dimanche 24 février 2013

Big Brother

Ayant dû appeler le service clientèle de mon opérateur télécoms pour une broutille, je n'ai pas pu m'empêcher de signaler au jeune homme au demeurant très serviable que je le trouvais un peu sec dans ses réponses :

- Je comprends que vous faites un boulot pas facile et pas toujours agréable, mais là, je vous trouve un peu abrupt avec moi...
- Pas du tout, Madame : mon travail est très agréable et je l'aime beaucoup !
- Oh, vous n'allez pas me faire croire ça, petit canailloux !

C'est là que j'ai compris que tous leurs appels sont sur écoute.
Monde de merde !

Conseil de lecture : George Orwell, "1984".

12 commentaires:

Anna E. a dit…

Non mais attends, si ça se trouve il adore répondre au téléphone, et c'est un fétichiste du combiné !






Bon, d'accord.

Mademoiselle Catherine a dit…

Vu le ton employé, j'imagine plutôt un gars qui en a ras la patate de ce boulot de merde et de devoir répondre à des clampins comme moi un dimanche après-midi.

Et je le comprends !

une autre cath a dit…

tu l'as vraiment traité de canaillou?

Mademoiselle Catherine a dit…

Non, mais je l'ai pensé très fort et avais un immense sourire dans la voix tellement sa réponse me paraissait surréaliste :)

Véro a dit…

En matière de boulot derrière un téléphone la palme revient à ceux qui font de la prospection.... Tu sais, ceux qui t'appellent à 20:00 pour te vendre des fenêtres, des bons plans fiscaux ou des plats surgelés !

Anonyme a dit…

Là où il faut te méfier, c'est quand on te propose par téléphone une vente ou un changement de contrat et que tu hésites ... parce que ça peut etre pris pour une confirmation vu que tu n'a pas dit expressément NON et que c'est enregistré, donc ils enclenchent l'offre et c'est toute une sinécure pour les arretter.
C'est le genre de pratique que certaines entreprises exercent sur les petits vieux pour leurs mettre la pression et certains n'ont pas la force de dire non
Niko (tout ça ne veux pas dire que je te prenne pour une petite vielle bien sur ... ;-))

Mademoiselle Catherine a dit…

@Véro: Bien qu'il n'y ait pas de sot métier, j'appelle ça un bon gros boulot de m*rde!
Sincèrement, je les plains!

@Niko: Justement, mon opérateur confirme tout par mail, car la législation exige au moins une signature électronique pour tout changement de contrat. C'est pour ça que j'ai dû l'appeler: le mail de confirmation m'est arrivé pendant mes "classes vertes" (sans connexion, faut-il le préciser?) et était périmé à mon retour.
Voilà, voilà.

lalydo a dit…

Et oui ma pauv'e dame, les murs ont des oreilles! :-)

Mademoiselle Catherine a dit…

Ce sont surtout les pauv'es zemployés qui sont à plaindre :/

YvAN a dit…

Ce qui est énorme c'est que l'important dans le message n'était pas que le gars aime ou pas son boulot (en gros, ça on s'en fout) mais bien qu'il soit abrupt avec not' Katinka nationale... en gros j'adore mon boulot alors je peux te parler sèchement?

Naaaaaaan, raté.
L'important môsieur, c'est l'accueil !

A sa décharge (et pour avoir été à sa place dans une autre vie), on leur téléphone très (très) rarement pour dire bonjour et leur dire à quel point on est content du service…

Véro a dit…

Dans la grosse boîte où je travaillais une partie de mon boulot consistait à prospecter. Ce n'était encore pas trop "méchant" dans la mesure où j'appelais des sociétés qui normalement utilisaient le même type de service que ceux que nous propositions, il y avait donc un minimum d'écoute. Le pire c'est pour ceux qui appellent à tort et à travers des particuliers qui ne demandent rien et qui endurent des situations désagréables comme de se faire raccrocher au nez ou pire se faire insulter. En plus c'est très mal payé.

Maintenant que je suis de l'autre côté du téléphone, c'est-à-dire que je suis harcelée d'appels me proposant différents types de services et produits... eh bien j'essaye d'être patiente... mais c'est franchement, franchement chi*** !

Bref, comme tu dis, c'est un vrai boulot de m***** D'ailleurs, j'avais reçu une formation de téléphonie et on nous conseillait de sourire au téléphone ; paraît-il que même si ça ne se voit pas ça s'entend !!!

Mademoiselle Catherine a dit…

@YvAN: Je ne peux pas dire qu'il était foncièrement désagréable, en revanche, son empressement à vouloir terminer cet appel (d'où le ton qui m'a paru sec) était bien révélateur de l'épée de Damoclès qui plane au dessus de sa tête et de celle de ses collègues: "Tu fais du chiffre ou tu dégages".
Et comme tu le soulignes si pertinemment, le sens de l'accueil a tendance à fondre comme neige au soleil à force d'être en contact avec des rouspéteurs et des pleurnichards.

@Véro: En effet, le sourire s'entend dans la voix, et je doute que cette bonne humeur artificielle et imposée soit vraiment très saine sur le long terme.
Finalement, on en vient petit à petit aux dérives telles que les imagine l'excellente série anglaise "Black Mirror" C'est bien pourquoi le fait de s'accorder le droit de choisir plutôt que de subir son travail me semble tellement essentiel à l'heure actuelle: cela préserve notre part d'humanité, je pense.