mardi 16 avril 2013

Lettre ouverte à un troll

Monsieur,

Je vous écris suite à vos récentes (et peu brillantes) interventions en différents endroits sur la toile, et permettez-moi de vous dire que vous êtes un con.

Jusqu'à présent, je vous accordais le bénéfice du doute, mettant votre crétinisme fièrement exhibé sur le compte d'un désir de provocation qu'une personne de votre âge normalement constituée aurait dû reléguer aux oubliettes en même temps que son dernier flacon de Biactol.
Je vous soupçonne donc, en plus d'être bête et méchant (car je ne mesure pas la bêtise d'un individu à l'aune de son vocabulaire), d'avoir encore des problèmes d'acné. Peut-être est-elle arrivée sur le tard et vous complexe terriblement. Si cela peut vous rassurer, j'ai eu le même problème et en suis arrivée à bout avec l'aide d'une très bonne dermatologue dont je vous donnerai les coordonnées si vous le souhaitez.

Mais je m'égare...

Je disais donc : vous êtes un con, car non content d'être insultant envers toutes les personnes que vous méprisez (en vrac et pour faire court, les gauchistes, les immigrés, les musulmans, les homosexuels, les gens qui n'écoutent pas la même musique que vous, ne fréquentent pas les bonnes soirées, ne caressent pas votre égo démesuré dans le sens du poil, et j'en passe), vous offensez en outre les personnes que vous pensez défendre, par exemple quand vous souhaitez à quelqu'un d'être
victime de viols et autres agressions violentes.
Et tout ceci au premier degré.

Sincèrement, j'ai beau le tourner dans tous les sens, je ne comprends pas votre besoin de provocation (qui vous dépasse vous-même régulièrement, j'en suis certaine) et cette manie que vous avez de vous vous délectez de la haine d'autrui (et Dieu sait si vous aimez l'attiser) : alors que vous avez tout pour être heureux (vous êtes un homme blanc hétérosexuel avec une vie de famille et professionnelle stable), vous faites pourtant quantité d'efforts pour passer pour le rebelle que vous n'êtes pas, risquant par la même occasion de saboter cette sécurité à laquelle vous tenez tant, quand bien même vous n'oseriez jamais (vous) l'avouer.

Dans le fond, votre existence me réconforte, car je me dis que même en y mettant beaucoup de temps et d'énergie, je n'ai qu'une chance infinitésimale de devenir un jour aussi prétentieuse, arriviste, xénophobe, homophobe, mégalo, mythomane, notoirement volage et totalement dénuée de second degré que vous.

Oui, dans le fond, vous me donnez l'impression d'être quelqu'un de vraiment bien, et je tenais à vous remercier pour ça.

Fond sonore : Fun Boy Three, "Our Lips Are Sealed".

12 commentaires:

Véro a dit…

Oui, dans le fond, vous me donnez l'impression d'être quelqu'un de vraiment bien, et je tiens à vous remercier pour ça.

A la première lecture j'ai cru que tu parlais de lui ! o_O

"Oui, dans le fond, vous me donnez l'impression que JE suis quelqu'un de bien..." (honnêtement je préfère, même si la logique veut que tu parles de toi et non pas de lui ^_^ )

Bah, pas desoin de types comme ça pour le savoir !

Mademoiselle Catherine a dit…

Cela fait partie des subtilités linguistiques: la langue française est tellement imprécise qu'il serait dommage de ne pas jouer de temps en temps sur son ambiguïté!

Wakajawaka a dit…

C'est bien le problème avec les c... c'est qu'ils nous donnent souvent l'impression d'être quelqu'un de bien et, ce faisant, flattant notre égo par feedback, et nous confortant dans notre irrépressible besoin de ressentir qu'on a raison, nous feraient presque oublier qu'en nous sommeille toujours le c... d'un autre :D

autant dire qu'avec tous les trolls qui trainent sur la toile, on n'a pas fini d'être satisfaits ! ^^

Véro a dit…

@Wakajawaka. ça fait longtemps que t'es pas passé par ici, sinon t'aurais vu ça : http://mademoisellecatherine.blogspot.fr/2013/03/citation-du-jour.html

Ce n'est pas tant une histoire d'autosatisfaction, mais d'indulgence quand on place la barre haut sur la personne qu'on aimerait être... enfin, c'est une façon de voir les choses !

Mademoiselle Catherine a dit…

@Wakajawaka: Outre la phrase vers laquelle renvoie Véro, j'ajouterai que certains c**s (quand bien même nous serions leur c** à eux) ont le chic de m'être très désagréables, et comme j'ai pu le préciser en privé à une amie tout à l'heure, maintenant que j'ai donné mon avis, je peux finalement ignorer ce type tout en étant en paix avec moi-même (c'est d'ailleurs très souvent à cela que me sert l'écriture).
Être bête passe encore, bête et méchant, je peux éventuellement le concevoir, mais bête, méchant et prétentieux, avoue que ça fait beaucoup pour un seul homme.

@Véro: Belle interprétation :)

Wakajawaka a dit…

"[...] bête, méchant et prétentieux, avoue que ça fait beaucoup pour un seul homme".

Mais si le troll n'était prétentieux ne serait-il troll ?

J'avais lu un très bon article à ce sujet il y a cinq ou six ans, qui décortiquait la mécanique trollesque dans ses moindres détails, de la technique jusqu'aux motivations.

La sensation de pouvoir sur les autres -les faire réagir- et la jouissance qu'elle procure est la principale motivation de ces sales bestioles. (Sans renter dans les détails, car il y en avait des pages).

@Véro : je connaissais cette citation, mais je serais bien en mal de dire si c'est ici que je l'avais lue ;)
Mais oui, placer la barre très haut est une bonne motivation -une des meilleurs que procure l'ego, et une des rares ou l'on n'a pas trop à avoir honte de ses manifestations.
Mais on s'y piège parfois, malgré tout, je suis bien placé pour le savoir ! :D

Mademoiselle Catherine a dit…

...sauf qu'ici, je pense à un troll en particulier, pas à un troll au hasard (toujours cette imprécision de la langue française). Le but n'est donc pas de faire une dissertation sur les trolls en général, mais d'évacuer le trop plein par rapport à celui-ci en particulier, et je t'avoue que je n'ai pas du tout envie d'entrer dans des débats philosophico-intellos au départ d'un vilain personnage dont l'unique qualité est le fait de m'avoir permis de retrouver ma mauvaise foi.

Les "vrais morceaux de mauvaise foi" annoncés dans ma bannière ont cruellement fait défaut ces derniers temps, et je ne suis pas peu fière de les savoir de retour (il faut dire qu'entre les insultes encaissées récemment et les intervention du type auquel s'adresse cette lettre ouverte, j'ai été vernie question inspiration).

éric a dit…

En même temps, s'il faut t'insulter pour que tu retoruves ta verve... ;)

Véro a dit…

En même temps... je n'ai jamais vu qu'elle l'ait vraiment perdue ^_^

Mademoiselle Catherine a dit…

Je parlais de ma mauvaise foi.
Tant qu'elle s'exprime, ça veut dire que je ne suis pas encore complètement aigrie...

Wakajawaka a dit…

"Je parlais de ma mauvaise foi.
Tant qu'elle s'exprime, ça veut dire que je ne suis pas encore complètement aigrie".

Je dirais plutôt : "Tant qu'elle s'exprime -et que j'en ai conscience- ça veut dire que je ne suis pas encore complètement aigrie".
;)

Mademoiselle Catherine a dit…

C'est pas faux !