lundi 24 mars 2014

38,5%

Cher abstentionnistes français,

Je ne suis pas fière de vous.
Et je vous demanderai, par respect envers vos concitoyens qui, eux, se sont déplacés pour ne pas voter FN, de ne pas venir pleurnicher parce que ce dernier gagne du terrain.
Simple décence.

Non, en fait, vous avez juste un droit : celui de fermer votre gueule puisque vous ne l'ouvrez pas quand on vous le demande.

Cordialement,
Mademoiselle Catherine

Fond sonore : Radiohead, "Electioneering".

12 commentaires:

Polly Prissy Pants a dit…

Je ne peux qu'approuver et adore ta façon simple et cinglante d'exprimer ce qui me ronge depuis ce matin!

Polly Prissy Pants a dit…

Au fait, excellent choix de fond sonore ;-)

lalydo a dit…

Bien dit!!! Merci de bien parler pour nous ;)

Mademoiselle Catherine a dit…

Pour avoir été aux premières loges dans les manifs anti-Le Pen après le tristement célèbre premier tour des Présidentielles en 2002, j'étais terriblement choquée par le nombre d'abstentionnistes qui se permettaient de la ramener.

Je peux tout à fait comprendre que certains s'abstiennent par réaction au vu de la politique actuelle, mais parfois, il faut se résigner à voter pour le moins pire afin d'éviter le pire, même si ça égratigne notre amour propre.

Et pour info, les sympathisant du FN vont toujours voter. Ce serait peut-être bien de prendre exemple sur eux (sauf pour ce qui est de l'endroit où cocher le bulletin de vote), ne serait-ce que pour voter blanc ou nul.

éric a dit…

Pour une fois, je ne serais pas exactement d'accord avec toi. :)

Mais une explication précise prendrait beaucoup trop de place.

En gros, il n'y a pas de "moins pire".

Le FN (et le Front de Gauche) ont beau faire leur commerce sur le dos de l'UMPS (tous pourris, ce qui n'est pas faux, malheureusement), ils oublient juste (tout comme les pseudos-écolos) qu'ils font partie intégrante d'un système électoral devenu inapte à représenter 70 millions de personnes.

Le droit de vote tel qu'il est (en France) n'est pas (n'est plus) un droit à s'exprimer mais bien au contraire un droit à "la fermer" après avoir voté.
La fameuse et hypocrite "légitimité du suffrage universel" qui autorise les bouffons à se comporter en roitelets.

Alors je devrais plutôt autoriser X ou Y à piquer dans la caisse et à aggraver les situations sociales par peur de voir W en faire au moins autant ?
Je devrais choisir entre la peste et le choléra pour éviter le cancer ?

Les français ne connaissent qu'une manière de changer de politique : la baston (cf la tumul-tueuse Histoire de France) !
Et c'est exactement ce que dit ce scrutin (annoncé par les précédents et qui sera confirmé par les suivants - européennes et régionales puis présidentielles) : marre de voter pour des autistes, des égoïstes, des corrompus, des incompétents, des clowns, des escrocs, des arrivistes, je peux te faire une liste avec autant de synonymes qu'il y a d'élus !

Seule inconnue (de taille) : où et quand ?
L'instabilité internationale n'aide pas non plus à voir clair dans tout ça...

Merde, j'ai débordé... sorry. :(

Et très franchement je m'attendais à une abstention beaucoup plus massive.
Comme quoi... :)

Ha ! et en France les bulletins blancs ont été récemment ré-autorisés mais pas pour cette élection (on se demande bien pourquoi...) et les bulletins nuls n'ont jamais été comptabilisés comme "vote exprimé".

éric a dit…

Et pour apprécier encore mieux le paradoxe :
une belle brochette multi-saveurs...

L'abstention est aussi (sinon plus) du côté du Droit qui laisse ces voyous se représenter.

Rouge a dit…

Moi j'ai voté, hein ! Pas taper !

Mademoiselle Catherine a dit…

Merci de nuancer, éric. Comme déjà signalé plus haut, je respecte les abstentionnistes qui le font par conscience politique, mais honnêtement, tu en connais beaucoup?

Quant au vote blanc, j'ai vu qu'il ne sera reconnu qu'au 1er avril (la bonne blague!), alors ce qui me ferait vraiment, mais alors vraiment plaisir, ce serait que tous les abstentionnistes aillent voter blanc au prochain tour (et à toutes les prochaines élections, tant qu'à faire).
En espérant qu'il ne fera pas un temps à aller à la pèche dimanche.

Rouge: Good boy! N'empêche, quel cadeau d'anniversaire pourri que des résultats comme ça (enfin... je ne sais pas pour qui tu as voté non plus).

éric a dit…

Rouge a voulu voter blanc mais a fait chuter le verre de jaune d'un Noir qui lui a mis un marron et lui a laissé un bleu.
Alors il a vu rouge...

Brrrr ! ;)

Sinon, des absentionnistes qui le font par conscience politique, non, effectivement, on ne doit pas être très nombreux... et on en plus on n'a pas forcément la même conscience... ce qui ne fait pas beaucoup avancer le schimili... euh, le shimilibilibilick... hips ! :)

Mademoiselle Catherine a dit…

Pour nous instruire le sourire aux lèvres, L'Odieux Connard a encore publié un post de toute beauté. Va voir, c'est bon pour toi (et pour toi, et toi, et toi aussi) (et tous les autres).

éric a dit…

Oui, je l'avais vu (je suis abonné à son flux rss). :)

Et je trouve que c'est une belle ode (involontaire) à l'abstentionnisme : c'est quand même curieux que les politiciens comme les journalistes ne s'inquiètent des scores du FN seulement les soirs d'élection et font tout (en ne faisant rien) entre deux élections pour que ce même FN progresse.

Je vais encore passer pour un con (j'ai l'habitude, ça fait vingt ans que je passe pour le mauvais augure) mais je m'inquiète bien plus de l'importance croissante prise par les multinationales dans la gestion du Monde (voir les dernières interventions médiatiques de Pascal Lamy, le grand gourou de l'OMC) que par une dizaine (maximum) de maires fascistes donc incompétents à régler des problèmes de citoyens (par nature le fascisme est global, pas local) surtout que certains apparaissent (peut-être) moins fascistes qu'une bonne partie des maires UMP style Estrosi ou Balkany et moins voleurs (parce qu'idéalistes) que les escrocs PS du Nord-Pas de Calais ou du Limousin.

Les précédents, en France comme ailleurs parlent d'eux-mêmes.
Un élu FN devient assez vite un escroc prétentieux comme les autres.

Mais bon, après tout, je ne suis plus concerné, faut donc que j'arrête de vouloir donner des leçons ! :D



Mademoiselle Catherine a dit…

Tu prêches à convertie, éric.
On en revient d'ailleurs quasiment toujours au fameux adage "think global, act local" auquel je me suis accrochée comme une moule à son rocher lors des fameuses Présidentielles de 2002.
L'impuissance que j'ai ressentie à ce moment-là m'a complètement écrasée, et je me suis jurée depuis de ne plus me laisser écrabouiller par des choses qui me dépassent complètement et sur lesquelles je n'ai aucune influence. Au lieu de ça, je me suis investie dans le secteur associatif et culturel parce que je pense que chacun peut avoir du poids à son niveau, aussi "insignifiant" soit-il.
Encore faut il être prêt à se bouger un minimum.

Pour ma part, cela fait bien longtemps que je suis convaincue que, si la politique sert à faire évoluer les lois (ou à les faire reculer, mais comme ça change tout le temps...), la culture, elle, fait évoluer les mentalités - et ça, c'est du développement durable.