mardi 18 décembre 2012

Pour vivre heureux, vivons cachés

Vous aurez remarqué que mon blog est devenu privé. D'ailleurs, si vous avez accès à cette note, c'est que je vous ai ajoutés à la liste des lecteurs, et j'estime vous devoir une explication.

Quand j'ai publié ma petite bafouille d'adieu à mon grand-père il y a quelques jours, je ne m'attendais absolument pas à la vague de paranoïa qui allait s'abattre sur moi : et si ma mère avait accès à mon blog ? Mon modeste hommage ayant été relayé par des membres de la famille, les chances qu'elle le voie étaient relativement élevées.
Et moi d'être prise de panique (le mot n'est en rien exagéré).

Sans vouloir entrer dans les détails de notre relation mère-fille, vous devez vous douter qu'elle est un tant soit peu tendue. Or, depuis que je tiens ce blog, celui-ci est devenu au fil des ans un endroit où je peux me sentir en parfaite sécurité pour développer mes réflexions sur des sujets qui me tiennent à cœur – des sujets, si non intimes, parfois néanmoins éminemment privés. Si le partage avec de parfait/es inconnu/es ne m'a jamais posé problème, je ressens pourtant un immense malaise à l'idée que ma génitrice puisse avoir accès à mes introspections, quand bien même ce malaise soit impossible à expliquer.

D'une certaine manière, ce blog est une chose qui m'appartient : je le construis, nourris depuis des années et ai toujours veillé, par pudeur, à tenir les questions me semblant trop intimes à l'écart. Comme je l'ai déjà dis, bien que je n'aie rien à cacher, je n'ai rien à montrer non plus, et c'est là, j'en ai bien peur, que je diffère radicalement de ma mère. Avec le temps, j'ai appris à me faire discrète dans un monde où il est pourtant de bon ton d'être exubérant et ai fini par accepter cette petite place à l'ombre qui est la mienne et m'a beaucoup fait souffrir par le passé, m'ayant bien souvent poussée à vouloir être plus visible, plus bruyante ou plus expansive que les autres.
Il m'a bien fallu me rendre à l'évidence que cela ne me ressemblait pas.

Tout comme je chéris désormais la solitude non pas subie, mais choisie (d'ailleurs, les anglo-saxons font cette subtile différence entre being lonely et being alone : se sentir seul/e et être seul/e), je tiens de plus en plus à ma petite place dans les coulisses, loin du bruit, des projecteurs et des coups d'éclat en tous genres.

Alors, s'il-vous-plaît, ne dites pas à ma mère que j'ai un blog : cela risquerait de bousculer l'équilibre encore fragile que je m'efforce de consolider à chaque jour qui passe...

Fond sonore : Siouxsie and The Banshees, "Mother".

Mise à jour (5 janvier 2013) : vous aurez remarqué que mon blog est à nouveau public.

8 commentaires:

lalydo a dit…

Ce matin ton invitation ne fonctionnait pas mais là si... :) Ouf, car cela m'aurait manqué de ne plus te lire. D’ailleurs merci de m'avoir gardé dans ton cercle privé, cela me touche.
Sache que je comprends et respecte tout à fait ton point de vue, ce blog est ton espace tu le gères comme tu le souhaites.
Des bises, à très vite et bonne continuation à ce blog :)

Mademoiselle Catherine a dit…

Merci pour tes encouragements!
Comme je te l'ai dit sur la page facebook, c'est une mesure provisoire, en attendant que la paranoïa retombe un peu :)
Des bises à toi!

éric a dit…

Ravi de faire partie des élu(e)s. :)

Si, par hasard, je rencontre le cousin du frère de l'homme à la voiture bleue qui est le fils de la voisine de l'officier d'état-civil qui a tamponné ton acte de naissance, promis, je ne lui dirai rien : pas de risque que ça remonte ainsi jusqu'à ta mère ! ;)

Mademoiselle Catherine a dit…

Bah, j'ai pensé aux fidèles avant tout :)

Hauglustaine Catherine a dit…

je suis désolée d'avoir été un peu instigatrice de ton mal être... tes mots sont toujours doux pour nous et ta petite bafouille sur mon père était telle qu'il était... je te bisouille tout doux mon elfe !!!

Mademoiselle Catherine a dit…

Ben non: l'instigatrice, à la base, c'est la Mater ;)
Des bisettes en cascade***

Les tests de Gridou a dit…

Ouais, ben avec tout ça, j'ai loupé tes mises à jour depuis !
Heureusement que j'ai cliqué sur ton blog hein, j'ai failli m'inquiéter...

Mademoiselle Catherine a dit…

...les choses sont revenues à la normale...