mardi 12 février 2013

Il m'arrive...

...de prendre de bonnes habitudes puisque, après avoir adopté la coupe menstruelle pour mon propre confort, l'idée du confort de la planète a fait son chemin, tant et si bien que j'ai peu à peu remplacé bon nombre de produits cosmétiques et ménagers par leurs équivalents moins polluants sans pour autant virer hippie et partir élever des chèvres en Corrèze (certains clichés ont la peau dure).
Ainsi, plutôt que d'enrichir l'industrie, aussi vertueuse soit-elle en apparence (parce que l'aspect eco-friendly d'un produit est désormais un argument de vente à part entière), je me suis penchée sur les nombreuses alternatives qui s'offraient à moi.

Petit tour d'horizon avec tout plein de liens utiles :

Les soins hydratants
J'en avais marre de jongler avec plusieurs tubes et flacons, alors j'ai fait table rase quand ma marraine-la-fée qui en connaît un rayon m'a offert de l'huile de chanvre et de jojoba, ainsi qu'un ouvrage très complet au sujet des huiles végétales. Celles que j'utilise sont non comédogènes, et ma peau mixte à tendance sèche et très, très sensible leur dit merci !
Selon mes besoins ponctuels (rougeurs, fatigue, petits boutons...), j'y ajoute quelques gouttes d'huiles essentielles.
Les deux flacons me servent aussi bien pour le corps que pour le visage (et à préparer la vinaigrette pour ce qui est de l'huile de chanvre), tout comme le gel d'aloe vera dont les vertus calmantes et cicatrisantes ne sont plus à démontrer.

Le démaquillage
Mes huiles hydratantes me servent aussi pour le démaquillage, et cela fonctionne à merveille, même sur le mascara waterproof. Je passe ensuite un coton imbibé d'eau florale pour retirer les résidus en douceur.
Comme cela m'ennuyait de consommer chaque année des paquets entiers de disques démaquillants, j'ai investi dans d'adorables cotons faits main (et sur mesure, excusez du peu !) par la Liégeoise Alida Cilli, car je n'ai aucun talent pour la couture et qu'en plus, cela m'a permis de faire une jolie rencontre.
Les Françaises trouveront des lingettes réutilisables chez Doujañ, une coopérative bretonne qui gagne à être connue.

L'intimité
Je suis abonnée au protège-slip depuis la pose de mon D.I.U. (je vous passe les détails), et comme pour les cotons démaquillants, j'ai finalement opté pour des produits réutilisables. Encore relativement difficiles à trouver dans le commerce, j'ai fini par dégoter des protèges-slip lavables en Belgique chez Lunaviolette. Vous en trouverez également chez Doujañ (je vous ai dit que cette petite entreprise gagne à être connue ?).
Je précise pour les sceptiques que, tout comme les serviettes hygiéniques du même acabit, ils se lavent très bien à la main ou en machine et sèchent rapidement.
Et pour le reste, il y a un moment que je suis une fervente adepte de la cup.

Le ménage
On ne dira jamais assez de bien du duo vinaigre blanc/bicarbonate de soude : détartrant, dégraissant, désinfectant, désodorisant, assouplissant, je ne connais pas de binôme plus polyvalent pour le ménage.
Pour un nettoyant multi-usage, on mélange une cuiller à soupe de bicarbonate, une cuiller à soupe de vinaigre (c'est rigolo : ça mousse !) et deux verres d'eau dans un vaporisateur. Asperger, laisser agir, passer un coup d'éponge humide, et le tour est joué.
Pour les sols, on verse un demi verre de bicarbonate et deux verres de vinaigre dans un seau d'eau chaude, on met un peu de musique pour se donner du courage, et on sort le balais brosse.
Pour adoucir le linge (et éviter le calcaire par la même occasion), un verre de vinaigre dans la dernière eau de rinçage donne de très bons résultats – et ça fonctionne aussi pour donner du brillant aux cheveux ou pour remplacer le liquide de rinçage du lave-vaisselle.
Les nez sensibles ajouteront quelques gouttes d'huile essentielle au choix, mais l'odeur du vinaigre disparaît complètement en cours de route.

Au final, je me sens bien plus en accord avec moi-même parce que j'en arrive petit à petit à consommer moins, mais mieux.

Et vous, avez-vous franchi le cap ?

Fond sonore : Gong, "Oily Way".

P.S. Pour votre information, mes mouchoirs et mon papier toilette restent à usage unique.

12 commentaires:

luc a dit…

Hé bé écolo woman tu es devenue avec les années je vois ! c'est bien ça !
Quelle vocation au partage tu as !
Merci pour les liens vers www.doujan.fr, c'est de la qualité rien que de la qualité !

Art By AC a dit…

depuis mes derniers passage à Londres et la découverte des tissus Liberty j'envisage un retour aux mouchoirs en tissus :-) tellement plus beau !

Mademoiselle Catherine a dit…

@luc: En effet, le passage des années a été positif pour moi ;)

@AC: J'hésite justement à retourner aux mouchoirs en tissus, certes plus jolis, mais pas franchement hygiéniques, je trouve...

Anonyme a dit…

Bravo !! j'adore cet article, ce point de vue, cette façon de faire et de voir. Alida est une copine qui expose régulièrement chez moi aux Leuz'Arts. J'ai tout de suite été abonnée à ses cotons démaquillants ou d'ailleurs autres usages aussi. Je clique et je partage sur ma page FB. Bonne continuation à vous.

Mademoiselle Catherine a dit…

Merci, chère anonyme, pour ces encouragements: cela me fait toujours chaud au coeur de croiser la route d'autres adeptes d'une véritable déconsommation qui passe par de tout petits gestes quotidiens.

Anna E. a dit…

J'ai - un peu - franchi le cap aussi, niveau cosmétiques.
Et on voit la différence, tout le monde me dit que j'ai la peau toute douce.
J'aimerais passer aux disques démaquillants lavables, mais ça risque d'être compliqué à gérer niveau machines (je suis censée pouvoir faire tourner une machine quand je veux, mais ce n'est jamais le bon moment).

Pour le ménage, je ne m'en occupe pas franchement, donc je passe mon tour ;)

PS : je suis rassurée pour ton papier WC, tout de même.

Mademoiselle Catherine a dit…

Pour les disques démaquillants, j'ai un peu le même problème que toi niveau machine puisque je n'en possède pas, mais je pense qu'il est tout à fait possible de les laver à la main en les faisant tremper dans de l'eau chaude savonneuse (et bien rincer après, hein!).
Je ferai peut-être un retour sur tout ça dans un an, comme l'a fait Mlle Gima...

Et j'adhère pour la peau douce: c'est vraiment étonnant!

Anonyme a dit…

j'utilise également le vinaigre blanc pour laver les casseroles quand je n'ai fait que bouillir de l'eau dedans (pas besoin de dégraissant donc pas besoin de liquide vaisselle et donc pas de rejet de phosphate dans les rivières)j'en connais également l'utilisation dilué en rinçage capillaire (pas de calcaire sur les écailles du cheveux donc brillance assurée)
Quand aux huiles essentiels ça fait belle lurette que mon dealer s'appelle Welleda bain shampoing savon ...
mais bon j'utilise encore du gel à base de javelle pour laver baignoire évier ... (suis comme les chats j'aime bien l'odeur)
Niko (fée du logis en slip ;-))

lalydo a dit…

Il faudrait que je le franchisse bien plus ce cap...

Mademoiselle Catherine a dit…

@Niko: Je connais peu les produits Weleda, en revanche, j'aime énormément Kneipp et Lush, surtout leurs produits pour le bain.

@lalydo: A chacun de voir ce qui lui convient, mais il faut essayer pour le savoir.
En ce qui me concerne, faire marche arrière reviendrait à un échec. Je n'ai d'ailleurs aucune raison de le faire ;)

Cath aussi a dit…

je me suis mise aussi il y a peu aux huiles végétales et essentielles pour les soins de la peau, donc tes liens tombent à pic!
tes cotons sont magnifiques! dommage que j'en aie déjà des beiges tout moches!
Pour le ménage, je n'ai pas encore tout remplacé, mais je fais mon produit vaisselle moi même sur base de la recette de Raffa (du blog du même nom), c'est très économique et efficace

Mademoiselle Catherine a dit…

Je suis contente que les liens servent à quelque chose :)
Et j'irai faire un tour sur le blog dont tu parles... Merci d'être passée par ici!