moi est ingérable, je pars parfois à l'heure où je suis attendue. Je fais énormément d'effort mais c'est au prix d'un stress difficile à comprendre pour quelqu'un de ponctuel... Je suis tout aussi en retard professionnellement et j'ai déjà loupé avions et trains, par ma totale faute...
J'ai la chance d'avoir des amis très conciliants pour cela, qui connaissant mon défaut et savent que j'y travaille... Et j'ai parfaitement conscience de leur gentillesse à mon égard à ce sujet, ça pourrait paraître pour de l'irrespect, c'est juste pour ma part une gestion chaotique des deux aiguilles, tant la grande que la petite ;-)

Aurélie a dit…

Je suis une mauvais élève et mon homme encore plus. Mais jamais 1h, je te rassure!

Mademoiselle Catherine a dit…

@éric: ...avec le fil de leur chargeur de batterie ;)

@Gridou: Serait-ce pour ça que tu donnes volontiers rendez-vous chez toi?
Pourtant, je t'ai toujours vue arriver à l'heure!
En outre, tu ne sembles pas chercher à te justifier (parce que ce sont principalement celles et ceux pour lesquel/les tous les moyens sont bons pour se trouver des excuses à la con qui me sortent franchement par les trous de nez!).

@Aurélie: Vous écrirez 100 fois, "Plus jamais au delà du quart d'heure académique" ;)
(à la main, hein, parce que copier/coller, c'est de la triche)

Raph* a dit…

De bout en bout de ton article je me retrouve: ils me foutent en boule les retardataires systématiques! Ceci dit, je n'ai toujours pas trouvé la bonne façon de les punir sans me punir moi-même en plus d'avoir été leur pigeon...

Mademoiselle Catherine a dit…

C'est pourtant simple, Raph*: tu n'attends plus au delà du quart d'heure académique.
Et tant pis si l'autre le prend mal :p

Fredzy a dit…

Esperar, ça veut dire en espagnol attendre et espérer. Attendre c'est quitter le présent, c'est vouloir s'accrocher à un truc sur lequel on a pas prise. Donc la question est de savoir comment ne pas attendre quand un évènement programmé ne se passe pas. Se faire plaisir par exemple, manger une mangue ou une poire juteuse, ou être créatif, écrire une lettre d'injures au retardataire (à lui montrer ou non selon le cas...), se faire un massage des chakras, s'endormir, jouer du didjéridou, compter les jeunes qui passent dans la rue et ne portent pas des couleurs sombres...

Mademoiselle Catherine a dit…

Si, dans le fond, il est certes toujours plus judicieux d'utiliser son temps de façon intelligente, ce n'est pas toujours possible.
Et d'ailleurs, là n'est pas la question: les (longs) retards systématiques m'apparaissent comme un acte tellement grossier qu'il m'est difficile dans ces cas-là de rester décontractée et que je préfère encore rentrer chez moi.
Dans ce cas, l'attente est une perte de temps, tout simplement, et j'ai franchement horreur de ça.

(et d'abord, j'ai toujours préféré l'exactitude des langues germaniques à l'onirisme des langues latines :p)

Anna E. a dit…

Je déteste être en retard. Et je déteste les gens en retard*. (Ce qui fait de moi un être parfait à tes yeux, c'est bien ça ?)



* C'est pour ça que la SNCF et moi ... voilà, quoi.

La princesse a dit…

Dans mes bras. Je deteste être en retard. Je deteste les gens en retard. Si moi je fais l'effort d'arriver à l'heure à un rendez vous pourquoi devrais je être la seule ?

ça me donne l'impression que mon temps est moins précieux que celui que la personne que j'attends, et que c'est tres cavalier. Et je passe pour le dragon psychorigide 2 fois sur 3 quand je fais la remarque que merde, j’étais à l'heure, moi.

Et je ne parle pas des impondérables, parfois on est en retard, et pas le choix. ( et quand ça m'arrive, ça me rend dingue de stress)

Alors, avec certaines personnes, je me force à arriver en retard.

Mademoiselle Catherine a dit…

Anna E. et La princesse, vous avez chacune mérité une gommette rose à paillettes :)

Les tests de Gridou a dit…

C'est marrant que tu soulignes que j'inviterais du coup plus les gens chez moi parce que figure-toi que je ne retiens jamais correctement l'heure que j'ai proposée =) Il est arrivé de rentrer chez moi et de trouver des potes devant ma porte. J'avais pas dit 20h ? Non, t'avais dit 19h =D

Ce n'est pas que l'on ne considère pas le temps précieux des autres, c'est que l'on considère mal le sien et que du coup, ce sont les autres qui en pâtissent... Du moins dans mon cas =)