vendredi 22 mai 2015

Cordonnier mal chaussé

Avant-hier, au cours d'une série de rencontres autour de la diversité des sexualités chez les jeunes, une femme travaillant pourtant dans un planning familial m'a demandé le plus sérieusement (et le plus discrètement) du monde ce qu'est la prostate et en quoi elle pouvait participer au plaisir sexuel masculin (clique, c'est bon pour toi !).

J'imagine que cette femme, quand elle intervient en cours d'éducation relationnelle et sexuelle, visualise le film érotique d'AB3 quand les élèves lui parlent de pornographie...

Set your record straight!

Comité de visionnage : "Sexualité mode d'emploi" (NSFW).

4 commentaires:

éric a dit…

Comme quoi, dès qu'il s'agit de plaisir masculin, même les pros se tâtent ! :D

Mademoiselle Catherine a dit…

Bien que je trouve très bien qu'elle aie posé la question (car il n'y a pas de questions idiotes: il n'y a que des idiots qui ne posent pas de questions), je ne peux m'empêcher de grincer des dents en l'imaginant en animation face à des jeunes. Moi qui pensais que l'époque des histoires d'abeilles et de choux était révolue, j'ai comme un doute depuis mercredi...

éric a dit…

Encore qu'en Belgique ça pourrait être des histoires d'Abbayes et de choux (de Bruxelles)... :)

Et puis (en général) le Planning Familial est surtout centré sur la reproduction et comment l'éviter, plutôt que sur les façons de profiter de cet évitement.

Mademoiselle Catherine a dit…

Si la mission historique des plannings familiaux est effectivement, comme son nom l'indique, la planification familiale, on en est aujourd'hui très loin puisqu'il s'agit avant tout de lieux d'accueil, d'écoute et de conseil sur des questions aussi diverses que la vie relationnelle, sexuelle et/ou familiale, le suivi médical, le conseil juridique, etc. Je ne généraliserais donc pas.
Au contraire, j'aurais même tendance à penser que, de part la grande diversité de leur public, le personnel des dits plannings font preuve d'une plus grande ouverture d'esprit que leurs homologues qui travaillent en cabinet.

Il me semble cependant que l'ouverture d'esprit est stérile si elle ne s'accompagne pas d'une curiosité à s'informer.