jeudi 24 juillet 2014

Un geste qui sauve ?

Suite à la plainte d'un citoyen français, la Cour de justice européenne s'est prononcée la semaine dernière au sujet de l'exclusion permanente des dons de sang aux personnes de sexe masculin ayant eu des relations homosexuelles, arguant que "le seul fait pour un homme d'avoir eu ou d'avoir des rapports sexuels avec un autre homme ne constitue pas un 'comportement sexuel' qui justifierait l'exclusion permanente d'un tel homme du don de sang" (la loi européenne prévoit effectivement que seules "les personnes dont le comportement sexuel les expose au risque de contracter des maladies infectieuses graves transmissibles par le sang sont exclues de manière permanente du don de sang").

Or, en France comme en Belgique, deux pays où les réserves de sang et de plasma  s'amenuisent, les hommes bi- et homosexuels n'ont toujours pas le droit de donner leur sang.

Et si les personnes "saines" que sont les hétérosexuel/les, asexuel/les, femmes bi et lesbiennes mettaient ces réserves à sec en refusant de donner leur sang en signe de soutien à leurs camarades gays ?
J'ai comme l'impression que ça pourrait être bien plus efficace que les débats politiques pour lever enfin cette stupide interdiction...

Comité de visionnage : "There Will Be Blood".

5 commentaires:

lalydo a dit…

Je n'ai jamais compris cette interdiction. C'est n'importe quoi, surtout quand on sait que le sang est testé avant d'être donné..

Mademoiselle Catherine a dit…

Tout à fait d'accord.
C'est absurde de vouloir à tout prix atteindre le risque zéro en excluant des gens pourtant sains (en Belgique, le risque d'infection par transfusion de sang est estimé à environ 1 pour 6 000 000, soit quasiment nul).

Faisons la grève du dons !
Prenons les malades en otage !

éric a dit…

Ce qu'il faut comprendre c'est que le cœur de cette interdiction n'est pas tant "scientifique" que "moral" : la crainte que l'homosexualité soit génétique et puisse ainsi se transmettre est encore très vivace dans l'espit des vieux qui décident.

Par ailleurs, faire la grève du don encouragerait plutôt les centres de transfusion à acheter des stocks (aux contrôles douteux) pour faire face à une éventuelle pénurie.
C'est ce qui s'est passé lors de l'affaire dite du "sang contaminé" et comme ce sont toujours les mêmes imbéciles qui dirigent les centres et/ou votent les lois, on n'est pas rendu...

Le don de bière est bien moins compliqué ! :D

Mademoiselle Catherine a dit…

...sauf que, jusqu'à preuve du contraire, l'écrasante majorité des parents d'homosexuel/les sont des hétéros.

éric a dit…

Certes, mais la logique et les fantasmes font rarement bon ménage. :)